Jour d'été

..........Et ses mains s'ouvraient
Sur des chemins insoupçonnés
Où dansaient des dentelles de brise et de parfum
Et de voix haletantes dans l'ombre des ramures

Où l'herbe écrasée s'enivrait des émois enlacés

Et les pierres silencieuses
Se miraient dans leurs yeux
Des nuées de papillons d'or
En rondes folles
D'abeilles frivoles et gourmandes
D'oiseaux étourdis de lumière
De cheveux d'ange

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.