triple 07
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Événement 7 janv. 2016

Rallumons les Lumières

Et si... face à l'air du temps nauséabond on décidait de rappeler nos valeurs, nos convictions, nos refus en rallumant les Lumières un peu partout, à la ville comme aux champs, à travers diverses manifestations, grandes ou toutes petites, que nous inventerions tous ensemble, à notre guise, notre rythme, que nous déclinerions sous diverses formes , belles bien sûr , à inventer ?

triple 07
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Le 1 juin 2016

Lieu

un peu partout en France

Information

Projet à construire, de façon autonome; par tous ceux que ça intéresse


Rallumons les Lumières...

L'air du temps

On n'en peut plus !

L'air du temps est irrespirable, l'obscurité et les obscurantismes de tous poils règnent, la peur est vécue, diffusée, entretenue, instrumentalisée.

Bref, on s'emmerde ferme et on assiste, sidérés, à la dégringolade vers les bas-fonds de nos certitudes, nos convictions, nos protections, nos espoirs, des valeurs qu'on croyaient les plus sûres, et même de la croyance benoîte à la survie de l'humanité.

Rallumons les Lumières !

ET SI...  au lieu de se laisser aller , accablés, en attendant le prochain pire encore plus pire qui succédera au pire qui nous est déjà imposé, on décidait...d'ouvrir les fenêtres et de ré-éclairer nos vies,... la vie ?

Grâce à une initiative citoyenne tout simple à laquelle chacun, chacune pourrait participer,

qui pourrait se décliner de mille manières, un peu partout,

qui ferait sens,

qui serait belle et rebelle,

et qui s'ajouterait à tant d'autres qui naissent ici ou là,

nécessaires aussi et complémentaires,

pour briser le carcan nauséabond dans lequel nous sommes pris.

Ce ne serait pas la Révolution, non... mais un coup-de-gueule collectif ,

un signe fort envoyé à ceux qui ne nous écoutent pas,

un petit grain de sable dans la mécanique huilée de la répression qui s'abat,

une petite graine à semer pour faire revenir le printemps,

une bonne occasion de rêver, rire, inventer, partager, se tenir chaud, résister.

Il s'agirait de proposer un peu partout diverses manifestations sur la thématique des Lumières coordonnées autour d'une même appellation, d'un même visuel, d'un même esprit bien sûr, et d'un même tempo.

Quoi ?

Invoquant l'esprit des Lumières et celui de la (des) Résistance(s), il faudrait que sur tout le pays diverses initiatives redisent ce à quoi nous croyonset qui a donné son aura à ce pays, petite piqûre de rappel nécessaire visiblement

la démocratie, la liberté, l'égalité, la fraternité, le souci de l'environnement, l'envie de vivre ensemble, le refus des stigmatisations, la justice sociale, la désobéissance civile, etc...

Toutes ces valeurs que les salopards invoquent avec trémolos dans le même temps qu'ils les bafouent avec cynisme.

Initiatives qui pourraient être par exemple :

manifestations de nuit avec flambeaux, torches, bougies, et autres lampes-tempête (joli mot au demeurant)

projections sur façades de mairies ou préfectures ;

lectures de textes ; chansons, musiques ; arts de la rue ; danse ; conférences ;

vitrines thématiques dans les librairies ; choix de livres et bibliographies dans les bibliothèques ; spectacles ; projections de films ; émissions de radio ( où souffle encore l'esprit de liberté)...

Tout ce que les idées progressistes et émancipatrices ont créé ou créent de beau et de  porteur d'espoir et de sens, et plein de belles idées, grandes ou toutes petites, à inventer qui pourraient se décliner à la ville comme dans les villages, et donner un corps, savoureux, à ce projet, loin des propositions militantes habituelles qui ne séduisent plus guère que les – vieux- convaincus .

Avec qui ?

Tous ceux et celles qui ne se reconnaissent plus dans ce qui nous est proposé-imposé et qui rêvent d'un autre monde possible, fraternel, créatif, ouvert à l'autre, drôle, beau, juste, intelligent :

simples citoyens, associations, artistes, journalistes, enseignants, étudiants, jeunes, libraires, syndicats, partis ( surtout pas tous) etc, etc, etc,...

vous,

nous,

toute cette société civile riche de toutes ses différences et de ses compétences et qui n'en peut vraiment plus.

S'abstenir : pessimistes jusqu'au-boutistes, grincheux, coupeurs-de-cheveux-en-douze, preneurs-de-pouvoir, emmerdeurs patentés.

Comment ?

Chacun, chacune , dans son coin ou en groupe, voit ce qu'il a envie de faire, et contacte qui la bibli, les libraires, les assos , qui des potes, qui la fac, qui au boulot, qui les troupes de théâtre, qui le conservatoire ou la chorale, qui etc.. pourrait s'intéresser au projet et recense aussi les contacts utiles, journalistes, artistes, et autres qui pourraient amplifier ou aider l'idée de départ

Coordination ensuite nécessaire de toutes les propositions par villes ou régions avec avant -projet des initiatives projetées, dates possibles et tous renseignements complémentaires

A prévoir (si possible) un site internet qui pourrait coordonner tout ceci

tempo

on peut tout imaginer : une seule date pour toutes les manifestations ( la Nuit des Lumières, mais ça paraît difficile) ; une période donnée ( 1 ou quelques mois ; Le(s) Mois des Lumières) ; un relais dans le temps, avec le passage symbolique d'un vrai flambeau d'un village ou d'une ville à l'autre... et la médiatisation qui peut en être faite, autre...

A prévoir pas avant le printemps, qu'on s'organise tout de même

appellation commune 

nécessaire pour identifier le projet de façon nationale, du style «  Rallumons les Lumières »   ou autre proposition ou trouvaille

visuel commun

pour ledécliner sur les affiches , appels, documents divers... pour lisibilité nationale : graphistes et plasticiens , à vos marques !

Financement

Toutes les prestations doivent être évidemment bénévoles et militantes

Pour le reste, on peu aussi penser à Kisskissbank et autres

dons et subventions (uniquement de sources qui ne permettront pas les récupérations politicienne ou autre, qui dévoieraient le sens de cette action de résistance)

Autres propositions à penser en choeur 

Lux fiat !

On y va ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Social
Une enquête pour « tentative de trafic d’influence » enflamme le monde des VTC
L’ancien responsable d’une association de chauffeurs accuse l’application Bolt d’avoir proposé un soutien financier à ses ex-amis. L’entreprise dément, tout comme celui qui est censé avoir reçu la proposition. Un épisode révélateur de la tension à l’approche des premières élections du secteur.  
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon