Un cadre du privé parmi tant d'autres
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2021

Les développeurs : la religion Agile

L'entreprise de Benoît développe des solutions logicielles, et, sans surprise, on y trouve des informaticiens. Depuis de nombreuses années maintenant, ces derniers ne jurent plus que par la méthode "Agile". Mais pourquoi cette obsession ?

Un cadre du privé parmi tant d'autres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Benoît et Tristan travaillent pour Transacteo, éditeur de logiciels pour les agences immobilières. Dit autrement : une boîte d’informatique. Que trouve-t-on dans ce type d’entreprises ? Des informaticiens bien sûr. Plusieurs termes peuvent être utilisés pour les désigner : développeurs, codeurs, tech… Il semble que, tous les 5 ans, on modifie le nom de leur profession. La start-up nation chère à Macron, c’est un peu ça : en changeant d’application ou de mot, on innove à peu de frais.

Le moment est venu de présenter Carine, membre de la mystérieuse confrérie des développeurs. Sur les 15 dernières années, Carine et ses homologues se sont convertis en masse à un nouveau culte , dont ils font l’éloge à chaque réunion : la « méthode Agile ». De quoi s’agit-il ? Avant de répondre à cette question, il nous faut introduire certains aspects typiques des projets informatiques.

Dans ce secteur, il est relativement peu coûteux de réaliser un produit suffisamment fini pour être mis sur le marché. Il faudra au préalable recruter quelques personnes ayant des compétences dans les champs suivants : base de données, infrastructure, développeur « front », développeur « back », ainsi que une ou plusieurs personnes pouvant se mettre à la place des utilisateurs – les agents immobiliers dans le cas de Transacteo. Pour peu que les recrues soient bien câblées, au bout de quelques trimestres, il sera possible de montrer des prototypes assez aboutis aux acheteurs potentiels.

En revanche, s’il s’agit de construire un train ou une centrale nucléaire, ça ne marche pas : il faut non seulement embaucher davantage de personnes, mais en plus, des dépenses devront être engagées pour acheter des équipements nécessaires au projet. Des coûts fixes, comme disent les contrôleurs de gestion.

En informatique, puisque c’est peu coûteux et assez rapide de mettre quelque chose sur le marché, les tenants de la méthode Agile font valoir qu’il n’est pas nécessaire de trop réfléchir à la planification. Les idées viendront au fur et à mesure que le produit sera développé, et de toute manière, dans 6 mois, un prototype sera montré aux acheteurs potentiels, qui diront ce qu’ils en pensent. Au pire, si le produit ne les convainc pas, aucun problème : en quelques mois, le prototype sera adapté pour mieux répondre aux besoins exprimés.

Voici donc mon interprétation des fondements de la méthode Agile, telle que Carine l’a en tête :

  • avoir une petite équipe dédiée à un projet, qui intègre toutes les compétences nécessaires;

  • très peu planifier;

  • proposer rapidement un prototype - « demo or die », disent les spécialistes;

  • après ce premier essai, sortir rapidement des évolutions, pour progressivement coller aux besoins du marché.

Tout cela est très séduisant, parce que, planifier, c’est drôlement casse-tête et acrobatique. Quand on reproduit une recette, il est aisé d’anticiper. Mais quand on crée un nouveau produit, allez savoir ! C’en est presque humiliant : on écrit des pages et des pages, on fait des schémas, on consulte des gens… et quelques mois après, on se rend compte qu’on avait tout faux. On comprend que les informaticiens soient bien contents de pouvoir s’épargner cette douleur. La méthode Agile a donc deux avantages : elle est adaptée au développement informatique, et elle rend la vie de Carine bien plus agréable.

 Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce que les informaticiens se confrontent à leur bête noire : les vieux systèmes, qu’ils appellent « legacy ». En effet, Transacteo n’est plus une start-up depuis longtemps. L’entreprise a été créée dans les années 90, et le socle de ses produits a été développé avec des technologies et des méthodes de travail aujourd’hui obsolètes. Les produits fonctionnent encore, mais les compétences et connaissances se perdent au fur et à mesure que les employés quittent l’entreprise, et sont remplacées par de nouvelles personnes. Et ce malgré la documentation qui a été écrite à l’époque. Le risque est grand que, dans un avenir proche, la société rencontre des difficultés pour maintenir ce socle.

Un jour, Carine et son adjoint Laurent débarquèrent dans le bureau de la présidente pour l’en alerter :
« Ça ne peut plus durer ! La techno utilisée pour notre socle "Iridium" est trop vieille. C’est très dur à maintenir. On court un gros risque : si une panne survient, on n’est pas sûr de savoir la réparer. On joue avec le feu. Il faut le redévelopper sur une techno plus récente.

- Bonjour Carine, pas de problème, répondit la présidente, je comprends, il faut qu’on investisse pour que notre infrastructure soit à niveau. Combien de personnes devons-nous prévoir pour ce projet, et sur combien de temps ? Nos actionnaires vont nous poser la question.

- Combien de temps ? répéta Carine, un peu interloquée. »

Après un temps de réflexion, elle ajouta :
«  En fait, nous travaillons en méthode Agile : on développe sur des périodes d’un mois, qu’on appelle "Sprint", et à la fin on voit ce qu’il nous reste à faire.

- D’accord, dit la directrice, je vois… mais il nous faut un peu de visibilité, pour notre direction financière, notre plan stratégique, nos créanciers. Nous avons besoin d’un cadrage du projet, qui l’envisage dans sa globalité. Vous pensez que ce projet va durer plutôt 6 mois, un an ou 18 mois ? Ce n’est quand même pas tout à fait la même chose. »

Carine et Laurent, mal à l’aise, se regardèrent du coin de l’œil : les mauvais souvenirs des années 90 leur revenaient en mémoire. Un cadrage de projet ! C’est-à-dire qu’il allait falloir se projeter, écrire, échanger… Un vrai cauchemar. Ils avaient espéré être débarrassés de ces histoires de planification pour toujours, et voilà que les vieux démons revenaient les hanter.

Carine concéda que la migration du socle n’était pas tout à fait sans risque :
« C’est vrai que c’est un projet pas simple, car le socle est utilisé par plusieurs produits que nous mettons à disposition de nos clients. On pourra migrer de l'ancienne version du socle vers la nouvelle version seulement lorsque que toutes les fonctionnalités auront été développées et testées, ce qui prendra un certain temps. »

Une fois la discussion terminée, les informaticiens se retrouvaient face à un dilemme terrible : d’un côté, maintenir le vieux système, avec son langage abscons, que les jeunes ne connaissent pas, et de l’autre, taper sur leur clavier, écrire des phrases… Quelle douleur !

Au bout de quelques jours, ils prirent leur décision : tout plutôt que de rédiger un document et se lancer dans un exercice de planification. Iridium allait donc rester dans sa technologie obsolète, et tant pis pour les personnes qui seraient contraintes d’y résoudre les futures pannes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat