VALERIEL
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 août 2018

Les mots dits / Urbanisme abusif

La végétation exercerait-elle « un usage immodéré » de l'espace urbain ? À Toulouse, oui. « Les berges [du canal du Midi], actuellement occupées par une végétation abusive qui cache la voie d’eau [faux], sont aussi récupérables. », explique Joan Busquets, architecte urbaniste chargé de relooker le centre ville de Toulouse depuis 2010.

VALERIEL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Abus : 1370 abus de « usage immodéré (de quelque chose) puis, 1451 « résultat d'un mauvais usage : erreur ».

Les berges de la Garonne et l'escalier monumental le 1er août l'après-midi. Des Toulousains "réconciliés avec leur fleuve" ? © Alain Pitton

La végétation exercerait-elle « un usage immodéré » de l'espace urbain ? À Toulouse, oui. « Les berges [du canal du Midi], actuellement occupées par une végétation abusive qui cache la voie d’eau [faux], sont aussi récupérables. », explique Joan Busquets, architecte urbaniste chargé de relooker le centre ville de Toulouse depuis 2010. Alors coupons. Coupons les arbustes où nichent les merles et autres chanteurs, les buissons d'où, au printemps, sortent les canetons qui font la joie de nos rejetons, rotofilons les fleurs sauvages qui nourrissent les insectes qui régalent les mésanges. Rasons.

Et puis coupons les arbres aussi, ceux qui « gênent » la vue sur la basilique Saint-Sernin, coupons, en 2015, le micocoulier planté en 1735 devant la cathédrale Saint-Étienne parce que "des branches auraient pu tomber sur l'entrée du parking souterrain », ce qui n'explique pas l'abatage quelques semaines plus tôt d'un autre micocoulier du même âge dans le jardinet du Musée Saint-Raymond. Comme de ces centenaires on dispose avec légèreté ! Et puis arrêtons avec les maigres pelouses des bords de Garonne : le carrelage, c'est propre, facile à entretenir, net, ça permet aux voitures de circuler et ça n'encourage pas les riverains à venir y promener leurs chiens.

Coule béton

À l'heure où la majorité a compris qu'il était urgent de végétaliser les villes, à la fois pour les prévenir contre les inondations , pour limiter les effets du réchauffement (et pour notre santé mentale!) Toulouse bétonne. Et finance allègrement les travaux publics. C'est simple, si vous avez un projet qui implique l'intervention du BTP, déposez votre dossier à Toulouse ou auprès de la région Occitanie, vous aurez toutes les chances d'obtenir une subvention. Si vous avez en tête un joli projet de jardin partagé à l'ancienne, oubliez. La ville rose est en chantier, pour « l'embellir » en surface en coulant du béton par tonnes au dessous. C'est ainsi que l'écluse Saint-Michel qui fait partie du corridor vert qu'est censée être la Garonne, c'est à dire un bout de nature où on laisse la faune et la flore tranquilles, a été également bétonné pour poser, là où se reposaient un grand héron, une ou deux aigrettes et deux hérons bihoreau, un resto (que nous n'avions pas vu sur les plans d'origine). Bistrot bruyant entouré de plaques de pelouse (ah non, pas d'herbe abusive) posées sur une grande dalle de béton. « Pour une meilleure articulation entre ville et nature » disent-ils à la mairie, après avoir également ratiboisé un endroit sauvage pour y entreposer le matériel de chantier. Est-ce que, par hasard, nous ne serions pas en train de faire un « usage immodéré » du vivant ?

 Sèche, promeneur

Des chantiers, il y en a à la pelle. Le clou de ce triste spectacle, ce sont sans doute les rives de la Garonne, jusqu'à cette année bondée de Toulousains et touristes, du printemps à l'été indien. Las, Joan Busquets a frappé et, après avoir arraché une poignée d'arbres au bas de la place Saint-Pierre pour y construire un « escalier monumental » exposé plein cagnard, il a décidé de réduire à sa portion misère l'herbe restante et à bétonner le reste pour « réconcilier les Toulousains avec leur fleuve ». Rarement il a été dit et écrit quelque chose d'aussi stupide : les Toulousains se ruaient sur les bords de leur fleuve aux premiers rayons du soleil. En revanche, cette année, les travaux, la présence des machines, la boue séchée, l'absence d'ombre, d'herbe, la présence de voitures de service ont effectivement donné raison à la municipalité : les habitants comme les touristes boudent le fleuve.

Faut-il rappeler que la Garonne, encore proche des Pyrénées déborde régulièrement et qu'il n'y a rien de mieux que le végétal pour réguler le trop-plein d'eau ? Faut-il rappeler que cette ville du Sud-Ouest connaît des températures dépassant régulièrement les 35 °C à l'ombre l'été ? Que faut-il pour que les gens qui décident arrêtent de bafouer leurs engagements en matière de développement durable ? Comment leur faire comprendre que des Humains habitent les villes ? Enfin, ce qui est rassurant c'est que Joan Busquets a reçu en 2011 le prix spécial Europe du Grand prix national de l'architecture attribué par le ministère français de l'Écologie, du Développement durable et du Logement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat