VALERIEL
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 avr. 2021

VALERIEL
Abonné·e de Mediapart

Les mots dits / Convention (d'occupation)

A-t-on jamais vu dans l'Histoire, les occupés dicter leur volonté aux occupants ? Non. C'était d'ailleurs systématiquement l'inverse jusqu'à aujourd'hui. C'est pourquoi il me semble intéressant de dire un mot sur l'évolution de l'occupation de la centaine de théâtres et lieux culturels en France depuis un mois, en prenant l'exemple toulousain du ThéatredelaCité, scène nationale.

VALERIEL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Convention : XIVe siècle du latin conventio, de venire « venir » (Petit Robert)

C'est une convention qui a été signée le 22 juin 1940 dans la forêt de Compiègne entre l'Allemagne et la France pour régler l'Armistice de la drôle de guerre. Une convention d'occupation. Les deux parties sont venues, ont discuté, mais ce n'est pas le général Huntziger représentant la France qui a dicté les conditions de l'occupation allemande à Adolf Hitler et au général Keitel. Imagine-t-on l'inverse ? Même s'il y a eu quatre jours de négociations, quel a été le poids de l'occupé face à l'occupant ? La suite de l'histoire a montré qui menait qui à la baguette.

Mais autre temps, autres moeurs. C'est à la veille du week-end pascal que la direction du Théatredelacité à Toulouse a froncé les sourcils (non, pas besoin de taper du poing sur la table) : afin de mener à bien les négociations et de respecter le nouveau « confinement », elle « proposait », à la demande du préfet et sous la menace d'une expulsion manu militari, que les occupants ne soient plus que 6 la nuit et 15 le jour ; qu'ils passent régulièrement des tests de dépistage ; qu'ils soient clairement identifiés ; que des vigiles contrôlent les allées et venues, la jauge des occupants, le respect des gestes barrières. Et que croyez-vous qu'il arriva ? Les occupants, révoltés, refusèrent tout net. Ah, non, ça c'est dans d'autres romans. 
Dans une société de consensus, on accepte tous les mots en « con » parce qu'on s'aime, au fond, et qu'on n'aime pas le conflit-qui-ne-fait-pas-avancer-les-choses. Illusion à double titre : ceux qui ont accepté de venir négocier les conditions posées par le TC finiront par tout accepter. En outre, il y aura bien bataille mais entre les occupants dont certains, déjà, ne sont plus jugés dignes de s'asseoir à la table des discussions, aux côtés du Syndéac, de la CGT spectacle et de la CIP (coordination des intermittents et précaires). Le cercle des initiés se resserre et l'entre-soi reprend ses droits. Une élite de la négociation se met en place qui va permettre d'éparpiller le mouvement de contestation contre l'entrée en vigueur, le 1er juillet, de la réforme scandaleuse et injustifiable de l'assurance chômage. 


Ceux-là mêmes qui se révoltaient à force de trop de mépris, de trop d'oubli, acceptent le coup de sifflet du maître signifiant la fin de la récré, lui qui les a accueilli si gentiment le mois dernier. Menés à la baguette, les pauvres, les paumés, les chômeurs, les artistes ? Ça ne serait pas étonnant, la ministre de la culture ne jure que par elle. Non pas celle du chef d'orchestre, de la prof de danse vieille école, ni même celle du magicien, encore moins le brigadier cher aux traditionalistes. Non, le « petit bâton » de son étymologie italienne, bacchetta, qui affole Roselyne quand elle n'est pas occupée à décorer Michel Sardou, c'est la baguette de pain. Son grand combat, c'est d'obtenir pour celle-ci le titre de « patrimoine immatériel » de l'Unesco. « Ce produit nous réunit, et c'est à ce titre que je l'ai choisi » a-t-elle déclaré. Comme quoi, 1) la ministre travaille beaucoup et 2) la baguette peut être à double tranchant...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez