Adhérents de partis : la polémique expliquée par les Statuts

Je lis de nombreux commentaires tous plus effarants les uns que les autres ... Très peu sont motivés par la critique raisonnée. Beaucoup sont le fruit de la haine. Si je n'aime plus l'UMP depuis l'ère Sarkozy, il demeure que l'UMP est un parti de gouvernement et qu'il est un parti parfaitement honorable.

 

Reprenons l'article 3 de ses Statuts:

 

" Article 3

Les adhérents à l’Union sont les personnes physiques ayant effectué leur adhésion individuelle et acquitté leur cotisation annuelle.

(...)

Toute personne n’ayant pas renouvelé sa cotisation pendant deux années consécutives perd sa qualité d’adhérent.

La qualité d’adhérent se perd également par la démission ou l’exclusion.

(...)",

 

et l'article premier de son nouveau Règlement Intérieur

 

"Article 1 : adhésion

a) Les demandes d’adhésion sont adressées soit aux Fédérations soit directement au siège de l’Union. La demande d’adhésion présentée dans une Fédération ne peut être admise par cette dernière que si l’adhérent est domicilié dans le ressort de cette Fédération.

b) Le montant de la cotisation annuelle et sa répartition entre la Fédération et les différents échelons territoriaux sont fixés pour chaque année civile par le Bureau Politique. La cotisation doit être acquittée en une seule fois dans les 60 jours de l’appel de cotisation.Le Bureau Politique peut fixer un montant de cotisation réduit pour les membres de la Fédération Jeunes.Le paiement en espèces est interdit.Le paiement pour le compte de tiers est interdit sauf pour les "adhésions couples" et les paiements pour le compte de concubins, d'ascendants et de descendants.

c) Dans les conditions prévues à l'article 3 des statuts figurent sur les listes électorales, les adhérents à jour de cotisation au 31 décembre et au 30
juin précédant le scrutin.

d) Les demandes d’adhésion reçues par les Fédérations, après instruction par le Bureau Départemental, sont transmises pour validation au siège de l’Union."

Imaginons un lecteur de Médiapart désireux d'adhérer à l'UMP en 2009 :

- février 2009 : il adhère en cotisant

- mars 2010 : il n'a pas renouvelé sa cotisation

- mars 2011 : il n'a pas renouvelé sa cotisation

- mars 2012 : il sait qu'il ne renouvelle pas sa cotisation.

 

Ce lecteur de Médiapart sera considéré comme adhérent de l'UMP jusqu'au 31 décembre 2011.

 

S'il souhaite manifester le désir de ne plus être admis comme adhérent avant l'échéance du 31/12/2011, je lui suggère d'envoyer une lettre recommandée avec accusé-réception au service des adhésions par laquelle il exprime sa volonté de ne plus être comptabilisé parmi les adhérents et demandant à ce service de justifier la radiation réclamée.

 

Un "roulement" d'adhérents annuels sur une période tri-annuelle laisse augurer des chiffres techniquement sincères, parce que conformes aux Statuts, mais moralement non sincères parce qu'il est à parier que le primo adhérent UMP n'aura pas mesuré toute l'étendue de son engagement initial (qui a lu les statuts avant d'adhérer ?).

 

L'article de Médiapart pointe par ailleurs des propositions d'adhésion quelque peu fantastiques : les "cartes 5 ans" reçues pour le prix d'une année de cotisation. Pareille adhésion n'est pas conforme aux statuts du mouvement. Les adhérents "5 ans" peuvent dès lors saisir les organes compétents de l'UMP et démontrer, par application de la loi statutaire, que le pacte d'adhésion est rompu du fait du non respect des règles propres à l'organisation. Je dirais qu'il y a faute de l'UMP.

 

Enfin, mécaniquement, en imaginant que les adhésions puissent par exemple se chiffrer à :

 

2006 --- 115.000 adhérents cotisants

2007 --- 115.000 + 75.000 nouveaux adhérents = 190.000 adhérents à jour (A2007)

2008 --- 190.000 - 35.000 non renouvelés (NR) année 1 + 10.000 nouveaux adhérents (NA) = 200.000 adhérents dont 35.000 non renouvelés année 1

2009 --- 200.000 - 35.000 NR année 2 - 45.000 NR année 1 + 5.000 NA = 245.000 adhérents dont 80.000 non à jour

2010 --- 245.000 - 35.000 NR année 3 - 45.000 NR année 2 - 25.000 NR année 1 = 210.000 adhérents dont 70.000 non à jour

2011 --- 210.000 - 45.000 NR année 3 - 25.000 NR année 2 = 155.000 adhérents dont 25.000 non à jour

 

(les chiffres bruts ne prétendent pas refléter la situation réelle du nombre de cotisants à l'UMP)

 

Le commentateur politique notera ainsi une distorsion en ce qu'il croit être la réalité humaine et la "vérité des chiffres" :

2006 = 115.000

2007 = 190.000

2008 = 200.000

2009 = 245.000

2010 = 210.000

2011 = 155.000

 

Contre-expertise : la comptabilité des Partis doit, si elle est sincère, refléter les montants des cotisations perçues. Ces montants, examinés sur une période de 4 ans en ce qui concerne l'UMP, devraient suffire à déterminer le nombre véritable d'adhérents à jour.

 

Je lirai avec plaisir les commentaires réfléchis à ce "post".

 

Bonnes fêtes à tous !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.