«French protocol»: l’image ternie de la recherche médicale française !...

Ce « Raoult bashing » après le cours magistral en approche de recherche thérapeutique d’urgence dont il nous a gratifié devient douteux. Pourquoi ? Pour Qui ?

«French protocol»: l’image ternie de la recherche médicale française !...

Avec de tels éléments , j’ai dû louper quelque chose, quelles sont les sources ? Je reçois les alertes sciences du Guardian, WashingtonPost, LATime et celles des revues Nature et Sciencemag. Rien vu de tel dans ces médias. À l’exception de cette ligne « image ternie du journalisme scientifique » en Médiapart sans références. La particularité depuis des siècles des publications scientifiques est dans ses références, ce qui y est affirmé est sourcé. Les références sont souvent la seule valeur d’une étude. En leurs absences, on passe.

Je l’eu fait, mais de lire ce « Raoult bashing » après le cours magistral en approche de recherche thérapeutique d’urgence dont il nous a gratifié devient douteux. Pourquoi ? Pour Qui ?

Histoire des essais cliniques, mai 68, faculté de médecine de Paris, « nous savons ce que nous voulons savoir ». Big Pharma, des rives du Rhin à ceux de Manhattan, la pilule, l’industrie pharmaceutique 1ère en $ devant métallurgie, bâtiment. La recherche effrénée de profits. Comment vendre nos pilules? Par l’argument. Qu’importe l’efficience. Venant des US, les jeunes carabins en posent le fondement de ce mouvement, « ce baratin des labos, si on le vérifiait ». Ainsi sont nés ces concepts de savoir ce que l’on prescrit, puis d’élimination des fakes ça guérit tout et cclle du rapport bénéfice-risque de la prescription.

Il ne venait alors à personne l’idée que ces tests cliniques double/triple aveugle contre placébo puissent devenir « preuves scientifiques» indiscutables et seules relations avec la bonne fin du traitement.

En science, la preuve ne peut venir que de l’observation de A jusqu’à Z. Tests, tests, tests en continu de tous les possibles en connaissant tous les existants. Être aveugle et tester !... c’est ne rien démontrer.

Les tests randomisés doubles aveugles contre placébo ne démontre que l’on peut juger sans préjugés, n’est preuve d’absence d’influence, ni de meilleur option possibles de traitement et surtout bloque la perception de l’expérimenteur de la totalité de la réalité.En urgence épidémique, on soigne, au mieux des possibles et dans l’incertitude. Si ça marche, c’est une preuve, observationnelle.

En épidémiologie et statistiques, une étude observationnelle tire des conclusions sur l'effet possible d'un traitement sur les participants, lorsque l'affectation des participants à un groupe de traitement par rapport à un groupe de contrôle n'est pas du ressort de l’investigateur.

Dans certains cas, les études observationnelles constituent la méthodologie la plus appropriée ( l’état pathologique étudié est rare, urgence.)…

 

La quasi-totalité des études publiées au monde sur essais randomisé Covid-19 le sont sur l’Hydroxychloroquine, une seule sur Remdesivir.

Les essais mondiaux en cours sur la Covid-19 (au nombre de 1358 ): https://clinicaltrials.gov/ct2/results?cond=COVID-19&age_v=&gndr=&type=Intr&rslt=Without&Search=Apply

  • Hydroxychloroquine : 206
  • Cholorquine : 71
  • (dont Protocole Raoult : 60, en France :18)
  • Lopinavir-Ritonavir : 64
  • Tocilizumab : 51
  • Ivermechin : 28
  • Favipiravi : 28
  • Remdesivir : 26
  • Dexamethazone : 12

Pour les deux dernières, des doutes apparaissent :

 https://doi.org/10.3346/jkms.2020.35.e221

 

Elsevier’s Novel Coronavirus Information Center - 20 mar 2020

Hydroxychloroquine and azithromycin as a treatment of COVID-19: results of an open-label non-randomized clinical trial

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924857920300996

IHU-Méditerranée Infection, Marseille, France

Aix Marseille Univ, IRD, AP-HM, SSA, VITROME, Marseille, France

Aix Marseille Univ, IRD, APHM, MEPHI, Marseille, France

Thai Binh University of Medicine and Pharmacy, Thai Binh, Viet Nam

Infectiologie, Hôpital de l'Archet, Centre Hospitalier Universitaire de Nice, Nice, France

Université Côte d'Azur, Nice, France

U1065, Centre Méditerranéen de Médecine Moléculaire, C3M, Virulence Microbienne et Signalisation Inflammatoire, INSERM, Nice, France

Department of Virology, Biological and Pathological Center, Centre Hospitalier Universitaire de Nice, 06200 Nice, France

Service Pharmacie, Hôpital Timone, AP-HM, Marseille, France

Laboratoire de Pharmacie Clinique, Aix Marseille Université, Marseille, France

Received 16 March 2020, Accepted 17 March 2020, Available online 20 March 2020.

 

Analyse critique du protocole du Pr Raoult http://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/analyse-critique-du-protocole-therapeutique-du-pr-raoult

Analyse des études et essais en Afrique : https://science.sciencemag.org/content/368/6494/919

 

«French medical management»: l’image ternie de la recherche médicale française !...

Cabinet d’Olivier Véran : « Le décret publié ce 27 mai tire une nouvelle fois les conclusions de l’avis du HCSP et modifie les conditions dérogatoires de prescription de l’hydroxychloroquine : que ce soit en ville ou à l’hôpital, cette molécule ne doit pas être prescrite pour les patients atteints de Covid-19. »

Suivant une impression, peut-être approximative, le seul gouvernement ayant pris de telles décisions d’interdiction de médicament historique est le IIIème Reich. La France n’est pas une dictature ?

 

Un journaliste, celui qui ré-écrit la vérité chaque jour.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.