VALERIEL
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2020

VALERIEL
Abonné·e de Mediapart

Les mots dits / obscurité

Aujourd'hui, 26 novembre 2020, la Ligue des Droits de l'Homme de la Haute-Garonne avec un grand nombre d'autres associations appelle à une nouvelle manifestation en opposition au projet de loi sur la sécurité globale, dont le mot d'ordre pourrait être le slogan du quotidien américain The Washington Post depuis 2017 : « La démocratie meurt dans l'obscurité » (Democracy dies in darkness).

VALERIEL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un amateur filme la charge des forces de l'ordre en fin de manifestation contre le projet de loi sur la sécurité globale. Toulouse, le 21 novembre 2020. © Alain Pitton

 Obscurité : du latin obscuritas « obscurité, affaiblissement de la vue, manque de clarté » (Cnrtl)

 Dans notre pays, « la République se vit à visage découvert » parce que : si-tu-n'as-rien-à-te-reprocher-tu-n'as-rien-à-cacher, disent-ils. La loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 expose bien dans son article 1er que « Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage. » Transparence et clarté sont exigées des citoyens qui ne portent pas un uniforme. Cela ne suffisait pas. Dorénavant, il ne faut plus rendre publiques les images de ceux qui portent un uniforme quand ils font quelque chose qui ne les met pas en valeur : tirs tendus (grenades assourdissantes, grenades de désencerclement, grenades lacrymogènes, LBD40) sur des civils, gazage outrancier, tabassages d'innocents, croche-pattes gratuits, mutilations, humiliations de lycéens et autres mineurs, meurtre par étouffement, viol avec matraque, etc. Si-tu-as-quelque-chose-à-te-reprocher-cache-toi. Depuis deux ans, les affaires de brutalités impliquant les forces de l'ordre se multiplient et, n'en déplaise au syndicat policier majoritaire Alliance, l'impunité règne, ceci expliquant en partie cela. La clé de leur défense réside dans la majorité des cas en l'impossibilité d'identifier précisément les représentants de la loi et l'ordre auteurs de crimes et délits, ce qui empêche leur sanction. Malgré tout, l'image de ceux qui « nous protègent et nous servent » se dégrade, elle devient trop floue pour trop de monde. Il fallait aller plus loin, tirer un lourd rideau bien opaque sur des agissements que l'on ne peut plus décemment qualifier d'actes isolés ou de dysfonctionnements. Et rendre caduc l'article XV de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme : "La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration."

Plutôt que de travailler à rendre impossible les excès de violence de la part des forces de l'ordre, le gouvernement veut mettre la crasse sous le tapis et choisit, comme souvent face à un problème, d'en nier l'existence et de faire disparaître ce qui le rendait visible : les captations d'images et leur diffusion massive, via les réseaux sociaux et les médias. Les seconds trouvant souvent chez les premiers des sources précieuses. Car pas de doute : l'amendement autorisant finalement les médias à produire de telles images n'a pour but que de diviser professionnels et amateurs de l'image, en sachant très bien qu'une majorité de scandales liés aux violences d’État ont été révélées par des « amateurs ». Nous rendre aveugles, ou du moins brouiller notre vision, opacifier, priver de lumière. D'une étymologie l'autre, qu'est-ce que la photo-graphie sinon "écrire avec la lumière" ? L'obscurité nous prive indéniablement de tout un pan du récit sur notre monde. Or, la démocratie, participation de tous à la vie de la cité demande la connaissance des faits et gestes de ceux qui dirigent, en toute lumière et sans honte. Est-ce encore possible ? Ça n'est pas très clair...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac