Fin de route ... 2017

Un homme et son fils sur "La route"...

Un monde post-apocalyptique. De froidure et de cendre, ciel couleur d'acier, champs de natures mortes, désertiques... Un homme et son fils poussent un caddie-vestige d'une "civilisation" poussée au crime d'humanité et disparue. Ils arpentent les routes esseulées vers les côtes du Sud. Des hordes de cannibales aux abois de ce qui reste d'humain parmi les monceaux de ruines et de poussière.

 En 2018, est-ce à ce monde-là que nous nous apprêtons à nous résigner?

Que les lucioles de cette fin d'année, qui ressemble un peu à la fin d'un monde, vous soient douces...

Il sortit dans la lumière grise et s'arrêta et il vit l'espace d'un  bref instant l'absolue vérité du monde. (...) L'implacable obscurité. Les chiens aveugles du soleil dans leur course. L'accablant vide noir de l'univers. Et quelque part deux animaux traqués tremblant comme des renards dans leur refuge. Du temps en sursis et un monde en sursis et des yeux en sursis pour le pleurer.

                     Cormac Mc Carthy, La route, (Éditions de l'olivier, 2008, édition originale, 2006)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.