Liège, le 29/05/2018, deux policières et un étudiant sont tombés. Pour rien.

Quelqu'un a écrit ceci sur Twitter: "Il s'appelait Cyril et était étudiant. Elles s'appelaient Soraya et Lucile et étaient policières. Il s'appelle Banjamin Herman et c'est un énième assassin qui a mis des vies en l'air en quelques minutes."

Pas de grandes déclarations, d'analyses politiques, géopolitiques ou quoi que ce soit dans le genre. Juste le choc et l'incompréhension.

 

L'auteur de l’attaque à Liège avait déjà bénéficié de 11 autorisations de sortie d’un jour et de 13 congés pénitentiaires de deux jours qui s’étaient bien déroulés, il était donc difficile de prévoir que cela se passerait mal à la 14e fois.

 

Qu'est-ce qui lui est passé par la tête? Poignarder de dos deux policières, prendre leur armes et les achever, puis ensuite tuer un étudiant devant les yeux de sa mère. Il y a quelque chose d'aburde, de cruellement aléatoire.

 

On dit qu'il s'est radicalisé en prison. Par qui, comment, pourquoi? Qu'est-ce qu'il se passe? Comment passe-t-on d'un statut de banal petite frappe en taré qui poignarde et tue?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.