L'espoir réside à Pozzallo

Pozzallo est une petite ville du Sud de la Sicile qui fait face, depuis le début de la guerre en Libye, à l'arrivée constante de migrant en détresse cherchant refuge en Europe.

Cette commune dispose d'un centre d'accueil et de secours médical dont le nombre de places est largement insuffisant par rapport à l'afflux de migrants mais la population de Pozzallo fait tout sont possibles pour accueillir ces personnes dignement. Hélas, cette petite ville au grand coeur et un de nombreux territoires oublié par l'union européenne, qui se perd dans des débats purement politiques, au lieu de venir concrètement en aide aux réfugiés et aux villes en état d'urgence comme Pozzallo.

Les Pozzallesi font preuve d'une grande solidarité et de tolérance, le maire de cette ville, Luigie Ammatuna appartenant à une liste réunissant des membres de la gauche et de la société civile, peut-être fière de ses concitoyens qui n'ont jamais oublié leurs passés pour succomber aux appels des discours xénophobes présents dans le reste de l'Italie. En effet l'histoire de la Sicile et de Pozzallo est marqué par l'émigration car les Siciliens ont fortement émigré, pendant la période de l'après-guerre, pour fuir la misère et trouver du travail dans le Nord de l'Italie ou dans le Nord de l'Europe. Ils connaissent la douleur ressentie par celui qui doit quitter sa terre, sa famille, ses amis, ses repères pour pouvoir vivre dignement. De plus, le peuple de Pozzallo est un peuple de la mer, beaucoup d'entre eux vivent et travaillent grâce à la mer. Les histoires de naufrages ou autres épopées marines font partie de leurs traditions, ils ne peuvent donc avoir que de l'empathie pour ces réfugiés traversant les mers aux périls de leur vie.

Le contraste est énorme entre l'état d'esprit des habitants de Pozzallo et celui d'habitants d'autres villes européennes comme Calais, par exemple, où les migrants sont mis à l'écart où les Calaisiens ne veulent plus les voir dans leurs rues, à Pozzallo, la mairie organise des matchs de foot entre réfugiées et jeunes de Pozzallesi, les migrants sont aussi libres de se balader ou ils veulent. Il faut noter qu'il n'y a jamais eu d'incidents liés aux migrants dans cette ville et que de forts liens sociaux se sont créée entre migrants et habitants.

Pourtant Pozzallo, terre d'espoir et de bonheur, est victime de la recherche du toujours plus sensationnelle des chaines d'information continue et des discours anti-immigrations de la droite et l'extrême droite italienne qui font passer cette ville pour une terre de désespoir et de malheur, ce qui impact gravement le tourisme, principale source économique de la ville. Les habitants, eux-mêmes, ne reconnaissent pas leur commune à la télévision et les touristes se rendant à Pozzallo, par habitude ou par solidarité, sont aussi surpris par la différence entre ce que l'on montre et la réalité de la vie à Pozzallo.

Pozzallo pourtant mit de côté par les institutions européennes et le gouvernement Renzi est un symbole car cette petite ville à l'extrémité Sud de l'Europe porte haut les valeurs de l'Union Européenne telles que la paix, la solidarité, la tolérance et le respect des droits de l'Homme, elle donne une leçon au reste d'Europe car elle montre qu'en laissant de côté les préjuges, en n'écoutant pas les discours xénophobes qui misent sur la peur de l'autre, en ayant la conviction que l'on peut aider à les aider, il est possible d'améliorer les choses.


Valentin Lange

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.