Cinéma du Réel 2015 : Thomas Jenkoe tend son micro à la xénophobie ordinaire

Photographe et réalisateur, Thomas Jenkoe filme son Nord natal avec le recul de celui qui l'a quitté. Dans Souvenirs de la Géhenne, en arpenteur patient, il plante son trépied dans Grande-Synthe et ses marges, théâtre d'un crime raciste en 2002.

Cinéma du Réel 2015 : autopsie du racisme ordinaire par Thomas Jenkoe © UniversCiné

Photographe et réalisateur, Thomas Jenkoe filme son Nord natal avec le recul de celui qui l'a quitté. Dans Souvenirs de la Géhenne, en arpenteur patient, il plante son trépied dans Grande-Synthe et ses marges, théâtre d'un crime raciste en 2002.

Mêlant au son la déposition du tueur - lue par le réalisateur lui-même - aux témoignages des habitants, Thomas Jenkoe tend son micro avec le souci de représenter toutes les opinions. Dans l'entre-deux tours des départementales Souvenirs de la Géhenne propose un temps de réflexion précieux et une tentative de compréhension des mécanismes de la haine.

A ceux qui ne pourraient assister aux projections, UniversCiné propose dès le 1er avril de rattraper une sélection de 19 films de cette 37è édition de cinéma du Réel.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.