Underzevolkano
Nettoyage et remise à neuf tous textiles
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 déc. 2021

16 - Contre-terrorisme intellectuel. Principe n°1 : ne jamais lâcher prise

0n sait depuis longtemps comment "démonter" les langages totalitaires. Nous commençons donc ici un bref récapitulatif des méthodes à employer... Et illustrerons chaque principe énoncé par un exemple. Principe n° 1 : quand un idéologue affirme une contre-vérité, établir en trois phrases simples son trucage, et ne pas accepter de lâcher prise tant qu'il ne se sera pas complètement ridiculisé.

Underzevolkano
Nettoyage et remise à neuf tous textiles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://twitter.com/i/status/1471641829737218050

(faites un copier-coller de cette adresse dans votre barre de navigateur puis cliquez sur "enter" ou"entrée")

Il s'agit ici de trois minutes d'un échange entre un ancien enseignant d'histoire de l’Éducation nationale, certes engagé mais en rien encore "politicien professionnel", et le polémiste de droite dure Eric Zemmour.

Là où en une, parfois deux heures de débat une dizaines d'hommes politiques supposés de premier plan n'avaient pas réussi à mettre en vraie difficulté le polémiste d'extrême-droite, cee personnage ridiculise l'habitué des plateaux-télé en adoptant une posture simple : il répète une phrase dénuée de sens d'Eric Zemmour et lui demande de la justifier. Le tout très poliment, et sans jamais adopter une posture grandiloquente d'indignation.

Au lieu de comprendre qu'il a cette fois affaire à forte partie (il faut dire qu'il n'y est pas habitué), au lieu de conceéder "oui ok j'ai été un peu approximatif mais..." (procédé de défense rhétorique dont nous verrons ultérieurement comment le contrer, c'est un peu plus difficile, mais c'est tout autant faisable), le sophiste néo-vichyssois s'accroche à son affirmation fumeuse, puis tente de la fait dévier sur une autre affirmation fumeuse, pensant ainsi s'en tirer*.

Sauf que son interlocuteur revient inlassablement mais fort calmement deux fois, trois fois, quatre fois, dix-fois, à la contre-vérité qu'il dénonce, avec pour conclusion sympathique que l'idéologue d'extrême-droite en sort ridiculisé, quasi-liquéfié.

Point à souligner à propos de cette méthode toute simple : NE SURTOUT PAS ACCEPTER DE CONTINUER AUSSITÔT LA DISCUSSION EN ABORDANT UNE AUTRE IDÉE, UN AUTRE THÈME, OU EN ACCEPTANT DE RÉPONDRE A LA DÉVIATION QUE TENTERAIT D ENGAGER L AUTEUR DE L'"IDÉE FAKE", CE QUI ABOUTIRAIT AU MÊME RÉSULTAT : PERMETTRE QUE SOIT QUASIMENT OUBLIÉE LA COMPLÈTE DÉMOLITION DU TRUQUAGE ÉVOQUE.

Tout au contraire : S'EN TENIR LA ET NE PLUS RIEN DIRE PENDANT AU MOINS TROIS VOIRE QUATRE MINUTES; C'est psychologiquement difficile, évidemment, mais cela constitue un point essentiel de la méthode. Cela permet en effet de ne pas redonner une seconde chance à un truqueur déjà mis ko.

Enfin si justement on était obligé, trois ou quatre minutes plus tard, de reprendre la parole (parce qu'il s'agirait d'un débat, par exemple), toujours commencer par rappeler l'acquis. Du type : " Bon, nous venons déjà de voir que vous racontez des fadaises à propos de... Venons en donc maintenant à..."

NB 1 : cette série de petits billets de blogs qui démarre, billets consacrés à l'anti-terrorisme intellectuel, reprend en les simplifiant diverses parties d'une étude à paraître prochainement dans un grand mensuel d'idées, et s'appuie sur une expérience de l'enseignement de la prise de parole démarrée il y a... 45 ans. Quant aux références, elles sont multiples, je n'en citerai donc que deux aujourd'hui : le Ménon de Platon (qui constitue une véritable mine de méthodes d'antifalsifications oratoires) et Monsieur Caméléon de Curzio Malaparte (1929 - Malaparte y analysait les mécanismes utilisés par Mussolini pour entraîner des foules entières de leur socialisme antérieur à ce qui devint le fascisme).

NB 2 : je laisse le premier billet de cette série ouvert aux commentaires. Si toutefois les quatre ou cinq provocateurs qui hantent le fil des tribunes de Médiapart pour y semer la confusion qu'ils adorent le prenaient pour cible, je serais amené à le fermer aux commentaires à partir d'un certain moment, et à fermer aux commentaires dès le début les suivants. Le service modération de Médiapart travaille en effet d'une manière qui m'oblige par avance à m'occuper moi-même de ne pas laisser voir empoisonner mes billets de blog.

Je demande donc instamment par avance aux abonnés qui se trouveraient en désaccord entre eux sur certains points soulevés par le billet de s'abstenir de s'insulter réciproquement, de s'abstenir de se traiter de"fascistes", et autres procédés empêchant toute véritable discussion. Si on est en désaccord avec un autre commentateur ou avec l'auteur du billet, on énonce ce désaccord poliment, et on en énonce le plus finement possible  les raisons - enfin si possible on utilise un exemple à l'appui de son argumentation. Merci d'avance de respecter ces deux règles utiles et simples (je reviendrai d'ailleurs ultérieurement sur cette question du "débat non piégé, non piégeant", qu'avait beaucoup travaillée l’École de Francfort).

* Nous verrons également plus tard que faire face à cette méthode que nous appelons celle de "l'anguille", quand elle devient un peu plus subtile que dans la vidéo dont je viens de donner le lien.

Bon, je sais que ce billet sera "invisibilisé" par Médiapart, mais je me refuse à faire de la retape en envoyant des messages  aux abonnés que je connais pour qu'ils viennent laisser un mot sur le fil ou cliquer sur"recommander", donc à ceux elles qui seront simplement venus le voir et l'auront éventuellement apprécié, SVP, faites lui un petit peu de publicité. Merci d'avance.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La majorité embarrassée par l’affaire Abad
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz