Élections de la dernière chance, une région écolo solidaire avec la monnaie locale !

Départements, Région, la monnaie locale : un outil clé pour la transition et la relance. Face aux multiples crises, l'action citoyenne porte des projets pour nos territoires. Dimanche nous votons pour les derniers mandats capables d'agir face à l'urgence climatique et il reste beaucoup à faire pour le lien social, la solidarité, relocalisation, démocratie... Engageons nous avec la monnaie locale !

ÉLECTIONS DE LA DERNIÈRE CHANCE : FAISONS DE L’ÎLE-DE-FRANCE UNE RÉGION SOLIDAIRE, ÉCOLOGIQUE ET AUTOSUFFISANTE AVEC LA MONNAIE LOCALE !

Épiceries, restaurants, librairies, bars, boulangeries, brasseries, artisanat, ateliers, psychologues, habillement, tourisme, imprimeries... on trouve la Pêche partout ! © Une Monnaie pour Paris : la Pêche Épiceries, restaurants, librairies, bars, boulangeries, brasseries, artisanat, ateliers, psychologues, habillement, tourisme, imprimeries... on trouve la Pêche partout ! © Une Monnaie pour Paris : la Pêche

Face aux crises sanitaires, économiques, sociales, écologiques et démocratiques, nous avons décidé de devenir acteurs et actrices de nos territoires. Depuis 2013, nous travaillons ensemble pour diffuser « la Pêche », une monnaie locale complémentaire et citoyenne (MLCC) commune à toute la région Île-de-France. Si la Pêche est partie de Montreuil et de Paris,  l’échelle régionale nous semble la plus pertinente pour tendre vers une auto-suffisance alimentaire, énergétique, industrielle, agricole… tout en conservant une proximité nécessaire à la démocratie active. C’est pourquoi, depuis 2018, la Pêche s’étend de la Seine-Saint-Denis à Paris, des Hauts-de-Seine au Val-de-Marne, et maintenant du Val-d’Oise aux Yvelines.

Alors que les élections départementales et régionales auront lieu les 20 et 27 juin 2021, nous interpellons les candidates et candidats pour leur demander de s’engager à soutenir les monnaies locales au cours de leur mandat, à l’instar des communes qui le font à l’échelon municipal. 

La monnaie locale est un outil clé pour construire une alternative positive, concrète, conviviale et puissante à laquelle tout le monde peut participer. Elle permet de financer la transition écologique, la relocalisation de l’activité, la solidarité, la relance après la pandémie, ainsi que de mobiliser l’épargne des particuliers, soutenir le pouvoir d’achat et renforcer les TPE-PME de la région, qui en sont le poumon économique et souffrent beaucoup après des années très difficiles. Elle fait face aux aspects les plus insoutenables et inégalitaires de notre économie actuelle : spéculation, profit à court terme, évasion fiscale, exploitation aveugle des ressources naturelles et des personnes… L’environnement, l’emploi, l’industrie, l’agriculture, l’égalité, l’économie sociale et solidaire ou de proximité et la démocratie locale ont beaucoup à gagner avec la monnaie locale !

La région Île-de-France a besoin de la monnaie locale pour financer la transition écologique et la relance économique ainsi que développer la solidarité et la démocratie locales ; la monnaie locale a besoin de l’appui de la région pour participer aux services publics, contribuer aux prestations sociales, se développer sur le territoire, être utilisée dans les appels d’offres et les subventions, rémunérer les personnes élues ou agentes, augmenter son utilisation et poursuivre ses objectifs.

De son côté, la Racine a été créée en 2017 sous l’impulsion du Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse. Elle a été lancée en 2018 et se déploie sur le sud Yvelines et l’ouest Essonne.

La Recyclerie, Porte de Clignancourt (18e), ex gare reconvertie en bar-restaurant, ferme urbaine, atelier de réparation, tiers-lieu global et culturel, point de toutes les rencontres... et première adresse à accepter la Pêche à Paris ! © Palmryre Roigt La Recyclerie, Porte de Clignancourt (18e), ex gare reconvertie en bar-restaurant, ferme urbaine, atelier de réparation, tiers-lieu global et culturel, point de toutes les rencontres... et première adresse à accepter la Pêche à Paris ! © Palmryre Roigt

La société dont nous avons besoin 

De quoi avons nous besoin, aujourd'hui ? L’Humanité dans son ensemble est menacée par la multiplication des crises économiques, sociales, sanitaires, écologiques et démocratiques, le changement climatique, l’effondrement des écosystèmes, mais aussi les effets destructeurs de notre économie — toujours plus compétitive et inégalitaire — sur notre santé, notre tissu social, nos communautés, notre environnement et l'ensemble du Vivant. Notre système absurde qui importe de l’autre bout du monde ce qui peut se produire à côté, qui ouvre des centres commerciaux gigantesques détruisant plus qu’ils ne créent, qui s’effondre régulièrement en entraînant dans sa chute toute l’économie réelle, est responsable du chômage, de la pauvreté et de la précarité qui touchent des millions de personnes. En artificialisant les terres agricoles parmi les plus fertiles d’Europe, il compromet notre capacité à produire notre propre nourriture alors même que la région n’a que quelques jours d’autonomie alimentaire (seulement 10% des légumes et 1,5% des fruits consommés sont produits localement, alors que le blé est à 159% et le sucre à 117% : absurde). Nous avons un besoin urgent de redonner du sens à nos échanges et d'en finir avec la logique de la croissance illimitée, qui ne profite qu'à quelques-uns et qui est insoutenable pour la Planète.

Notre région, très urbanisée, est au cœur du problème. Mais elle est aussi un immense vivier de solutions, forte d'une très riche créativité associative ou entrepreneuriale et de la diversité des quartiers et des territoires. De nombreuses initiatives émergent partout pour (re)développer la démocratie et la production locales, les circuits courts, le commerce de proximité, le lien social, la convivialité, l’éducation populaire, en somme l'économie sociale et solidaire... La monnaie locale permet des les relier, soutenir et financer !

Nous n’avons plus que 6 ans de budget carbone pour atteindre l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degrés nous avertissent le GIEC et 15 000 scientifiques. Après, si nous n’arrivons pas à zéro émission nette de dioxyde de carbone, il sera trop tard. 6 ans, le temps d’un mandat, pour transformer radicalement nos sociétés, nos modes de production et de consommation. À nous de relever le défi du changement climatique et des mutations sociales !

En 2020 tous les crises se sont cristallisées : écologiques, sanitaires, économiques, sociales et démocratiques © Lucas Rochette-Berlon En 2020 tous les crises se sont cristallisées : écologiques, sanitaires, économiques, sociales et démocratiques © Lucas Rochette-Berlon

Les monnaies locales citoyennes comme levier

Une monnaie locale est gérée par un collectif constitué de toutes les parties prenantes ; en ce sens, c'est un outil démocratique pour reprendre la main sur notre économie. Elle s'obtient en échangeant des Euros (1 Pêche = 1 Euro = 1 Racine) qui vont alimenter un fonds de garantie, finançant des prêts, géré avec une banque éthique coopérative déconnectée des marchés financiers. Elle circule dans un réseau de prestataires (entreprises, coopératives, commerces, associations et services publics) et d’usagers, qui adhèrent à notre charte de valeurs, et s'engagent à agir pour une économie plus soutenable, par exemple en privilégiant des fournisseurs locaux en circuits courts, en s’approvisionnant en énergies renouvelables, en proposant des tarifs solidaires, en réduisant les déchets, produits à usage unique, nocifs ou animaux... et bien d'autres choses encore. En circulant dans le réseau, la monnaie locale dynamise grandement les échanges économiques locaux (elle peut circuler jusqu'à 7 à 12 fois plus vite que l'Euro, générant bien plus de « PIB local »). Elle n'est pas captée par les multinationales, banques toxiques et paradis fiscaux, ne finance pas exploitation humaine, agriculture intensive, travail des enfants ou destruction de l’environnement ; mais contribue exclusivement au développement d'une économie locale, solidaire et soutenable. C'est une source d'échanges multiples, et pas uniquement marchands : restauration du lien social consommateurs-distributeurs-producteurs, nouveaux partenariats locaux, relocalisation productive, événements conviviaux et de mixité sociale, prêts solidaires pour développer l’artisanat et les TPE-PME locales via le fonds de garantie, découvertes de talents locaux, création d’emplois...  

Concrètement, 1000 € convertis donnent, sur un an, 30 Pêches solidaires, 5 555 € de prêts locaux, et jusqu’à 7 à 12 000 Pêches d’activité locale, contre seulement 1 700 € sans la monnaie locale.

Depuis 2014 nous avons ainsi financé 2 156 741,53 € de prêts locaux, ayant contribué à l’ouverture de 21 supermarchés bio, 5 restaurants, 2 brasseries artisanales, 2 associations, 1 librairie et le centre des Grands Voisins ! 300 000 € ont été convertis en Pêches, permettant la distribution de 9 000 Pêches solidaires et un PIB local estimé de 1,2 à 3,6 millions de Pêches (contre 450 à 510 000 € sans).

L'association émet la monnaie locale et l'échange contre des euros qu'elle dépose sur un fonds de garantie ; vous pouvez alors la dépenser au restaurant, qui se fournira chez une épicerie locale, qui achètera les légumes d'un maraîcher local, qui payera son électricité renouvelable à la coopérative qui rémunèrera ses salarié·e·s en monnaie locale... qui pourront alors à leur tour la dépenser au restaurant ou ailleurs, bouclant ainsi la boucle ! © Une Monnaie pour Paris : la Pêche L'association émet la monnaie locale et l'échange contre des euros qu'elle dépose sur un fonds de garantie ; vous pouvez alors la dépenser au restaurant, qui se fournira chez une épicerie locale, qui achètera les légumes d'un maraîcher local, qui payera son électricité renouvelable à la coopérative qui rémunèrera ses salarié·e·s en monnaie locale... qui pourront alors à leur tour la dépenser au restaurant ou ailleurs, bouclant ainsi la boucle ! © Une Monnaie pour Paris : la Pêche

Agissons ensemble, rejoignez le mouvement !

L'idée est finalement simple : une monnaie locale pour soutenir l'économie que nous voulons, gérée et développée par nous, vous, toutes celles et ceux qui voudront s'engager à nos côtés. Plus de 80 monnaies locales citoyennes existent déjà en France et des milliers dans le monde !

Le développement d’une monnaie commune pour Paris, la petite puis la grande couronne, longuement mûri et collectivement établi, prend sa source dans la volonté d’unir nos forces face à un territoire aussi complexe et crucial que celui de l’Île-de-France, et dans la recherche  d’une auto-suffisance qui nécessite d’allier productions agricoles, artisanales, industrielles et services.

Alors que le dernier rapport du GIEC indique que 50 à 70% des marges de manoeuvre pour la transition écologique résident dans les collectivités locales, le vrai pouvoir du changement se trouve dans les territoires, et ce sont aux départements et aux régions de contribuer, avec les autres acteurs, à ce basculement de système vers une société soutenable, juste et agréable à vivre pour tout le monde.

Suivons les modèles de Grenoble, Bayonne, Nantes, Chambéry, Toulouse, Avignon, Bristol... : services publics, relance économique, commerce de proximité, transports, cantines, marchés, culture, salaires des agent·e·s, indemnités des élu·e·s, appels d’offres, subventions, transition, aides sociales, expérimentation du revenu minimum garanti, développement de la monnaie électronique, tourisme... La monnaie locale a sa place partout pour inclure les collectivités dans la transition et l’économie locale !

À la veille des élections régionales et départementales, les dernières avant qu’il ne soit trop tard, les citoyens et citoyennes d’Île-de-France attendent des formations et personnalités se présentant à leurs suffrages des engagements, mesures et politiques publiques fortes, innovantes, positives, courageuses, inédites, écologiques, sociales, coopérant à l’échelle du territoire avec la société civile, les associations et les entreprises pour réussir ensemble la transition écologique et solidaire !

Parmi d'autres candidat·e·s, Julien Bayou, écologiste, a la Pêche ! Et vous ? © Julien Bayou, l'écologie évidemment ! Parmi d'autres candidat·e·s, Julien Bayou, écologiste, a la Pêche ! Et vous ? © Julien Bayou, l'écologie évidemment !

Appelons ensemble nos futur·e·s élu·e·s à s'engager à soutenir les monnaies locales franciliennes lors de leur mandat :

1 Soutenir, promouvoir et financer l'association qui porte la monnaie locale de votre territoire afin de lui permettre de consolider le projet et/ou de le développer

2 Adhérer à l’association porteuse pour encaisser des paiements (services publics, transports, cantines, redevances…), payer des fournisseurs ou accorder des subventions en monnaie locale pour des projets territoriaux innovants ou valorisant une politique affectée (transition écologique, consommation, santé, alimentation, cohésion sociale, formations…)

3 Payer en partie indemnités, salaires et/ou prestations sociales en monnaie locale

Texte proposé par Lucas Rochette-Berlon, fondateur d'Une Monnaie pour Paris : la Pêche ! (MoPPa) et du Réseau pour une Économie Volontaire, Éthique et Solidaire (REVES, la fédération qui porte la monnaie locale citoyenne la Pêche en Île-de-France), et par Catherine Sébag, membre du bureau de La Pêche, monnaie locale (LPML)

Candidat·e·s aux élections départementales et régionales de 2021 s’engageant :

  • L’écologie évidemment ! — Julien Bayou :
    Europe Écologie Les Verts ;
    Génération·s
    Nouvelle Donne ;
    Génération Écologie ;
    l’Alliance Écologiste Indépendante ;
    CAP21,
    le Rassemblement citoyen ;
    Le Mouvement des Progressistes ;
    Cap Écologie, l’action citoyenne

  • Binômes cantonaux de :
    Europe Écologie Les Verts (EÉLV)
    ;
    La France insoumise (LFI) ;
    le Parti  socialiste (PS) ;
    Génération·s (G·s) ;
    le Parti animaliste (PA)
    le Parti communiste français (PCF) ;
    Gauche démocratique et sociale (GDS) ; 
    Ensemble ! Mouvement pour une alternative de gauche, écologiste solidaire (E!) ;

22 associations, collectifs et organisations la co-signent également :

  • La Pêche, monnaie locale (LPML)
  • Une Monnaie pour Paris : la Pêche ! (MoPPa)
  • Le Réseau pour une Économie Volontaire, Éthique et Solidaire (REVES)
  • La Racine, monnaie locale
  • Le Mouvement SOL
  • Les Colibris Paris
  • Alternatiba Paris
  • MonEst
  • Agir Solidairement pour le Quartier Popincourt (ASQP)
  • le Collectif Pacte pour la transition - Paris
  • Transition Paris IDF
  • Le Pré en Transition
  • Transition Paris 12
  • L’ÉchangeHeure
  • MyTroc
  • Sucy Environnement Transition
  • There Are Other Alternatives
  • ÉCOTEMPS Paris, réseau local d'échange de services & savoirs
  • Les Colibris de Paris 15ème   
  • Val-de-Marne en Transition
  • Champigny en Transition
  • Boucles de la Marne
  • Territoire en transition

Candidat·e·s aux élections municipales de Paris en 2020 soutenant la Pêche :

  • Paris en Commun : Anne Hidalgole Parti Socialiste ; Génération·s ; Paris(s) Écolo ; Allons Enfants ; Nouvelle Donne ; Place publique ; République & Socialisme ; (niveau 1)
  • L’Écologie pour Paris : David BelliardEurope Écologie Les Verts ; Urgence Écologie ; Le Rassemblement citoyen ; Citoyenneté, Action, Participation pour le XXIe siècle (CAP21) ; l’Alliance Écologiste Indépendante ; le Parti Animaliste ; À Nous la Démocratie ! ; (niveau 3)
  • Le Nouveau Paris : Cédric Villani le Parti Radical de Gauche, le centre gauche ; (niveau 1)
  • Décidons Paris : Danielle Simonnet & Vikash Dhorasoo — liste citoyenne soutenue par La France insoumise ; Révolution Écologique pour le Vivant ; Pour une Écologie Populaire et Sociale ; ÉCOLO, Mouvement de l’Écologie Politique ; Potere al Popolo ! Le Pouvoir au Peuple ; (niveau 3)

Cf SOUTENONS LA MONNAIE LOCALE POUR CHANGER NOS VI(LL)ES ! 

Pour en savoir plus : unemonnaiepourparis.orgpeche-monnaie-locale.frlaracine-monnaie.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.