Van Eylen Didier
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 sept. 2011

La gestion de la crise sociale par la classe politique française, ou l'absence de gestion

Van Eylen Didier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une statistique est tombée il y a quelques jours, sans surprises: 13,5% de la population vivent sous le seuil de pauvreté.

http://info.france2.fr/france/pres-d-1-francais-sur-7-sous-le-seuil-de-pauvrete--70183319.html

Sans surprise? Pas tout à fait. Comme l'a dit Yves Calvi lors d'une émission consacrée à la délinquance du troisième âge, cette nouvelle a secoué la classe politique.

Pourtant, TOUS les voyants sont au rouge:

- Les millions de repas distribués chaque année par les organismes d'aides sociaux sont en constante augmentation,

- En cinq ans, l'augmentation des délits des personnes du troisième âge ont augmenté d'un tiers,

- Un explosion du chômage qui se stabilise à un niveau inquiétant, en espérant que celui-ci ne va pas constituer le nouveau seuil du chômage structurel.

Un représentant du secours populaire, interrogé sur cette question, est catégorique: si on supprime ces repas, il y aura à coup sûr des émeutes de la faim, comme dans la corne de l'Afrique actuellement.

Lors du débat télévisuel "Mots croisés", quelle ne fut pas m'a surprise d'entendre que les mesures prises récemment (que l'on peut raisonnablement qualifier de rustines, de bouts de chewing-gums que l'on colle sur les trous "en attendant") ne servent qu'à stabiliser les chiffres en attendant les élections. En présence du toujours (très) aimable M. Bertrand, qui confirme.

Et cela passe comme un lettre à la poste. Personne ne bronche. Les ambitions personnelles sont donc plus importantes que des mesures à prendre d'urgence. Ce n'est pas une surprise pour moi, je ne vais pas jouer les ravis de la crèche, c'est le fait que c'est dit publiquement et que c'est accepté.

Parce que huit mois, c'est encore long. On sait que l'instabilité économique actuelle accélère les choses comme jamais vu avant.

Pour donner un exemple, S&P avait dégradé de quatre rangs (!!) la note du Portugal alors que le plan de rigueur récemment voté n'avait même pas encore été mis en application.

Mais non. Apparemment, cela n'inquiète pas plus que cela.

Et pour finir, l'évènement de ces dernières semaines qui m'a fait sourire. La pétition des plus riches qui la main sur le coeur demandent à être le plus taxé. Résultat: 200.000 millions de plus dans la caisse de l'Etat. A titre de comparaison, le taux de la taxe sur les activités d'assurances mutuelle a augmenté de 7%, alors qu'il avait déjà grimpé à 3,5% cette année, rapportera 1,2 milliards cette année et 2,2 milliards l'année prochaine.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Covid : en laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique, soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau