A Lussas : Le goût de la vie de Vincent Boujon

La sélection Tenk ! – « pitch » en wolof – des États généraux du film documentaire de Lussas met à l’honneur ces projets, ces pitchs qui deviennent de véritables films. Dans la programmation de cette année se niche cette œuvre singulière, sensible et lumineuse, Vivant !, présentée par le cinéaste Vincent Boujon. À découvrir en avant-première le lundi 6 octobre à 19 h 00 au Cinéma Le Louxor à Paris.

La sélection Tenk ! – « pitch » en wolof – des États généraux du film documentaire de Lussas met à l’honneur ces projets, ces pitchs qui deviennent de véritables films. Dans la programmation de cette année se niche cette œuvre singulière, sensible et lumineuse, Vivant !, présentée par le cinéaste Vincent Boujon. À découvrir en avant-première le lundi 6 octobre à 19 h 00 au Cinéma Le Louxor à Paris.

À l’heure où de nombreux projets ne voient jamais le jour, faute d’intérêt de la part des organismes financeurs d’œuvres audiovisuelles, des cinéastes se battent pour trouver le moyen de produire et de livrer au public des œuvres audacieuses et nécessaires. L’idée de ce long germe dans l’esprit du cinéaste grâce à une série de rencontres qu’il fait à AIDES, première association française de lutte contre le VIH : Vincent Boujon comprend alors l’importance de réaliser un long-métrage sur des hommes séropositifs. Faute de moyens, il lance un appel au crowdfunding pour permettre à cette œuvre de voir le jour ; en quelques mois, il réunit la somme nécessaire au tournage de Vivant !

Filmer ces hommes désireux de sauter en parachute permet au cinéaste de dresser le portrait juste et humain de ces combattants homosexuels laissés trop souvent dans l’ombre, ceux dont l’existence a basculé du jour au lendemain et qui, pourtant, ne renoncent jamais face à la maladie. Mais là où l’on aurait pu craindre une récolte mécanique de poignants témoignages entrecoupés de séquences qui préparent le groupe au saut, Vincent Boujon nous fait entrer corps et âme au sein du groupe, en communion avec eux.

Le temps d’une heure et vingt minutes, Vincent, Mateo, Romain, Pascal et Éric finissent par être au plus proche de nous : ils s’installent à nos côtés et provoquent le rire autant qu’ils nous touchent. Face à leurs doutes, nous partageons ce malaise qui les prend aux tripes, et lorsqu’ils finissent par faire leur saut, l’adrénaline nous saisit. On se retrouve le souffle coupé. En vie, comme rarement devant un écran. 

Vivant !, c’est avant tout une célébration de la vie dans ce qu’elle a de plus passager. Il s’agit d’un saut dans l’inconnu, une prise de conscience de notre vulnérabilité. Inexorablement, le fait est que notre fin ne fait que s’approcher ; ce que nous en dit Boujon, c’est qu’une fois cette réalité intégrée et cette peur mise de côté, il n’appartient qu’à nous de la transfigurer. Cette simplicité assumée du propos ne nuit en rien à cette expérience cinématographique revigorante : avec Vivant !, le cinéaste évacue les prénotions concernant le VIH, et par la richesse, la tendresse et l’humour de ses personnages et de leurs échanges, parvient à nous insuffler son propre goût pour la vie.

David Da Costa

Sur UniversCiné, retrouvez l'ensemble de nos entretiens réalisés avec des documentaristes des Etats généraux de Lussas.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.