Gabon / Ben MOUBAMBA : " Le DIALOGUE NATIONAL" ? Oui, mais sous quels préalables ?

J’indiquerai dans les prochaines heures, sur la chaîne publique d’information GABON 24, que je suis d’accord avec la proposition de DIALOGUE NATIONAL à condition de s’entendre au préalable sur la nature de ce dialogue.

Nous avons besoin, avant tout, d'une commission efficace pour éviter un monologue du pouvoir et installer un vrai DIALOGUE, une plus grande TOLERANCE et donc un début de PAIX acceptable par tous au cours du futur débat national, s'il a lieu. 

Il ne s’agit pas de refaire des « accords de Paris » pour se distribuer des postes, il s’agit d’ouvrir de grands chantiers : les institutions et donc la Constitution, le modèle économique du pays, le nécessaire « état d’urgence sociale » à décréter sur le Gabon et bien évidemment une réflexion sur l’identité culturelle de tous les gabonais.

J’espère que les gabonais vont enfin comprendre le message que je tente de véhiculer depuis ma grève de la faim devant l’Assemblée Nationale en août 2009. On ne peut pas séparer l’incendie de la chambre basse du Parlement gabonais de mon acte hautement non-violent mais raillé (je le conçois) de 2009.
Certains se sont fait appeler Moïse, d’autres se sont faits baptiser du nom de Josué. 

Moi, je ne suis que le très modeste DAVID et je viens au nom d’une certaine Providence face à des forces mille fois plus puissantes que moi. Mais je ne viens pas en mon nom et pour servir mes intérêts. Je me suis levé comme un personnage modeste sous l’œil de la Providence universelle, et cela me suffit, pour l’honneur et pour l’Histoire. 

Bruno Ben MOUBAMBA

#MOUBAMBA #GABON

 © J.SENYARICH-EDOT © J.SENYARICH-EDOT

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.