Le Nobel de la paix entre en guerre

     Retrouvez nous sur LesOvinsAffamés

     Suivez nous sur @LesOvinsAffames

 

     L’Union européenne, tout récent prix Nobel de la paix, a décidé d’inaugurer cette récompense de la plus belle des manières. A l’instar d’un Barack Obama, lauréat 2009, qui poursuivit et poursuit encore les guerres illégitimes et les actes de torture de sa précédente administration, l’UE fait un pas décisif vers une intervention en Iran.

     Dans la catégorie « nouvelles inexistantes » dans les médias français, l’UE a décidé de bloquer les médias iraniens. Ils ont coupé l’accès aux satellites européens à une vingtaine de chaînes iraniennes dont Press TV. Fox News s’est évidemment félicité de cette action dans une interview qui fleure bon la désinformation. La « journaliste » ne cache pas sa satisfaction en préambule:

A top european satellite provider ended its contract with Iran broadcast companies pulling 19 Iran state own tv and radio channels right off the air. That will fix them!

Un fournisseur d’accès majeurs aux satellites européens à mis fin à son contrat avec les entreprises de retransmission iraniennes, coupant ainsi 19 chaînes télé et radio détenu par l’état. Ca leur apprendra !

     La grande force de Fox est d’aiguiller la perception que nous avons d’un évènement dans la direction qu’ils souhaitent. Oui je sais, on appelle aussi ça de la propagande, mais comme ils sont du coté des gentils, c’est un terme à éviter. Après l’introduction tout en finesse de la journaliste se réjouissant de la fin unilatérale de la diversité d’opinions, l’intervenant nous embrouille. Il rebondit sur une manoeuvre similaire ayant eu lieu en 2004 concernant Al manar, média du hezbollah faisant l’apologie du terrorisme et de l’anti-sémitisme selon ses termes. Ce qu’il oublie à dessein de préciser, c’est que Press TV n’a rien à voir. C’est un média anglophone, qui apporte une vraie alternative au regard biaisé des médias occidentaux. Dans le domaine de l’économie notamment, des intervenants de qualités sont fréquemment interviewés, comme le désormais célèbre Max Keiser, élu par le Huffington Post personnage le plus dangereux des médias financiers:

Dangerous in a good way — these are the financial media players who are making things very difficult for the establishment to maintain the status quo. Because we tried it their way, allowing the banks and other corporations to write the laws and make all of our decisions for us. Turns out, that’s not true democracy or capitalism, it’s something else entirely, and we’ve all had enough. These are the folks leading the charge to take it back.

Dangereux dans le bon sens – ce sont les acteurs des médias financiers qui rendent très difficile à l’establishment de maintenir le statu quo. Parce que nous avons essayé leur manière, permettant aux banques et autres grandes entreprises d’écrire les lois et de prendre toutes les décisions pour nous. Il s’avère que ce n’est pas la vraie démocratie ou même le capitalisme, c’est quelque chose de complètement différent, et nous en avons tous assez.

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le - au dessus de tout soupçon – Huff Post.

     Le silence des médias occidentaux, dont reporter sans frontière, défenseur de la liberté de la presse... occidentale, contraste avec la réaction des médias alternatif (comprenez dont les grandes banques ne sont pas actionnaires) :

You don’t have to be a conspiracy theorist to think that by banning iranian medias, it does look like a further step towards military intervention against Iran, given it happened on the same day that the EU impose its further sanctions uppon Iran.

Vous n’avez pas à être un théoricien du complot pour penser que bannir les médias iraniens ressemble à un pas de plus vers une intervention militaire en Iran, étant donné que cela s’est passé le même jour que les nouvelles sanctions contre l’Iran.

     Les nouvelles sanctions en question, ne sont en revanche pas passées inaperçues. Vous noterez qu’il n’y a pas un mot sur les médias censurés. Peut-être que le vague passage qui suit est leur façon de traiter l’information :

L’UE « va notamment décider pour la première fois de frapper le secteur des télécoms », en particulier les entreprises de ce secteur soupçonnées de soutenir financièrement le régime, a précisé un diplomate.

Le plus dérangeant dans cette action entreprise par l’UE c’est qu’elle fait écho à la déclaration d’Hillary Clinton de mars 2011:

We are in an information war and we are losing that war. Al Jazeera is winning. The chineses have opened up a global multi languages television network, the russians have opened up an english network. I’ve seen it in a few countries, and it’s quite interesting.

Nous sommes dans une guerre de l’information et nous perdons cette guerre. Al Jazeera la gagne. Les chinois ont créé une chaine de télévision multilingue, les russes ont créé une chaine de télévision anglophone. Je l’ai vu dans quelques pays, et c’est très intéressant.

     C’est dans cette guerre de l’information qu’est intervenu le Nobel de la paix. Il en tire deux avantages : prendre le contrôle des informations sur et en provenance d’Iran. Laissant ainsi le champs libre à la rhétorique de Netanyahou et à ses dessins débilisants. Il fait également taire un de ses plus fervent détracteur, qui se faisait un malin plaisir d’exposer la fraude institutionnalisée du système financier.

     On avait bien compris que la notion de paix pour le comité d’attribution du Nobel, n’était pas attachée à la démocratie : le prix a été reçu par Von Rompuy et Barroso, deux technocrates confirmés. Ni à la promotion de la paix hors frontières comme en témoignent la Libye, le Mali, la Syrie, et bien d’autres à venir. Pas plus qu’à la paix à l’intérieur du continent d’ailleurs, à moins que les grecs, les espagnols ou les italiens ne soient tous les jours dans la rue pour fêter ce prix. Il n’inclut donc pas non plus la liberté de la presse.

     Mais rassurons-nous, si le Nobel de la paix récompense une entité technocratique guerroyant aux quatre coins du monde, contre son propre peuple, et contre la liberté de la presse, il est logique que Le Monde nous explique que c’est un prix Nobel de la paix amplement mérité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.