Lettre ouverte au Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Monsieur Stéphane Le Foll

Pas de développement de la filière apicole sans abeilles et sans apiculteurs

L’absence de réel dialogue constructif au sein des différents organes de la mise en œuvre du plan de développement durable de l’apiculture (PDDA) est consternante.

Cette absence de réelle écoute a nourri nombre d’incompréhensions et tensions et a conduit, comme vous le savez, nos cinq organisations apicoles à lire un texte commun de protestation avant de se retirer de la réunion du Comité stratégique pour l’apiculture, le 17 décembre dernier. Les demandes de rendez-vous que nous vous avons adressées sont restées jusqu’ici sans réponse.
Aussi, nous vous alertons à nouveau sur la nécessité de vous saisir en priorité et sérieusement du problème crucial des surmortalités du cheptel apiaire, car il n’y aura pas de développement durable de l’apiculture sans amélioration de l’environnement dans lequel évoluent les abeilles.

La contamination généralisée de l’environnement, en particulier par les produits phytosanitaires systémiques, induit un contact permanent entre les abeilles et les pesticides avec pour conséquences : intoxications chroniques, diminution des défenses immunitaires, amplification de l’effet des autres agresseurs, varroa, noséma, virus. L’exemple italien montre qu’avec la suppression des néonicotinoïdes, l’abeille réagit mieux face aux autres agresseurs. Ainsi, en zone de grandes cultures les mortalités de ruches ont diminué de 37,5 % à 15 %.

Toute la lettre ici
.

Aganetha-Dyck-Bees-sculptures-19.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.