Val Leone
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 oct. 2019

Inclusion scolaire, hier, aujourd'hui, demain ?

Hier, mon contrat d’accompagnant d’élève en situation de handicap a été reconduit pour trois ans ; il faut croire que j’apportais toute satisfaction à mon employeur dans ma mission depuis deux ans.

Val Leone
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier, j’ai été prévenue que l’on cherchait pour moi une nouvelle affectation (une nouvelle école, de nouveaux enfants à accompagner), que je ne resterai pas dans l’école où je travaille actuellement.

Depuis la rentrée, je suis présente 20h par semaine auprès de deux élèves (7 et 8 ans), scolarisés dans une école élémentaire publique, dans une classe à double niveau CE1- CE2, avec un enseignant dans la classe duquel j’ai travaillé durant ces deux années.

Ces deux élèves, sont en situation de handicap reconnu par la MDPH, leur donnant droit à un accompagnement humain, pour l’un - de 14h hebdomadaires, pour l’autre - de 6h minimum hebdomadaires.

Ils sont, plus particulièrement que d’autres, en raison du type de leur handicap, très angoissés par tout changement, en difficulté pour gérer les situations d’insécurité, et se retrouveront en situation de souffrance lors d’un changement d’accompagnant en cours d’année.

J’essaie, depuis, de comprendre la logique, la rationalité de la gestion des ressources humaines dans les écoles.

Mon travail apporte satisfaction puisque dans le même temps mon contrat est reconduit pour trois ans : le changement du lieu d'affectation n'est donc pas lié à un problème professionnel.

Je ne suis pas appelée auprès d’enfants qui auraient spécifiquement besoin de moi puisqu’on me cherche une nouvelle affectation.

Les élèves que je suis cette année ne se sont pas volatilisés, ils sont toujours dans le même établissement, dans la même classe.

La situation de handicap scolaire de ces élèves n’a pas disparu, ils ont toujours le même besoin, le même droit à être accompagnés, et donc, un nouvel accompagnant devra être affecté auprès d’eux.

J’essaie d’avoir des informations sur ce qui pourrait motiver ce changement d’affectation auprès de ma hiérarchie, en vain.

Je commence à réaliser, en ce début de soirée, que je quitte cette école ou je travaille pour la troisième année dans une semaine ; que je quitte ces deux élèves avec qui je suis liés, investie, dans une semaine ; que je quitte un enseignant avec qui je collabore avec bonheur pour la troisième année dans une semaine ; que les fruits de cette collaboration intense sont perdus pour les enfants dans une semaine.

Et je ne sais pas pourquoi un tel gâchis s’abat sur nous tous, et avant tout, sur ces deux enfants.

Alors, je recommence à douter, à douter du fondement, pour l’Education Nationale, des mesures d'inclusion scolaire, puisqu’elle a pris, hier, une décision sans justification, qui va mettre deux enfants porteurs de handicap en souffrance.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel

La sélection du Club

Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum