undetermination999
Retraité-Chercheur
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2022

Mediapart, enquête sur la perception de sa production par ses clients.

Médiapart, controleur fiscal supplétif, défenseur de notre liberté ou délateur par vocation ou profit ?

undetermination999
Retraité-Chercheur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mediapart est l’image d’une production attirant ses clients par révélations de  scoops :

Celui qui va lancer le journal, Sarkozy, un financement de campagne présidentielle occulte, et le bombardement de Tripoli qui en a suivi, Cahuzac, une fraude déclarative fiscale, et le « tous pourris » d’extrême droite au second tour induit, Villepin, un assistant parlementaire qui ne fait pas grand-chose, renforcement du précédent exploit et aujourd’hui Roussel, même forfaiture mais pour le coup, par un jeune militant ouvrier.

Suivant quelques journalistes commentant en médiapart ces actions proclamée de salut public,  chasse aux planqués détourneurs de fonds de la République, un malaise prend le lecteur, ce «J’Accuse…!» perpétuel, ce Zola à  charge multiple, pour qui tire-t-il ?

Pour lui, ses finances ?

Pour déstabiliser les institutions élues  du peuple désignées ainsi indignes ?

Pour assoir dans l’opinion le dégoût du pouvoir, du collectif ?

Journalistes faiseurs de Rois ! 

Les dictateurs, les tyrans sont de mode.

D’avenir ? De choix ?

Argent public détourné !

Roussel, la paye d’un jeune militant, combien ?

Entre 2015 et 2020, France a équipé l’armée de Vladimir Poutine, déclarée agresseur, 152 millions d’euros.

Thales, Safran, dont l’Etat français est le premier actionnaire.

Argent public détourné ?

Crimes contre  l’humanité, c’est pas le sujet de nos justiciers.

Assassiner des Ukrainiens, c’est légal, suivant  Macron, c’est dans le contrat commercial.

Tous complices ?  Pas d’enquête en Médiapart.

Le crime, c’est nous, seuls justiciers.

Taisez-vous Nathalie ! Vous qui fuyez de rendre hommage à nos révélations historiques.

Mediapart n’a pas de parti ?

N’a celui du respect de ces lecteurs, sortant de sa lecture par « ils nous prennent pour des c. »

Mediapart, le bilan de nos justiciers ?

La victoire pour qui ?

Depuis 2008, dans les urnes, les voix de gauche ont continué de fondre, celles des populistes doublé.

Combien de nouveaux lecteurs conquis par nos justiciers dans chaque camp ?

Mediapart ne vit que de ces lecteurs, non de sa lecture … C’est dans le contrat … du profit.

Boîte Noire –

 Il faut parler de tout. Un sous est un sous et voler, c’est voler.

On dit que les grands nombres sont du bruit, de l’indéterminisme, en logique mathématique.

On dit « noyer le  poisson » en langage courant.

Le climat, la pandémie, les ventes d’armes…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac