La force intellectuelle progressiste existe encore, et même plus que jamais.

Ce très court billet pour affirmer que les armes intellectuelles existent encore et toujours, que les références contemporaines sont là et bien là. Que l'on ne reste plus sans voix devant ces argumentaires mortifaires du néolibéralisme ambiant.

 

 Voici quelques références non-exhaustives qui me permettent personnellement de penser, d'argumenter, et parfois agir:

- Par rapport à la montée des inégalités et de leur effet: " le prix de l'inégalité" de Joseph Stiglitz. 50 ans à étudier l'inégalité, une référence. 

- Noam Chomsky,  "Requiem for an american dream", un documentaire de 2015. S'il y a bien un homme qui représente le progressisme dans le pays du capitalisme, c'est bien lui. Saisissant, c'est le mot qui convient à ce documentaire.

 

- Le fameux "Capital au XXIEME siècle" de Thomas Piketty, ma référence depuis que ce livre est sorti (merci Mediapart). Dans un langage très clair, cet économiste nous explique comment le Capital a évolué dans le temps et les solutions qu'il propose pour régler des problèmes qui sont apparemment hors de portée. 

 

- " Destruction massive " de Jean Ziegler. Un portrait glaçant de ce que peuvent faire le FMI et et la BM en Afrique et Ailleurs.

 

- " L'arnaque, la finance au-dessus des règles et des lois", de Jean de Maillard, juge d'instruction, ou le réquisitoire d'une finance dérégulée depuis Reagan-Thatcher.

- Les rapports sur la pauvreté d'Oxfam,

 

- Paul Jorion, Krugman et leur chroniques

 

Et d'autres.

 

On ne peut pas rester sans armes contre l'idéologie néolibérale qui nous submerge. Il faut savoir y répondre, rationellement. Si vous avez d'autres références,  je les prendrai avec plaisir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.