CHARLIE HEBDO - Chronique d'un attentat annoncé...

CHARLIE HEBDO "assassiné" ce matin dans une tuerie sans précédent, par DEUX "barbares" lourdement armés, se soldant par la mort de DOUZE personnes dont DEUX policiers, QUATRE personnes entre la vie et la mort. Les faits sont là. Nous sommes sous le choc. C'est effroyable et je revois défiler devant mes yeux les images médiatiques et les descriptions de la tuerie de Toulouse et de Montauban en 2012... parmi les victimes, ces enfants juifs massacrés et achevés d'une balle dans la tête.

Je me suis penchée sur l'actualité et sur les faits annonciateurs d'attentats sur les membres de la rédaction de Charlie Hebdo pour m'expliquer peut être déjà à moi même l'escalade de cette violence, en dehors de la guerre engagée par la France contre le terrorisme, contre le fanatisme radical qui ne porte le nom d'aucune religion, car ces "tueurs" ne sont que de "petites personnes", âmes mauvaises, ou en recherche d'identité, de repères ou de croyances et dont le cerveau a été d'une certaine manière "robotisé", "manipulé", personnes devenues des "machines à tuer" pour le compte de "quelques fous", ivres de pouvoir et de richesse, et utilisant la pauvreté de l'âme comme une arme.

Chronique d'un attentat annoncé ...  ?

Charlie Hebdo vivait depuis 2006 sous la menace d’un attentat. Depuis que le journal eut décidé de reproduire les caricatures de Mahomet publiées par le "quotidien danois Jyllands Posten".

Dans son numéro du 8 février 2006, "Charlie Hebdo" publie effectivement la série des douze caricatures danoises, à laquelle il ajoute des dessins des contributeurs réguliers du journal.  Charlie Hebdo doit procéder à deux réimpressions et s’écoule à 400 000 exemplaires, alors que son tirage habituel est de 140 000 exemplaires.

Plusieurs organisations musulmanes françaises, dont le Conseil français du culte musulman, ont demandé, en vain, l’interdiction de ce numéro. Dans la tradition musulmane, même si cela est contesté, représenter  Dieu ou son prophète relève du blasphème.


En 2011, les locaux de Charlie Hebdo sont ravagés par un incendie criminel, dans la nuit du 1er au 2 novembre.

En 2011, Charlie Hebdo réactive la polémique, en annonçant un numéro spécial intitulé "Charia Hebdo", dont le prophète Mahomet , rédacteur en chef invité, est cette fois représenté en couverture. Avant même la sortie du numéro, les locaux de Charlie Hebdo sont ravagés par un incendie criminel, dans la nuit du 1er au 2 novembre. La rédaction du magazine sera provisoirement hébergée dans les locaux de Libération.

En 2012 , des réactions ont secouées plusieurs pays dans le monde suite aux caricatures de Mahomet publiées par le journal Charlie Hebdo et "sa unesur les violences liées au film anti-islam (Innocence of muslims):

"19h10 - 18/09/2012  : Le nouveau numéro de l'hebdomadaire satirique "Charlie Hebdo" va faire parler de lui. L'exemplaire du mercredi 19 septembre 2012 fait sa "une" sur les violences liées au film anti-islam (Innocence of muslims) et publie de nouvelles caricatures du prophète Mahomet. Après l'affaire des caricatures en 2006, son numéro "Charia Hebdo" en 2011 et l'incendie de ses locaux, l'hebdomadaire récidive. Les locaux parisiens du journal ont été placés sous protection policière. Et le mercredi matin, le site de Charlie Hebdo était inaccessible.

"11h31 - 19/09/2012 : Après les caricatures de Mahomet publiées mercredi dans l'hebdomadaire satirique "Charlie Hebdo"Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, a annoncé le renforcement de la sécurité des ambassades françaises. La sécurité des Français de l'étranger est l'un des enjeux de ses prochaines heures. Plusieurs pays ont déjà fermé écoles et ambassades françaises, avertissant leurs expatriés de la conduite à tenir et des potentiels dangers."

"10h11 – 23/09/2012 Les partis islamistes du Bangladesh ont protesté contre la publication de caricatures dans le magazine satirique français "Charlie Hebdo". Selon la police, quelque 10.000 policiers et membres des unités d'élite "Bataillons d'action rapide" étaient déployées à travers la capitale, y compris dans le quartier diplomatique. Samedi, des centaines de protestataires avaient affronté les forces de l'ordre après s'être rassemblés, malgré une interdiction de la police. Selon les médias locaux, ces échauffourées ont fait une cinquantaine de blessés. Vendredi, une manifestation avait rassemblé 10.000 personnes, toujours à Dacca, après la grande prière. Le gouvernement a condamné le film "L'innocence des musulmans" et bloqué le site de partage de vidéos YouTube."

"12h00 – 23/09/2012 Le Grand rabbin de France, Gilles Bernheim, a salué dimanche les appels au calme lancés par les autorités musulmanes dans le contexte des tensions causées par un film islamophobe et des caricatures de Mahomet publiés par le journal "Charlie Hebdo"Mais, ajoute-t-il, "les appels au calme ne doivent pas, pour autant, faire oublier l'attentat du 19 septembre 2012 contre un supermarché casher à Sarcelles (Val-d'Oise), les cris de haine lancés pendant la manifestation du 15 septembre à Paris, ainsi que les agressions et menaces antisémites qui ont proliféré depuis les tueries de Toulouse et de Montauban, alors que l'horreur de ces événements aurait dû, au contraire, les faire reculer". 

"12h37 – 23/09/2012 : Berlin en appelle à la responsabilitéLe ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, s'est montré réservé dimanche dans une interview sur la publication de caricatures de Mahomet dans "Charlie Hebdo", affirmant que "la liberté signifiait aussi la responsabilité".  

"Parfois la question n'est pas de savoir si on a le droit de faire quelque chose mais de savoir si on doit le faire", a souligné le chef de la diplomatie dans le journal dominical "Welt am Sonntag". "J'ai appris dans la vie que la liberté signifiait toujours la responsabilité", a-t-il insisté. 

La liberté d'opinion "ne signifie pas le droit d'insulter ceux qui ont une autre religion ou une autre opinion et de troubler ainsi sciemment la paix publique", a assuré le ministre libéral du gouvernement d'Angela Merkel. Il a insisté sur le rôle joué par internet dans la diffusion du film qui dénigre le prophète Mahomet. "Avant, personne n'était au courant quand un réalisateur auto-proclamé tournait un film absurde. Aujourd'hui le monde entier en prend connaissance", a-t-il expliqué."

"14h32 – 23/09/2012Les Français sont très partagés quant à la publication des caricatures dans "Charlie Hebdo" puisque seulement 51% des personnes interrogées considèrent que l'hebdomadaire pouvait les publier, selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest Dimanche. Si cette courte majorité des sondés estime que la presse est libre et que Charlie Hebdo n'avait pas à se censurer, 47% des Français jugent que la publication risque de provoquer de nouvelles tensions dans le contexte actuel et n'aurait pas dû avoir lieu. Selon le sondage, le clivage politique est très marqué."

"14h37 – 23/09/2012 L'ancien Premier ministre UMP, Alain Juppé, a jugé dimanche sur France 2 "irresponsable" la publication de caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo. "Il était irresponsable de les publier", a déclaré M. Juppé, pour qui "il y a des moments où il faut faire preuve de responsabilité"Affirmant être attaché à la liberté de la presse, l'ancien ministre des Affaires étrangères a relevé l'émotion du monde arabe suscitée par le film islamophobe "Innocence of Muslims". "Il est irresponsable d'en rajouter une couche", a-t-il insisté. Alain Juppé a tenu à saluer le sang-froid de la communauté musulmane en France".

"18h48 – 23/09/2012 : 400 manifestants ont manifesté dimanche devant l'ambassade de France à Téhéran pour dénoncer les représentations provocantes du prophète Mahomet dans un hebdomadaire satyrique français Charlie Hebdo. "Mort à l'Amérique", "Mort à Israël", "Mort à la Grande-Bretagne" et "Mort à la France", ont scandé les manifestants, maintenus à distance de l'ambassade par des policiers anti-émeutes, ont rapporté des témoins à l'AFP."

"18h54 – 23/09/2012 : Le Rochelais qui a appelé à décapiter le directeur de Charlie Hebdo remis en liberté : L'homme interpellé samedi à La Rochelle et soupçonné d'avoir appelé à décapiter le directeur de Charlie Hebdo sur un site jihadiste a été remis en liberté dimanche, a-t-on appris de source judiciaire. L'enquête sur les agissements de cet homme, conduite par le parquet de Paris, se poursuit, a-t-on précisé. Cet homme est notamment soupçonné d'avoir écrit sur ce site internet radical: "Qui m'apporte cette tête, c'est le vase qui déborde". Il aurait appelé à surveiller et à décapiter le directeur de l'hebdomadaire satirique."

"18h57 – 23/09/2012 : Le Toulonnais qui menaçait Charlie Hebdo mis en examen et incarcéréUn jeune homme de 18 ans interpellé à Toulon après avoir déclaré vouloir s'en prendre aux responsables de Charlie Hebdo a été mis en examen dimanche par un juge antiterroriste et incarcéré, a-t-on appris de source judiciaire. Il a été mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, a-t-on précisé. Le jeune homme avait été signalé par un proche préoccupé par sa radicalisation et trouvé en possession de plusieurs couteaux à son domicile, menaçant de s'en prendre aux responsables de Charlie Hebdo après la publication de caricatures du prophète Mahomet. Il avait émis ces menaces sur sa page Facebook et a confirmé ses propos en garde à vue.

Ce soir, la France est en deuil, je suis très triste, je pense à ces onze hommes, et cette femme qui ont pris leur café ce matin, en pensant peut être que la journée serait belle, et qui pour certains ont déposé un baiser sur le visage de ceux qu'ils aimaient et dont ils étaient aimés avant de partir à leur boulot et qui en 5 minutes... ont disparus.

Bien que je sois agnostique, 

"Paix à leur âme", "ad pacem animarum",

Je pense comme beaucoup à leur famille ce soir.

http://www.huffingtonpost.fr/2012/09/19/caricatures-charlie-hebdo-caricatures-mahomet-en-direct_n_1895932.html#89_greve-generale-au-bangladesh

http://www.ouest-france.fr/attentat-charlie-hebdo-des-menaces-depuis-les-caricatures-de-mahomet-3099848

 

 


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.