virginiebenmoubamba@gmail.com
Abonné·e de Mediapart

913 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 déc. 2014

virginiebenmoubamba@gmail.com
Abonné·e de Mediapart

Gabon / Résumé des émeutes du 20 décembre 2014 à Libreville (Rio)

virginiebenmoubamba@gmail.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un étudiant gabonais a été tué samedi au cours d'une manifestation interdite de l'opposition réclamant le départ du président Ali Bongo Ondimba, qui a donné lieu à des heurts avec les forces de l'ordre, l'opposition parlant de trois morts.

Les circonstances exactes de la mort de ce jeune homme de 30 ans n'ont pas été précisées, mais cet incident ajoute aux tensions politiques croissantes. Avant la manifestation, l'ONU avait appelé pouvoir et opposition au dialogue pour éviter "une crise profonde".

"Un jeune compatriote de 30 ans (...) est décédé"lors de la manifestation, a déclaré à la presse le procureur de la République, Sidonie Flore Ouwé. Selon elle, il s'agissait d'un étudiant "qui a été mis sur le dessus d'un taxi" au milieu des manifestants.

Selon la médecin légiste, le jeune homme est décédé d'une blessure à la gorge probablement causée par "un objet tranchant". "Il est mort des suites des blessures que j'ai examinées au niveau (...) du cou" et il présentait une autre blessure "juste au-dessous du menton", a indiqué le Dr Liliane Flore Pemba.

Sur les réseaux sociaux, l'opposition a, quant à elle, accusé le pouvoir d'avoir tué plusieurs manifestants. L'information n'a pas pu être confirmée officiellement dans l'immédiat.

"Trois morts et des centaines de blessés. Manifestation pacifique brutalement réprimée", a ainsi affirmé sur Twitter l'ancien président de la Commission de l'Union africaine (UA) ayant rejoint l'opposition, Jean Ping, présent à la manifestation.

Des heurts ont éclaté à Libreville et au moins une vingtaine de personnes ont été interpellées, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes pour empêcher les manifestants de se rassembler au carrefour Rio, dans un quartier populaire, où des cortèges de plusieurs centaines de manifestants ont afflué de chaque côté de la place.

Un important dispositif de sécurité était déployé, avec camions et dizaines de policiers et gendarmes bloquant les accès au carrefour. Un hélicoptère survolait en permanence la manifestation.

En première ligne, plusieurs ténors de l'opposition, dont Jean Ping et le dernier Premier ministre du défunt président Omar Bongo Ondimba, Jean Eyéghé Ndong ont été pris sous les tirs de grenades lacrymogènes,

'Comme des chiens'

"Ali, dégage! 50 ans, c'est trop long!", scandait la foule. Le président Ali Bongo Ondimba dirige le pays depuis la mort en 2009 de son père Omar, au pouvoir depuis 1967.

"On venait marcher pacifiquement, dire qu'on en a marre que le pays soit pillé, c'est tout, mais ils nous traitent comme des chiens", a lancé Jonas, un jeune Gabonais.

Plusieurs manifestants ont répondu aux forces de l'ordre par des jets de pierres et de bouteilles en verre.

Après une forte pluie, conjuguée à l'action des forces de l'ordre, le gros de la foule ,s'est dispersée en début d'après-midi. Des heurts ont alors éclaté dans les bidonvilles adjacents, comme les Akébés, où des barricades ont été errigées, des pneus et au moins une voiture brûlés.

Selon le procureur, il y a eu "des actes de vandalisme", notamment des boutiques "saccagées" et "des voitures incendiées".

Vendredi, le ministère de l'Intérieur avait annoncé que la manifestation était interdite afin d'éviter d'éventuels "troubles à l'ordre public".

A la veille du rassemblement, le chef du bureau régional des Nations unies pour l’Afrique centrale (Unoca), Abdoulaye Bathily, s'était dit "vivement préoccupé par le climat ambiant" au Gabon, appelant "au calme et au dialogue" entre gouvernement et opposition.

La parution du dernier livre sur le pouvoir gabonais du journaliste français Pierre Péan, "Nouvelles affaires africaines", a suscité une grande polémique dans cette ex-colonie française.

Le journaliste accuse le président gabonais d'avoir falsifié de nombreux documents, de son acte de naissance à ses diplômes.

Une plainte déposée en novembre par l'opposition sur l'état-civil du chef de l'Etat a été rejetée cette semaine par le parquet.

© 2014 AFP

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB