Van Eylen Didier
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 août 2015

L'Europe et Frontex face à l'immigration, ou le problème posé à l'envers.

Van Eylen Didier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je pense que toutes les solutions proposées par tous les partis politiques seront toujours bancales pour la simple et bonne raison que l'on réagit aux conséquences et à l'immédiateté. Autrement dit, on réfléchit en terme de flux (quand c'est trop tard) au lieu d'une manière systémique.

L'idée est très simple:

- Si je vais faire la guerre en Irak et en Libye au nom de la démocratie et que je laisse une situation chaotique derrière moi en me disant que j'ai fait mon boulot, que va-t-il se passer? 

- Si je suis un organisme international (FMI) qui se charge de réformer des pays en Afrique, en Amérique du Sud etc. et que leur situation se dégrade de manière encore plus inquiétante, que va-t-il se passer? (Voir Jean Ziegler "Destruction massive, géopolitique de la faim")

- Si je suis européen et que j'achète le pétrole de l'EI par des moyens détournés parce qu'il est moins cher, et donc que je finance cette organisation, que va-t-il se passer?

Et je pourrais encore continuer, mais je pense que le principe est bien saisi: le monde est profondément déstabilisé et nous en sommes en partie responsables. Chaque acte entraîne une conséquence et nous en sommes à réfléchir aux conséquences sans jamais remettre en question ce qui déstabilise le monde (économie et autres)

Et au milieu, les immigrés, doublement victimes. Une fois de l'incapacité à s'accomplir dans leur propre pays. Ils entreprennent donc un voyage heroïque (entre les passeurs de frontières qui les arnaquent, se cacher, se nourrir quotidiennement etc...), non pas pour trouver un absurde eldorado, mais pour pouvoir simplement vivre sans avoir peur. Et une deuxième fois arrivés sur place, ou l'hostilité est de plus en plus violente à leur égard. Des gens qui n'ont plus leur place nulle part, imaginez l'enfer après leur parcours. Insupportable.

Les réactions européennes?

- Citons les tabloïds anglais, dont un qui proposait d'envoyer l'armée à Calais, avec Cameron qui accuse la France de laxisme, on construit des murs, le président tchèque qui devant une centaine d'immigrés enfermés dans un camp qui ont voulu se rebeller s'est écrié courageusement dans les médias  "Ce sont nos règles, si vous n'êtes pas contents, rentrez chez vous, personne ne vous a invité".  En face, il y a Juncker qui demande un peu de calme et l'arrêt des propos populistes montants, Hollande qui tempère également et d'autres.

- Les réseaux sociaux: c'est le déchaînement total, c'est le débordement de ce qu'il y a de plus raciste et xénophobe. Des journalistes qui écrivent des articles sur la situation des immigrés se font insulter et autres joyeusetés.

La réaction politique:

- Via Frontex, tout d'abord:

Qu'est-ce que Frontex?

C'est l'agence européenne  pour la sécurité et les frontières extérieures de l'Union Européenne.

Quand on jette un oeil sur son fonctionnement comme Jean Ziegler l'a fait, on se rend vite compte que cela ne va pas.

Par exemple: la semi-privatisation de l'organisme, son côté para-militaire qui montre comment Frontex s'insère dans un dispositif général d'externalisation de l'asile  et de délégation aux pays-tiers à l'UE du contrôle, de la rétention  et de l'expulsion des migrants. Ça, ce sont des informations que l'on trouve partout, je n'ai aucun mérite d'effectuer un copier-coller.

- En Hongrie, on va faire construire par les chômeurs (tout un symbole) un mur anti-immigré 

- Lampedusa (pas besoin d'en dire plus)

- Etc.

En conclusion, le problème est proposé en termes de chiffres et de nombres qui déshumanise totalement le problème, ce qui permet de proposer des solutions qui le sont tout autant, sans jamais regarder par le bon  bout de la lorgnette, et sans jamais nous remettre en question.

Et au milieu, il y a ces gens.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
L’« affaire Ibiza » creuse encore « la distance abyssale » entre Blanquer et les enseignants
Dans les salles des profs, le corps enseignant oscille entre colère, mépris et désespoir après les révélations de Mediapart sur la façon dont le ministre de l’éducation a géré la crise sous le soleil d’Ibiza. Peut-être la goutte de trop.
par Prisca Borrel
Journal — Gouvernement
Covid : le ministre a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran