Le seul geste barrière est de porter un masque

La transmission du COVID-19 se ferait exclusivement de personne à personne par gouttelettes respiratoires et non par le toucher d’objets ou d’animaux.

Dernière intervention sur Youtube des équipes du CNRS sur le COVID

Épidémie de COVID-19 : Réponses aux questions du Thème 4 | Diffusons la science •22 mai 2020

https://www.youtube.com/watch?v=X9OLH_nsWIk

« Comme le virus de la grippe, le SARS-CoV-2 se propage principalement par des grosses gouttelettes que nous produisons en respirant.

L’infection via ces gouttelettes peut se faire de deux façons : d’une part, par une transmission directe de personne à personne qui sont en contact étroit, d'où l’importance du port du masque et de la distanciation physique. Vous pouvez aller voir notre épisode précédent sur l’efficacité des différents types de masques.

D’autre part, par une contamination indirecte via des objets contaminés, d'où l’importance de se laver régulièrement les mains et d’éviter de se toucher le visage. Notre épisode relatif à la durée d'infectiosité du virus sur différentes surfaces vous renseignera sur ce point.

La question de la contamination via les petites gouttelettes, ou aérosols, reste encore ouverte.

Plusieurs études ont montré la présence d’ARN viral dans des prélèvements d’aérosols issus de patients hospitalisés atteints de COVID-19. Néanmoins, aucune étude n’a permis à ce jour de montrer ou de quantifier l’infectiosité de ces aérosols.

À l’extérieur, l’effet de dilution va être prépondérant et la probabilité que des gouttelettes/aérosols contenant du virus soient inhalés avec une charge infectante suffisante paraît peu probable en dehors du champ proche, comme dans une foule par exemple.

De plus, la température et l’humidité, sont des facteurs qui pourraient réduire la durée de vie du virus dans l’air. Les UV, présents dans la lumière du soleil, pourraient aussi endommager l’ARN du SARS-CoV-2 et ainsi inhiber sa réplication, comme cela a été montré pour le SARS-CoV-1.

A l’intérieur, concernant la climatisation, contrairement aux bactéries type Legionella, le SARS-CoV-2 ne peut pas s’y multiplier. Il a été montré que dans un environnement clos en utilisant une climatisation en circuit fermé, le renouvellement de l’air diminue la quantité d’aérosols présents. Cependant, la climatisation va aussi agir sur le flux d’air et pourrait transporter sur une plus grande distance les grosses particules émises par une personne contaminée présente dans la pièce.»

À ce jour, le nombre d’études sur l’infectiosité des aérosols est significatif.

Ce même nombre pour l’infectiosité des grosses gouttelettes est quasi-nul.

 

 

Suivant le site US CDC : https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/prevent-getting-sick/how-covid-spreads.html

La transmission du COVID-19 se ferait exclusivement de personne à personne par gouttelettes respiratoires et non par le toucher d’objets ou d’animaux.

Il reste cependant recommandé de se laver fréquemment les mains et de désinfecter les surfaces touchées !...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.