vacatairesbpi
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 sept. 2020

Lettre de motivation

URGENT: Vacataire précaire cherche à continuer son travail. "Pourquoi ne pas prolonger Constance qui est là et qui veut continuer?"

vacatairesbpi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour G et S,

J'ai appris que vous recherchez mon profil pour pouvoir me remplacer et cela avec grande difficulté.

Mes collègues m'ont informé du fait que vous ne trouvez pas de profil comme le mien. Un collègue m’a demandé hier si je connaissais quelqu’un qui avait mon profil. Je n’ai pas osé lui répondre “moi”.

J’aime mon travail, je l’ai prouvé et je suis appréciée. J’ai réussi à faire évoluer ce poste malgré la période si inédite. Les lecteurs sont satisfaits de mes services ainsi que mes chefs. J’ai acquis une maîtrise tant relationnelle que technique que requiert ce poste. Comme un certain nombre de collègues, nous voulons poursuivre notre engagement au sein de la Bpi. Plusieurs titulaires m'ont communiqué qu'ils.elles vous ont demandé :

"Pourquoi ne pas prolonger Constance qui est là et qui veut continuer?"

Je vous le demande directement, pourquoi ne pas me prolonger?

Je viens vers vous car je suis dans la plus grande incompréhension.

Pourquoi ne pas prolonger les contrats des vacataires en cours qui sont si motivés et ont acquis les bases qui mettent les équipes en confiance? Dans un tel climat de tensions sociales - d'incertitudes et de précarité économique - ne vous semble-t-il pas nécessaire d'avoir des équipes non seulement déjà formées mais aussi avec une certaine expérience qui leur permettent de pouvoir avoir les bon réflexes même en cas de situation difficile (situations que nous vivons de plus en plus)?

Et surtout ne vous semble-t-il pas inconscient et dangereux que les personnes que vous allez recruter n'aient accès à aucune indemnisation en cas de maladie pendant leurs quatre premiers quatre mois de service? Dans cette période de crise sanitaire sans précédent? Et aucune ouverture de droit au chômage après leur contrat?

Et ma dernière question: comment vous sentiriez-vous si vous arriviez sur votre lieu de travail et que vous tombiez sur un panneau lumineux de 1,80 sur 60 cm qui dit que vos employeurs sont à la recherche de votre remplaçant alors que vous, vous êtes toujours là, bien en poste?

En attendant une réponse de votre part,

Je vous pris d’accepter mes salutations distinguées,

Constance

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Guadeloupe et Martinique, de crise en crise
Née d’un refus de l’obligation vaccinale avant d’embrasser des revendications sociales, une nouvelle poussée contestataire a saisi la Guadeloupe et la Martinique. Environnementales ou économiques, politiques ou policière, les îles des Antilles vont de crise de crise, que le quinquennat Macron n’aura pas permis de résoudre. Notre dossier.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart