Van Eylen Didier
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 août 2015

Qui est Panayotis Lafazanis, meneur du nouveau parti créé par les frondeurs de Syriza?

Van Eylen Didier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce court billet qui permet d'entr'apercevoir qui est le leader d'Unité Populaire, en deux parties: l'une consacrée à une brève bio et l'autre aux orientations du bonhomme.

Panayotis Lafazanis, né en 1951, a été membre des Jeunesses communistes et du comité central du Parti communiste grec, avant de le quitter, en 1991, et d’intégrer, en 1992, la Coalition de la gauche [ou Synaspismos]. Lafazanis est avant tout un animal politique. Il a été élu député pour la première fois en 2000. De 2012 à 2014, il a été le porte-parole de Syriza au Parlement grec. Tsipras avait fait de lui le ministre de la Restructuration de la production, de l’Environnement et de l’Energie de son premier gouvernement, avant de le remplacer, le 17 juin dernier.

Connu pour sa fidélité aux principes socialistes, Panayotis Lafazanis est député pour la deuxième circonscription du Pirée, où domine une population ouvrière traditionnellement de gauche. C’est là que se trouvent les chantiers navals et d’autres petites industries aujourd’hui moribondes, voire abandonnées, et la zone est très durement frappée par le chômage.

(Source: Courrier International)

Ensuite, plusieurs choses: Ce qui le rend populaire aux yeux de la population qui vote à gauche est qu'il est contre la privatisation des biens publics grecs et qu'il est contre l'austérité. 

Il n'a pas peur de sortir de l'Europe. il se retrouve à partager le même point de vue que l'intransigeant ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, qui a proposé en juillet une sortie temporaire de la Grèce de la zone euro. M. Lafazanis prône en outre une nationalisation des banques grecques en grande difficulté actuellement et qui vont devoir être recapitalisées.

La situation est bien trop grave, pour ne pas poser la question du "comment?", à l'heure où les banques sont sous perfusion des 86 milliards d'aides européennes. C'est l'argent des gens qui sont aussi dans ces banques, ce n'est pas un sujet léger.

Un début de réponse se trouve dans le fait qu'il essaie de se rapprocher de la Russie, qui pour le moment montre un désintérêt total sur la question. 

Bref, son parti est une alternative politique qui représente parfaitement le "Non" exprimé lors du référendum. Mais dans l'application du programme à part la sortie de l'Euro, j'ai de gros doutes quant à sa réalisation concrète. Il n'y a rien à l'heure actuelle qui permet d'affirmer à 100% que ce programme est facilement exécutable, que du contraire.

Mon problème face à la gauche européenne est le suivant: on sait parfaitement s'indigner et pour dénoncer, on est toujours très fort pour dire "il n'y a qu'a faire", on se veut volontiers "messager", et "voilà ce qu'il faudrait faire" (encore merci monsieur Varoufakis...), mais dans les actes, elle ferait bien de prendre exemple sur les gens de droite, qui ont quelques années d'avance en matière d'organisation et de projets.

Mon seul réconfort dans la situation actuelle, c'est que le pouvoir de choisir son destin est dans les mains du peuple. Dans l'Europe, moderne, c'est rare.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Accusé d’agressions sexuelles, Éric Zemmour instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage du candidat d’extrême droite tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal — Extrême droite
Serge Klarsfeld : « Il parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz