undetermination999
Retraité-Chercheur
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mars 2022

Quand les contaminés covid-19, tels Poutine, pètent les plombs.

Les mesures de biomarqueurs indiquent un dysfonctionnement neuronal et une implication systémique chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19. La détection 3 semaines après l’apparition des symptômes chez un patient non hospitalisé suggère qu’une stimulation antigénique prolongée, ou éventuellement une infection latente, peut survenir.

undetermination999
Retraité-Chercheur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand les contaminés covid-19, comme Poutine, pètent les plombs.

https://nn.neurology.org/content/9/3/e1151

Abstrait

Contexte et objectifs Bien que les patients hospitalisés pour COVID-19 présentent fréquemment une encéphalopathie, ceux atteints d’une maladie COVID-19 initiale légère qui n’ont jamais nécessité d’hospitalisation développent également souvent des symptômes neurologiques dans le cadre de séquelles post-aiguës d’infection respiratoire aiguë sévère de type 2 (SARS-CoV-2) (neuro-PASC). Les mécanismes pathogènes de l’encéphalopathie COVID-19 et du neuro-PASC sont inconnus. Nous avons cherché à établir des preuves biochimiques de lésions du SNC chez ces patients et leur association avec des manifestations neuropsychiatriques et l’antigénémie du SRAS-CoV-2.

Méthode Nous avons recruté des patients hospitalisés, posthospitaliers et non hospitaliers présentant un diagnostic confirmé de COVID-19 présentant des symptômes neurologiques, ainsi que des sujets témoins sains (HC). La chaîne légère du neurofilament plasmatique (pNfL), la protéine acide fibrillaire gliale plasmatique (pGFAP) et l’antigène nucléo-épisidique plasmatique SARS-CoV-2 (pN Ag) ont été mesurés par l’analyseur HD-X Simoa (Quanterix) et comparés aux symptômes neuropsychiatriques, aux mesures de la qualité de vie rapportées par les patients et aux évaluations cognitives standardisées. Les scores neurogliaux (pGFAP/pNfL) ont été calculés pour estimer la contribution relative de l’implication astrogliale et neuronale.

Résultats Nous avons recruté un total de 64 participants à l’étude, dont 9 patients hospitalisés atteints d’encéphalopathie COVID-19 (EC), 9 patients atteints de neuro-PASC post-hospitalisation (PNP), 38 patients neuro-PASC (NNP) non hospitaliers et 8 sujets HC. Les patients atteints d’EC étaient plus âgés, avaient des concentrations plus élevées de pNfL et de pGFAP, et une détection de pN Ag plus fréquente que tous les groupes neuro-PASC. Les patients PNP et NNP présentaient des symptômes PASC similaires, une diminution des mesures de la qualité de vie et un dysfonctionnement cognitif, et 1 des 38 (2,6%) patients atteints de NNP avait une pN Ag détectable 3 semaines après l’apparition des symptômes. Les patients atteints de neuro-PASC présentant de l’anxiété / dépression avaient des scores neurogliaux plus élevés, qui étaient corrélés à une anxiété accrue sur les mesures de la qualité de vie.

Discussion Les mesures de pNfL, pGFAP et pN Ag indiquent un dysfonctionnement neuronal et une implication systémique chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19 atteints d’encéphalopathie. La détection du SRAS-CoV-2 N Ag dans le sang 3 semaines après l’apparition des symptômes chez un patient non hospitalisé suggère qu’une stimulation antigénique prolongée, ou éventuellement une infection latente, peut survenir. L’anxiété était associée à des signes d’activation astrogliale chez les patients atteints de neuro-PASC. Ces données jettent un nouvel éclairage sur la neuropathogenèse du SRAS-Cov-2 et démontrent la valeur des biomarqueurs plasmatiques dans l’ensemble du spectre de la maladie COVID-19.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES