Pauvrophobie, islamophobie etc: que disent les peurs collectives de notre société?

De quoi sommes-nous encore unanimement solidaires? Qu'est-ce qui nous rassemblerait encore?

Ce court billet en forme de réflexion:

 

Je viens de recevoir le livre intitulé "Pauvrophobie". J'allais commencer à en découvrir les premières pages... et assez découragé, je me suis demandé ce qui pouvait bien encore nous rassembler.

 

Qu'avons-nous fait du rêve d'après-guerre? Il s'agissait de reconstruire un monde ensemble, dont le principal moteur serait les échanges. On a commencé à rêver de société inclusive, les années soixante ont été une formidable explosion de libertés. Mais comme un signe de résistance avant-coureur de ce qui allait se passer, on a vu mourir Kennedy, Dr King et Bob Kennedy de mort violente, comme autant de rêves que l'on écrase d'un coup de botte.

 

Puis on a eu la chute du mur, puis du régime communiste, moribond. Et là, on allait voir ce qu'on allait voir, on avait démontré que la gauche était une idéologie obsolète, le libéralisme allait diffuser sa bonne parole dans le monde...

 

Puis vient septembre 2007. Et là les certitudes basculent. Encore. On a peur, il faut sauver les institutions bancaires, qui elles aussi ont peur. Peur qu'on les lâche. Mais on les sauve. Malgré leur fraudes, les manipulations comptables, les trahisons. Personne ou presque n'est puni.

 

Que constate-t-on, onze ans après? On prône la société qui exclut. On ne veut pas de migrants. Etre islamophobe est un must, on nous explique qu'il faudrait tous s'appeler Corinne ou Jean pour la France,  que le passé pendant la guerre dans les pays de Visegrad doit être revendiqué. Que les nationalismes avec Trump en tête de proue sont la solution à tous nos problèmes. Les pauvres sont pointés du doigt: c'est de leur faute, ils sont responsables de leur situation. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les aider, c'est les exclure, ils n'ont qu'à se bouger, hein...

 

On se rétracte, et on oublie que c'est ce cocktail qui a débouché sur un 14-18 par exemple.

 

Mais qu'est-ce qu'il nous reste a aimer, dites-moi? Qu'est-ce qui nous rassemble? La haine?

 

Qu'avons-nous fait de nos rêves?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.