Van Eylen Didier
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 août 2015

Le problème démocratique européen.

Van Eylen Didier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sommes-nous dans une démocratie?

C'est la question récurrente que se posent beaucoup de gens. Laurent Ruquier...et Francis Lalanne, dans l'émission "On n'est pas couché", ont choisi de répondre de manière ferme et définitive par la négative, devant une Léa Salamé sommée de se plier à cet avis.

 Est-ce que voter et posséder des droits fondamentaux sont suffisants pour affirmer que oui, nous sommes en démocratie?

Moi je pense que c'est la base démocratique qui permet au peuple de choisir son destin d'une manière libre et émancipée, en aucun cas le but, car ce serait réduire la démocratie à sa plus simple expression. Elle serait donc tronquée, incomplète et ne mériterait plus l'appellation "démocratie".

Sommes-nous donc maître de notre destin au sein de l'Union Européenne? Ma reponse tient en trois points:

1) la démocratie de masse pose problème: ce que les français votent en élisant un représentant ne peut être respecté que si son programme entre dans ce que les directives européennes prévoient. Autrement dit, nous avons délégué, européens, des compétences qui échappent totalement à notre contrôle direct en tant que citoyen d'un pays. La répartition des compétences permet à chacun de se déresponsabiliser.

2) Nous avons un problème de représentativité des idées: puisque nous votons pour des représentants et non pour des programmes, nous nous faisons systématiquement berner, et de manière de plus en plus flagrante. L'exemple le plus flagrant est évidemment M. Hollande, avec des Punchs lines telles que "mon ennemi, c'est la finance", "taxer les riches à 75%", (phrases que je trouve grotesquement populiste, à la limite de l'obscène soit dit en passant) et qui cyniquement sont tombées aux oubliettes dès qu'il a été élu. Et vous pouvez être sûr que c'est cela qui a décidé les gens de  voter pour lui à la base, entre autres rejets du Sarkozysme. Je dirai même que l'idéologie progressiste, keynésien, pourtant bien implantée dans certains pays européens, est totalement banni du débat européen. Je trouve que c'est un problème.

3) Nous sommes totalement dépendants de la mobilité du Capital et de la dévaluation incroyable de la valeur travail dans le PIB ces dernières années, au profit des revenus du Capital. À terme, cela va poser un problème démocratique très aigu, et l'émancipation souhaitée et qu'ils commencent à obtenir va aussi provoquer un dangereux déséquilibre des rapports de force, une déstabilisation des sociétés qui vont secouer l'Europe d'une manière très violente que beaucoup n'anticipent pas.

En conclusion, dire d'une manière péremptoire, sur le service public s'il vous plaît, que nous ne sommes pas dans une démocratie est un signal fort qu'il faut savoir écouter.

Me voilà donc d'accord avec Francis Lalanne et Laurent Ruquier...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Covid : en laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique, soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot