VALERIEL
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2020

Les mots dits / obscurité

Aujourd'hui, 26 novembre 2020, la Ligue des Droits de l'Homme de la Haute-Garonne avec un grand nombre d'autres associations appelle à une nouvelle manifestation en opposition au projet de loi sur la sécurité globale, dont le mot d'ordre pourrait être le slogan du quotidien américain The Washington Post depuis 2017 : « La démocratie meurt dans l'obscurité » (Democracy dies in darkness).

VALERIEL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un amateur filme la charge des forces de l'ordre en fin de manifestation contre le projet de loi sur la sécurité globale. Toulouse, le 21 novembre 2020. © Alain Pitton

 Obscurité : du latin obscuritas « obscurité, affaiblissement de la vue, manque de clarté » (Cnrtl)

 Dans notre pays, « la République se vit à visage découvert » parce que : si-tu-n'as-rien-à-te-reprocher-tu-n'as-rien-à-cacher, disent-ils. La loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 expose bien dans son article 1er que « Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage. » Transparence et clarté sont exigées des citoyens qui ne portent pas un uniforme. Cela ne suffisait pas. Dorénavant, il ne faut plus rendre publiques les images de ceux qui portent un uniforme quand ils font quelque chose qui ne les met pas en valeur : tirs tendus (grenades assourdissantes, grenades de désencerclement, grenades lacrymogènes, LBD40) sur des civils, gazage outrancier, tabassages d'innocents, croche-pattes gratuits, mutilations, humiliations de lycéens et autres mineurs, meurtre par étouffement, viol avec matraque, etc. Si-tu-as-quelque-chose-à-te-reprocher-cache-toi. Depuis deux ans, les affaires de brutalités impliquant les forces de l'ordre se multiplient et, n'en déplaise au syndicat policier majoritaire Alliance, l'impunité règne, ceci expliquant en partie cela. La clé de leur défense réside dans la majorité des cas en l'impossibilité d'identifier précisément les représentants de la loi et l'ordre auteurs de crimes et délits, ce qui empêche leur sanction. Malgré tout, l'image de ceux qui « nous protègent et nous servent » se dégrade, elle devient trop floue pour trop de monde. Il fallait aller plus loin, tirer un lourd rideau bien opaque sur des agissements que l'on ne peut plus décemment qualifier d'actes isolés ou de dysfonctionnements. Et rendre caduc l'article XV de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme : "La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration."

Plutôt que de travailler à rendre impossible les excès de violence de la part des forces de l'ordre, le gouvernement veut mettre la crasse sous le tapis et choisit, comme souvent face à un problème, d'en nier l'existence et de faire disparaître ce qui le rendait visible : les captations d'images et leur diffusion massive, via les réseaux sociaux et les médias. Les seconds trouvant souvent chez les premiers des sources précieuses. Car pas de doute : l'amendement autorisant finalement les médias à produire de telles images n'a pour but que de diviser professionnels et amateurs de l'image, en sachant très bien qu'une majorité de scandales liés aux violences d’État ont été révélées par des « amateurs ». Nous rendre aveugles, ou du moins brouiller notre vision, opacifier, priver de lumière. D'une étymologie l'autre, qu'est-ce que la photo-graphie sinon "écrire avec la lumière" ? L'obscurité nous prive indéniablement de tout un pan du récit sur notre monde. Or, la démocratie, participation de tous à la vie de la cité demande la connaissance des faits et gestes de ceux qui dirigent, en toute lumière et sans honte. Est-ce encore possible ? Ça n'est pas très clair...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan