Van Eylen Didier
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2016

Trump, une leçon de lucidité politique

Ce que représente l'élection de Trump de mon point de vue et les conséquences de ce choix électoral.

Van Eylen Didier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je viens sans doute ajouter mon point de vue à de nombreux articles sur le sujet, mais c'est quelque chose que j'ai besoin de faire, Ca m'interpelle, ça me touche et ça m'inquiète.

Ce qui me choque, j'imagine comme beaucoup, c'est les raisons pour lesquelles il a été élu et la façon dont les électeurs y ont réagi:

Il déclare: les Mexicains n'apportent que drogue, prostitution et violence. 35% de la communauté hispanophone ont voté pour lui. Arguments de ces électeurs: "C'est un homme riche, un modèle, il sait donc comment faire, il va rendre l'Amérique sa grandeur d'antan". Ce qui veut dire: peu importe les insanités généralistes qu'il dit sur une communauté, nous, ce qui nous intéresse, c'est la promesse d'une Amérique mythique, fantasmée, "l'Américan Dream". Je dis bien fantasmée car si cet Amérique économique a bien existé, Krugman situe cette période fin des années 50 début des années 60, autant dire peau de chagrin. Mais ce n'est pas grave! Cela fait partie de la mythologie populaire, autant l'utiliser cyniquement en en faisant un slogan de campagne.

Ces déclarations sur les femmes: 30 à 35% des femmes ont voté pour lui. Arguments de ces dames qui ont voté pour lui: "peu importe les mots, nous sommes attachés aux actes. Nous constatons qu'il a été le premier à promouvoir les femmes dans des postes importants au sein de ses entreprises, ses femmes successives disent que c'est un époux et un père aimant et adorable." Ce qui veut dire: peu importe la façon dont vous comportez en privé avec les femmes des autres, que vous les jugez, que vous trouvez une telle grosse et que vous le dites en public, nous ce que l'on veut ce n'est pas le respect, mais l'égalité économique et un mari qui au foyer est exemplaire.

A travers ces deux seuls exemples et il y en a évidemment beaucoup d'autres, c'est qu'une partie de la population importante se fout éperduement de certaines valeurs de respect qu'on dénonce ainsi en ces termes: la morale. Et Trump l'a très bien compris!

A partir du moment où vous avez compris que choquer est un moyen de marquer, de divertir et d'engranger des partisans, vous utilisez une arme que les autres n'ont pas.

Ce qui m'amène à un sujet difficile à aborder: le racismeJe vais ici choquer beaucoup de monde, autant le dire. J'affirme que le racisme est omniprésent au sein de notre société. Au travail, dans la rue, partout. Oh, et pourtant tout le monde a des amis (comme le dit si bien Mme Morano) noirs, arabes et bien d'autres origines ethniques, mais ça n'empêche pas de balancer des généralités sur telle communauté comme si c'était un fait avéré. Pire, ceux qui reçoivent ces généralités s'en accommodent en pensant que finalement, c'est normalCette "normalité" repose toujours sur des faits divers qui nous sont exposés à répétition. Cela sert d'arguments à ceux et celles qui expriment ces généralités.

Et Trump l'a très bien observé! Du coup, pourquoi ne pas y aller gaiement sur les mexicains et la nécessité de construire un mur payé par les mexicains sous la menace de lourdes sanctions économique? Et tant mieux si cela ne plaît pas à l"Etablishment".

Parlons-en, de l'"Etablishement". En 2008, une crise financière sans précédents à ruiné en Amérique plus qu'ailleurs une partie importante de la population et bouché pour longtemps les perspectives d'une partie encore plus importante de la population. Après la crise de 1929, des gens ont été punis et mis en prison pour cela. Ici, des banques d'investissements ont payé des amendes et puis on est reparti comme avant ou presque.

Des villes entières font faillites, des pensions ne sont plus payées, des gens se désinscrivent du chômage et vivent en marge etc, etc...

Un coupable désigné: "Wall Street". Avec des lobbyies pro-actifs au sein des administrations gouvernementales depuis toujours. Qui soutient Wall Street? Clinton. Qui a eu des responsabilités et est dont de facto exposé à la critique? Clinton.

Je me répète, mais Trump l'a très bien compris... Il suffisait pour lui de faire un pack qui englobe tout cet "Etablishment" (sur le thème du "tous pourris"), de relier cela directement à Clinton et l'affaire était dans le sac. De ce point de vue, je trouve qu'étrangement, on a pas assez fait écho des réponses de Clinton qui a elle aussi fouillé dans le passé sulfureux de Trump. Enfin, étrangement... Elle n'est pas aussi divertissante que Trump, aussi trash, aussi cash, ceci expliquant cela.

En conclusion, Ceux qui ne comprennent pas pourquoi Trump a été élu sont les mêmes qui ne comprennent pas pourquoi le Brexit, le phénomène Lepen et même, dans le même sac, Sarkozy. C'est très grave.

Le monde s'extrémise parce que l'on veut avancer de toute force vers un chemin qu'une partie importante de la population occidentale ne veut pas suivre. Le chemin économique que nous prenons réveille les pires choses et elles vont arriver. Je le dis depuis 2008, elles commencent à se matérialiser devant notre nez, avec des replis spectaculaires sur soi et des rejets de masse.

On ne force pas les gens à suivre sur le long terme des chemins dont ils ne veulent pas. Messieurs les puissants, ce que nous voyons ici est le produit de vos actes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch