Tri Ust
En terres latino-américaines.
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 mars 2013

Tri Ust
En terres latino-américaines.
Abonné·e de Mediapart

Une fête nationale qui ne fait pas consensus

Tri Ust
En terres latino-américaines.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  Il y a 520 ans, le 12 octobre 1492 Christophe Colomb découvrait l’Amérique, c’est ce jour qui a été retenu par les autorités espagnoles pour célébrer la fête nationale. Pourtant ici ce n’est pas vraiment la grosse teuf et à part quelques cérémonies officielles et évènements dispatchés dans la ville il est difficile de connaitre la signification de ce jour.

Il faut dire que cette date n’a pas une histoire particulièrement facile à porter. Initialement appelée Jour de la Race dans les pays latino-américains, elle fut choisie par le régime de Franco  en 1958 comme jour officiel de fête nationale à la gloire de l’hispanité. Aujourd’hui il s’agit davantage d’une occasion d’exacerber les divisions au sein de la population espagnole que de faire la fête.

Pour Lya, madrilène de 25 ans, ce jour reste où elle revendique son attachement à son pays et à sa culture en arborant fièrement ses couleurs. « Pour moi il s’agit de célébrer l’anniversaire du jour où Christophe Colomb est arrivé en Amérique et a porté notre langue », et même s’il existe toujours des débats sur l’origine de l’explorateur , « pour nous il est espagnol ».

Affiche que l’on pouvait observée dans le métro pour la journée du 12 octobre, signée par le ministère de la défense svp..

Le plus marquant peut-être c’était la manière dont le gouvernement, via le ministère de la défense, bombardait de spots à la TV et d’affiches notamment dans le métro. Comme pour étouffer en avance tous les éventuels propos dissonants. Les clashs entre des groupes ultra-nationalistes et des indépendantistes (ou antifas) ont été nombreux  mais les médias « ont préférés nous montrés en boucle l’image des indépendantistes catalans qui insultent  d’autres espagnols » déplore Antonio.

Ce militant de 21 ans résidant à Séville déplore le climat malsain qui est entretenu à travers l’Espagne via ce jour, « ils exploitent le sentiment de beaucoup d’espagnols pour introduire des messages patriotiques voir extrémistes »  surtout après la forte poussée de l’indépendantisme en Catalogne.

Pour lui ce jour de l’hispanité dévoile au grand jour les failles du système éducatif, « depuis tout petit on nous enseigne les grandes œuvres des découvertes en Amérique alors que la première conséquence de cela a été le massacre de millions d’Indiens et la tentative d’anéantissement de leur culture » et selon lui en vue du caractère patriotique de l’enseignement « si tu veux une version critique de cette partie de l’histoire, tu dois t’informer par tes propres moyens ».

« – Nous apportons la culture, l’éducation et le progrès !
- Et à quoi sert donc l’épée monsieur ? »

http://elcaminomadrileno.wordpress.com/2012/10/12/une-fete-nationale-qui-ne-fait-pas-consensus/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot peut mener au pire lorsque l’on a définitivement quitté les vestiaires par la mauvaise porte. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac