Uncas
Happy culteur en Apiculture
Abonné·e de Mediapart

94 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 sept. 2011

CRUISER OSR : UN MÉDIATOR/ SERVIER AGRICOLE?

Uncas
Happy culteur en Apiculture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bon, le compte rendu de la manif-api à Paris, ce sera après ça :

Je souhaite juste, avant de vous le transmettre, vous montrer le pourquoi du comment qu'on est pas content du tout.

Pour ce faire, reprenons le billet précédent, non mais restez là ! J'y vais, voilà :

et particulièrement ce point :

Pour protéger les abeilles, ne pas semer une culture mellifère comme culture de remplacement en cas de destruction précoce de la culture traitée avec la préparation Cruiser OSR.

Ce que vous venez de lire, c'est dans la fiche technique éditée par Syngenta, je l'invente pas, je n'évente pas non plus un secret.

Concrètement

  1. Notre agriculteur sème son colza

  2. Il pousse. Le colza, pas l'agriculteur. Lui il regarde pousser.

  3. Ça lui prend du temps parce que en France, le colza d'hiver se sème en fin d'été.

  4. Au printemps suivant, notre agriculteur se dit que ça va pas, que ça pousse pas si bien que ça.

  5. Ce qui le pousse ( cette fois c'est bien lui, l'agriculteur) à renoncer à cette culture et à refaire un labour en enterrant celle ci

  6. Pour regarder pousser autre chose.

  7. Mais voilà le hic du système : la phrase d'introduction de ce petit scénario réaliste: Pour protéger les abeilles, ne pas semer une culture mellifère comme culture de remplacement en cas de destruction précoce de la culture traitée avec la préparation Cruiser OSR.

  8. Là notre agriculteur et nous mêmes sommes en droit de poser cette question, mais pourquoi donc?

  9. C'est vrai ça, pourquoi ?

  10. Parce que ce colza est imbibée de Cruiser OSR et quand notre agriculteur l'enterre en labourant, ce Cruiser ne disparaît pas, non, la culture suivante va l'absorber à son tour.

  11. Et oui parce que la demi-vie du thiametoxam du Cruiser OSR dans les sols est de 51 jours (selon la police, euh la fiche technique) A 52 jours c'est pas très diffèrent de 51 jours.

  12. On pourrait dire que si notre agriculteur attend 102 jours il a bon. Non.

  13. Relire 7 . Si besoin j'explique plus tard

  14. Donc, cette plante réputée mellifère et dont les abeilles se gavent littéralement de son nectar et de son pollen, abondant tous deux, est autorisée à fleurir, donc butinée, mais pas les éventuelles remplaçantes ?


    Logique Shadok non?


    D'où :



    A Paris le 14 septembre 2011


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra