Tristan Pereira
Étudiant en Didactique
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 oct. 2018

Bolsonaro fomente la paranoïa et même l'extrême droite française devient "communiste"

Bolsonaro fomente la paranoïa et même l'extrême droite française devient "communiste".

Tristan Pereira
Étudiant en Didactique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Grâce à la sagesse qui circule sur les réseaux sociaux, nous découvrons lors des ces élections brésiliennes que la chanteuse Madonna, le magasine The Economist, les Nations Unies, le New York Times, la Rede Globo, Facebook, le chanteur-compositeur Roger Waters, le philosophe et économiste conservateur Francis Fukuyama et la députée d'extrême-droite Marine Le Pen sont des communistes. En ce qui concerne Madonna je pensais qu'elle était plus anarcho-syndicaliste, mais pour le reste je ne suis pas surpris.

Il y a une étrange réaction chez les partisans de Bolsonaro qui consiste à nommer tous ceux qui le critiquent de communiste. D'un philosophe américain conservateur à une politique d'extrême-droite française, de la bible du capitalisme à l'une des plus grandes entreprises du monde, ils sont tous communistes et défendraient, par conséquent, la propriété commune des moyens de production comme à Cuba et au Venezuela.

Récemment, des brésiliens ont qualifié l'ambassade allemande de communiste parce qu'elle avait posté une vidéo expliquant que le nazisme était un mouvement d'extrême-droite et non de gauche. En fait, ces brésiliens sont allés au-delà de la honte, essayant d'expliquer aux Allemands qu'ils ne comprenaient pas tout à fait le sujet. Une arrogance qui se répète souvent, par exemple en essayant d'expliquer à Roger Waters, fondateur de Pink Floyd, qu'il ne comprend pas très bien Another Brick in the Wall, sa propre musique.

Il est évident que beaucoup de ceux qui traitent des gens ou des institutions de communiste ne comprennent pas ce que cela signifie vraiment, ce qui nous amène à regretter que le Brésil ait échoué de manière aussi retentissante dans l'éducation nationale. Si les gens connaissaient l'histoire et un minimum ce qui se passait autour d'eux, ils pourraient critiquer de manière fondée, et il y a plus de critiques que de compliments à adresser. Mais ce que l'on voit c'est un mélange d'innocence, d'ignorance, de paranoïa, de mauvaise foi, transformant le mot communiste en injure.

Il y a une perte totale de la signification originale du mot. Il n'est pas rare que nombre de personnes qui traitent de communiste, veulent dire corrompu, voleur, sans vergogne, meurtrier, athée, envahisseur de biens. En bref, l'ennemi externe, celui qui vient de l'extérieur pour détruire nos traditions et notre mode de vie. Pratiquement une action réactive devant ce monde grand et inconnu.

Abstraction faite de sa signification originale, le mot est également devenu un élément d'identification. C'est à dire qu'un post traitant The Economist, la sainte bible capitaliste, de communiste, transmet immédiatement un message compris par les autres membres du groupe, ce qui crée un lien commun. De ce qui est mauvais, qu'il ne faut pas acheter, qu'il faut combattre.

Lorsqu'une candidature, telle que celle de Jair Bolsonaro, choisit d'attirer l'attention sur la "menace communiste" que représenterait son adversaire, le plus "tucano" (membres du PSDB - centre-droit) des pétistes, d'abord sur internet, puis dans la propagande électorale à la radio et à la télévision, se nourrit encore plus la paranoïa de risque d'implémentation du communisme au Brésil ou de "devenir Venezuela ou Cuba". Alors que, nous sommes d'accord, il est bien plus probable que le Brésil devienne une dictature d'extrême-droite.

Cela nous ramène 50 ans en arrière dans un monde polarisé avec des soi-disant citoyens "de bien" et des soi-disant bandits, dont la "menace rouge" était utilisée comme justification pour torturer, tuer et restreindre la liberté et la démocratie au Brésil.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol ». Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach