Ulysse Rabaté
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 oct. 2020

Né pour amener ma part de progrès...

Les habitants des quartiers contredisent dans la pratique l’accusation «séparatiste», produite par l’ordre dominant, et lui opposent une «contre-histoire». Cette myriade de compétences ordinaires, souvent lumineuse, a «amené sa part de progrès», comme disait Lunatic. La défendre, c'est se défendre. Un texte écrit avec Abdel Yassine.

Ulysse Rabaté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

D’abord un pré-requis pour gagner du temps, « penser clair, voir clair » comme disait Césaire : pour nous il n’y pas « un traitement médiatique et politique » des attentats et de l’Islam mais un rapport de force politique sur la question du racisme en France. Ce rapport de force est aujourd’hui marqué par une montée en puissance manifeste d’une vision du monde venue de l’extrême droite et de son histoire.

Ce rapport de force produit des « fausses lignes d’opposition » : Laxisme/Lucidité ; Liberté/Islam ; lutte contre le terrorisme/Anti-racisme... Elles fonctionnent comme des lignes de fracture, et imposent des prises de position à toute une partie de la population qui se retrouve ainsi piégée, étouffée. Pourquoi étouffée ? Parce que cette polarisation extrême (extrémiste), approprié désormais par une partie majoritaire du champ politique, y compris à gauche, est une incroyable dénégation de la réalité vécue par une immense majorité de la population. Elle est aussi la dénégation, ou plutôt l’effacement, d’un travail politique et social de l’ordinaire qui se mène chaque jour dans notre société, et que ces pyromanes sont en train de détruire.

Nos territoires, aujourd’hui majoritairement urbains, consolident à tâtons une culture commune de la coexistence, de la maîtrise des conflits que produisent les différences. Parmi ces différences bien sûr, celle de la pratique religieuse et de ses conséquences sur la vie quotidienne. Il n’est pas ici question de dire que la question religieuse n’existe pas dans les quartiers populaires. Il n’est pas question de dire non plus qu’elle ne pose ni problème ni conflit. En revanche, nous revendiquons l’idée que les habitants n’ont pas attendu les délires guerriers issus des champs politique et médiatique pour affronter ces conflits.

Nous sommes acteurs associatifs, anciens élus locaux dans des territoires populaires sur lesquels nous continuons de nous investir. Depuis des années, nous pouvons observer l’énergie déployée par les habitants, organisés ou non, pour faire tenir un équilibre précaire dans les quartiers. Oui, les difficultés sociales, les processus d’exclusion et de stigmatisation, portent en elles une tension singulière et sont sources de violences qui parfois nous dépassent. Mais les premiers à les affronter, et à y trouver des solutions, sont les gens concernés par celles-ci : les familles qui règlent à leur manière les conflits divers, les jeunes ou moins jeunes qui jouent leur rôle de dialogue et de médiation, les professionnels qui agissent sur ces terrains avec une expertise rarement reconnue.

Il est finalement très paradoxal de voir traiter d’« angélistes » ceux-là mêmes qui sont les plus conscients de ces conflits et de leurs effets dans la réalité : c’est de cette conscience, de cette expérience, qu’est constituée l’exigence de respect, de non-stigmatisation, de recherche d’explication, de refus de la surenchère répressive. Car cette pratique politique ordinaire n’exclue pas le conflit. Au contraire, elle porte les violences subies et incorporées[1] qui se reformulent dans une relation rendue possible avant tout par la nécessité. Dans notre pays, les gens vivent ensemble, se doivent d’inventer une forme collective de vie et dans celle-ci des capacités d’action. Et ils ont d’autant plus inventé qu’ils étaient la cible de violences sociales et symboliques.

Ainsi les habitants des quartiers contredisent dans la pratique l’accusation « séparatiste », produite par l’ordre dominant, et lui opposent une « contre-histoire », pour reprendre les mots d’un magnifique dialogue entre Etienne Balibar et Daho Djerbal[2]. Cette contre-histoire est faite d’une myriade de pratiques d’apaisement qui se sont développées pour une grande part en marge du champ politique. Elle manie l’ironie, la distance et la réflexivité : de nombreuses mobilisations se sont par nécessité revendiquées d’une culture populaire plutôt que politique, renvoyant à une expérience largement partagée, démocratique car ancrée dans des formes de confiance en soi et de maîtrise des styles. Cette culture-là, populaire et politique, jongle de fait avec la question religieuse puisque telle est la réalité. Elle invente des manières de ne pas se blesser comme elle amorce des remises en cause. Pointée du doigt par des irresponsables, cette culture-là a pourtant agi mille fois plus qu’eux contre les replis communautaires.

Nous pensons à ces mères qui se rassemblent pour lutter contre les violences entre jeunes, qui organisent des temps informels de discussion y compris sur le sujet de la radicalisation. Nous pensons à ces associations sportives honteusement pointées du doigt alors qu’elles sauvent, très concrètement, des milliers de jeunes chaque année en leur offrant un lieu de pratique et d’émancipation. Nous pensons à ces actions spontanées de solidarité envers les plus démunis, bien avant la crise sanitaire. Nous pensons à ces habitants qui s’organisent, ouvrent dans les quartiers des espaces de dialogue et de solidarité en lieu et place d’un service public qui n’est plus là. Nous pensons aux militants politiques et élus locaux, aussi, qui combattent la rupture entre les citoyens et la politique, tentent de démontrer que la politique, ce n’est pas forcément quelque chose de sale. Tout cela sans les moyens qu’imposeraient de tels défis et avec l’impression - au mieux ! – de colmater quelques brèches.

Apparaît alors quelque chose de particulièrement insupportable. Les discours de stigmatisation ne dénient pas seulement l’existence de toutes ces actions menées : il faut mesurer à quel point ce climat casse, détricote, écrase des acquis qui sont parfois le résultat fragile d’années de pratiques et de dialogue sur le terrain.

La bonne formule serait donc : taisez-vous, dégagez, et comme disait Lunatic[3], laissez-nous « amener notre part de progrès »…

[1] Dorlin, Elsa, Se défendre. Philosophie de la violence, La Découverte, 2017.

[2] Balibar, Étienne. « 5. Une « contre-histoire » partagée ? (réponse à Daho Djerbal) », , Histoire interminable. D'un siècle l'autre. Écrits I, sous la direction de Balibar Étienne. La Découverte, 2020, pp. 150-162.

[3] Lunatic : Pas l’temps pour les regrets (2000)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre