Frachon23
Antiraciste, Anticapitaliste et Antisexiste.
Abonné·e de Mediapart

111 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 oct. 2013

Manifestation antifasciste le 11 novembre à Tours.

Frachon23
Antiraciste, Anticapitaliste et Antisexiste.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué du Collectif Antifasciste Tourangeau :

Lundi 11 novembre 2013 17h30 Place Jean Jaurès, Marche antifasciste :
Alerta Antifascista !
Le lundi 11 novembre 2013, l’organisation néo-fasciste « Vox Populi »
organise sa 4è « Marche de la fierté tourangelle » dans les rues de Tours.
Une fois encore, notre ville sera occupée par un rassemblement de la
droite la plus dure, mêlant crânes rasés et bourgeoisie réactionnaire,
références catholiques et rites païens, sous forme d’une marche aux
flambeaux à l’esthétique directement inspirée des défilés nazis. Au fil
des années, cette parade est devenue un rendez-vous de l’extrême droite
fascisante et identitaire française, attirant de soi-disant « fiers
tourangeaux » venus pour l’occasion de tous les coins de l’Hexagone pour
clamer leur seul véritable point commun : la haine de la différence, le
mépris de la liberté et le refus de l’égalité entre les êtres humains.
Face à l’inertie des pouvoirs publics, face à la montée et à
l’implantation de l’extrême droite, il est temps de se mobiliser pour
rappeler que se voiler la face et calmer le jeu a
toujours favorisé l’extrême droite, qui en a toujours profité pour
multiplier les provocations et banaliser sa présence et ses idées auprès
de la population. Face
aux munichois, aujourd’hui comme hier, seule une opposition franche et
déterminée est susceptible de faire barrage à l’extrême droite.
Face à la montée de l’extrême droite, à l’heure où sont avérés les
rapprochements entre groupuscules fascisants tels que Vox Populi et le
soi-disant « respectable » Front national, il est temps de réagir, et de
commencer à construire un mouvement antifasciste regroupant toutes les
forces progressistes déterminées à enrayer la montée de l’extrême droite.
Un mouvement de lutte, pour s’opposer directement à ses actions, et
surtout pour transformer la société et détruire les racines sociales,
économiques ou culturelles de la xénophobie, du nationalisme et de
l’autoritarisme.
Tours est et restera antifasciste !
Pas de quartiers pour les fascistes, pas de fascistes dans nos quartiers !
Pour une société égalitaire et solidaire !
Tours est devenue une ville symbole de la résurrection de l’extrême droite
française : comme le titrait un quotidien national, nous vivons dans « une
ville occupée par l’extrême droite ». Depuis quelques années, son activité
locale s’est multipliée : congrès du FN où Marine Le Pen a hérité de
l’entreprise politique familiale ; défilés néo-fascistes réguliers,
encadrés par les autorités publiques ; manifestations provocatrices contre
les Gay Prides, protégées par les forces de l’ordre ; rassemblements des «
veilleurs» anti-mariage pour tous, là encore sous la protection
complaisante de la police, qui plus est sur la place Jean Jaurès – un
Jaurès socialiste, laïc et internationaliste, qui a dû frémir dans sa
tombe sous l’injure faite à sa mémoire !
L’impunité de l’extrême droite tourangelle est aujourd’hui totale : en
témoignent les nombreuses agressions qui ont visé des locaux et des
militants de gauche ces deux dernières années. Sans, bien sûr, que les
agresseurs ne soient inquiétés par la police ou la justice, même
lorsqu’ils étaient publiquement connus pour leur militantisme d’extrême
droite. Les institutions publiques, Mairie, Préfecture, et même
Université, font le choix de ne pas s’opposer à la montée insidieuse de
l’extrême droite et acceptent sans sourciller que celle-ci déverse
ouvertement dans nos rues et sur nos murs ses idées de haine et
d’exclusion.
Contre l’impunité de l’extrême droite
Ce collectif n’a pas pour but de créer une énième organisation politique,
mais de rassembler des syndicalistes, des militant-es politiques,
associatifs, mais aussi des individu-es ; autour de ces valeurs et du
refus de la société que nous proposent les organisations d’extrême droite.
Nos moyens d’action seront divers et variés, selon ce qui nous semblera le
plus pertinent sur le moment : manifestations, théâtre, tractages,
collages d’affiches, évènements festifs, projections, débats, expositions…
Notre imagination sera notre seule barrière.
Nous vous invitons à nous rejoindre, nous avons besoin de vous pour
apporter votre pierre à notre édifice.
Afin de combattre l’extrême droite, nous avons décidé de nous constituer
en collectif antifasciste.

Signataires : SUD PTT, SUD Rail, SUD Etudiant.

Liens : http://tours-antifa.samizdat.net
https://www.facebook.com/pages/Collectif-Antifasciste-Tourangeau/435311743255961

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda