Pétition - 1,5 milliard pour sortir les étudiant·e·s de la galère!

Nous n’en pouvons plus. Cette pétition est adressée à Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur. Tou·te·s les étudiant·e·s, peu importe leur lieu d'études ou leur cursus, peuvent la signer et la partager.

Nous mourrons. Les étudiant·e·s meurent.

Perte de nos emplois étudiants, pas de jobs d’été, baisse du soutien financier familial, fermeture de la moitié des lieux de restauration universitaire, dettes de loyer, difficultés à trouver un stage, pas d’outils numériques, cours à distance intenables, examens non adaptés au moment inédit que nous vivons : depuis le début de la crise sanitaire notre situation ne fait que s’aggraver.

C’était déjà dur d’être étudiant·e·s en 2020 avant le Covid-19, notamment parce que votre gouvernement nous a précarisé pendant plusieurs années : baisse puis gel des APL, gel des bourses, nouvelle cotisation à payer (CVEC). Pire encore : en dix ans, le coût de la vie étudiante a augmenté de 27%. Après tout cela, être étudiant·e·s en 2021, en pleine crise sanitaire, et abandonné·e·s par le Gouvernement, c’est encore plus dur.

Nous n’en pouvons plus. Un nombre croissant d’entre nous tentent et, malheureusement, parfois réussissent à se suicider, tellement la situation que vous nous imposez est intenable. Notre détresse est immense. On ne compte plus le nombre d’étudiant·e·s qui doivent sauter des repas pour survivre, qui coupent leur chauffage en plein hiver pour faire des économies, qui ne vont plus du tout chez le médecin faute d’argent.

Nous en avons assez des « bons sentiments ». Reconnaître que « c’est dur d’avoir 20 ans en 2020 », Monsieur le Président, ou affirmer avoir « une pensée pour les étudiant·e·s », Monsieur le Premier Ministre, ne suffit plus. 

Les mesures que nous avons arrachées pour les boursier·e·s, telles que le resto U à 1€ ou l’aide ponctuelle de 150€ ne suffisent pas. Tou·te·s les étudiant·e·s non boursier·e·s n’ont pas reçu un centime du Gouvernement depuis le début de l’année universitaire pour faire face à la crise. Cela représente pourtant 73% des étudiant·e·s. Les étudiant·e·s boursier·e·s ne peuvent pas survivre à une telle crise avec l’équivalent de 12,5€ par mois. Pour sauver les entreprises vous reconduisez les aides nécessaires tous les mois, mais vous pensez qu’une aide sur un seul mois va suffire à nous sortir de l’extrême précarité qui s’est maintenant installée ?

Arrêtez l’hypocrisie : vous nous avez sacrifié·e·s durant cette crise. Il est temps que vous joigniez votre parole aux actes. Nous demandons 1,5 milliard d’euros, maintenant ! Comparé aux centaines de milliards d’euros engagés pour sauver l’économie, ce n’est pas grand-chose. Mais c’est un investissement nécessaire. 

1,5 milliard d’euros pour un plan d’urgence permettant réellement de répondre à notre situation dans l’immédiat, mais aussi le lancement d’une réforme profonde du système d’aides sociales, l’Allocation d’Autonomie, garantissant que cette situation ne se reproduise plus jamais !

Au vu de la position plus qu’insoutenable dans laquelle nous nous retrouvons, nous lançons aujourd’hui une pétition, à signer à l'adresse suivante : www.change.org/SOSétudiant

Nous signons cette pétition POUR sauver nos études. Afin de faire face à l’urgence, nous nous mobilisons :  

-POUR la revalorisation des bourses sur critères sociaux de 100 euros par mois et par échelon

-POUR l’intégration de 100 000 nouveaux·elles étudiant·e·s et des étudiant·e·s étranger·ère·s au système de bourses

-POUR la revalorisation des APL de 20%

-POUR la construction effective des 60 000 logements CROUS promis pour 2022

-POUR le tarif à 1 euro dans les Restos U pour tout le monde (boursier·e·s ou non)

-POUR la gratuité des masques et la mise en place d’aides financières pour accéder aux outils numériques

-POUR un chèque santé permettant plusieurs visites gratuites chez un·e psy et la facilitation de l’accès à un·e thérapeute.

-POUR la réouverture des universités

Signons massivement cette pétition pour exiger de la part du Gouvernement des politiques publiques à la hauteur, contre la précarité étudiante et pour notre santé mentale !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.