Les mots dits / miroir

Étrange cette impression de déjà vu en regardant la foule descendue dans les rues depuis dix semaines à Hong Kong. Qui n'a pas noté que... Pas les médias, pas les politiques de la majorité. Ou bien n'osent-ils pas ? Dire que dans l'image que le miroir renvoie aux manifestants chinois ne manque qu'un gilet jaune. Étonnant, non ?

Effet miroir. © Alain Pitton Effet miroir. © Alain Pitton

 Miroir : de mireor XIIe siècle = mirer. Mirer de mirare (latin populaire) = regarder attentivement, du latin classique mirari = s'étonner.

 

Étrange cette impression de déjà vu en regardant la foule descendue dans les rues depuis dix semaines à Hong Kong. Qui n'a pas noté que... Pas les médias, pas les politiques de la majorité. Ou bien n'osent-ils pas ? Dire que dans l'image que le miroir renvoie aux manifestants chinois ne manque qu'un gilet jaune. Étonnant, non ?

Cela fait plusieurs semaines qu'ils manifestent, sauf qu'ils ne restreignent pas leur présence aux samedis. Ils ont commencé par demander le retrait d'un projet de loi qui aurait permis de juger les détenus de l'ancienne colonie britannique dans la capitale chinoise, Beijing. Ayant obtenu sa suspension, les Hongkongais exigent à présent plus de démocratie. Nous voyons de plus en plus d'images de cette révolte, traitée avec bienveillance dans nos médias, choqués par l'utilisation de la force par le gouvernement en place. C'est justice, le peuple veut, et c'est légitime, le suffrage universel et la reconnaissance de leur droit d'expression. Au départ, face à la foule, on distinguait une police plutôt débordée et maigrement équipée. Puis les gaz lacrymogènes ont fait leur apparition côté forces de l'ordre et les parpaings côté manifestants. Toujours sous le regard compréhensif de l'Occident.

Amnesty International s'inquiétait le 12 août de la sortie là-bas d'un canon à eau (acheté en France et dont la police hongkongaise ne s'est pas servi, c'était pour impressionner !) Des gens ont même été arrêtés, rendez-vous compte ! (et relâchés après le paiement d'une caution modeste). Une femme a eu l’œil blessé par un tir de flashball, c'est scandaleux, non ? Là-bas, les manifestants peuvent bloquer pendant plusieurs jours un des aéroports les plus importants de la planète, c'est presque bien. Et si nos médias pouvait traiter deux faits semblables avec le même parti pris (chez Radio France, ils appellent ça un choix éditorial) ce serait vraiment bien.

David Dufresne qui a obtenu le grand prix du journalisme 2019 pour son projet Allô place Beauvau fait pourtant bien état en France ces derniers mois de 24 éborgnés, de deux décès, de 5 mains arrachées. L'utilisation de canons à eau ainsi que la présence de blindés était devenue la routine. Début février, Le Monde recensait 8000 arrestations de gilets jaunes, 1 800 condamnations et 1 500 dossiers en attente.

Donc, en regardant attentivement, les médias pourraient eux aussi voir la situation hongkongaise comme un miroir de ce qui s'est passé en France et faire les mêmes commentaires, avoir le même ton positif, compréhensif quand ils évoquent les gilets jaunes. Même chose pour les médias étrangers dont certains font des live alors qu'ils ont, au mieux, rien compris au mouvement social qui a agité la France ces derniers mois ou ont feint de ne pas le saisir pour ne pas bousculer leurs acquis peut-être ?

Les revendications ne sont pas les mêmes ? Pas tout à fait, mais au départ la contestation d'une augmentation des taxes sur le carburant pour les particuliers est devenu au fil des mois une demande pour plus de démocratie (le RIC notamment) de justice (fiscale, sociale), un meilleur respect de l'environnement (plusieurs manifestations conjointes avec les défenseurs du climat) moins de mépris et moins de violence de la part des forces de l'ordre. On se pince d'ailleurs en écoutant le député LREM président du groupe d'amitié France-Taïwan, Jean-François Césarini, demander au gouvernement français de condamner l'attitude autiste des autorités chinoises face au mouvement d'émancipation des Hongkongais. Vous avez dit autisme ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.