QUECHOISIR PORTE PLAINTE CONTRE UN ÉCOLOGIQUE !

<< Au lieu de combattre Enedis et son compteur Linky (qui surfacture et oblige à prendre un abonnement plus cher), l'UFC-QueChoisir attaque les citoyens engagés contre les compteurs communicants...

Se présentant généralement comme des "chevaliers blancs" n'ayant pas peur de défier les plus grands puissances industrielles et commerciales, les dirigeants de l’UFC-Que choisir on adopté une position tout à fait surprenante à propos du déploiement des compteurs communicants Linky :

Tout en reconnaissant que ces compteurs vont faire augmenter les factures de beaucoup de consommateurs, ils ne cessent de tenter de démobiliser ces même consommateurs et, aujourd'hui, s'attaquent même directement aux citoyens engagés contre le déploiement des Linky...

C'est ainsi que Stéphane Lhomme, conseiller municipal de Saint-Macaire (1), un des animateurs de la lutte contre le déploiement des compteurs Linky (2), a été mis en examen le 3 août 2017 au TGI de Paris par la Vice-Présidente chargée de l'instruction, suite à... trois plaintes déposées à son encontre par l’UFC-Que Choisir.

Notez bien que cette mise en examen est quasi automatique lorsqu'il y a plainte avec constitution de partie civile, mais que cela ne préjuge aucunement du résultat final de l'affaire.

Dans un premier temps pourtant, dans un article publié le 2 décembre 2015 (3), explicitement titré « Linky : l’intérêt des consommateurs à la trappe », l’UFC ne mâchait pas ses mots à l’encontre du programme d’Enedis (ex-ErDF) :

« Linky va alourdir la facture d’électricité des ménages. D’abord parce que même s’il n’apparaît pas en tant que tel et qu’ERDF assure pouvoir le financer par des gains de productivité, son coût pourrait finalement y être intégré via le tarif d’acheminement de l’électricité. Surtout parce que d’après une étude menée par l’UFC-Que Choisir sur un panel de consommateurs, 37 % des ménages consomment au-delà de leur puissance d’abonnement. Les compteurs actuels supportent ces dépassements ponctuels sans disjoncter, Linky pas toujours. De nombreux usagers pourraient avoir à souscrire à une puissance plus élevée, donc à un abonnement plus cher ! »

( QUECHOISIR du 2 décembre 2015 )


Mais, contrairement à certaines de ses associations locales, la direction de l’UFC Que choisir a rapidement « oublié » de s’opposer au programme Linky et, pire, est étrangement venue au secours d’Enedis, confrontée à une vague de refus.

Dans un article publié sur son site web consacré au Linky, Stéphane Lhomme a pointé les comportements et arguments étranges développés par un chargé de mission de l'UFC, dépêché dans les médias pour dissuader les usagers de refuser les compteursLinky, et les textes de même tonalité publiés dans la revue QueChoisir.

Mais l'article a aussi pointé le conflit d'intérêt né de l'opération "Moins cher ensemble" organisée par l'UFC-QueChoisir avec les producteurs d'électricité et, de fait, le distributeur Enedis : comment appeler les citoyens à fermer leurs portes aux installateurs de compteurs Linky alors que les Conditions générales de vente, annexées à l'opération "Moins cher ensemble", prévoient au contraire le libre accès aux compteurs ?

Prise la main dans le sac, la direction de l'UFC-QueChoisir a décidé se s'appuyer sur ses puissants moyens financiers pour tenter de réduire ces critiques au silence. Ce sont donc trois plaintes - une du chargé de mission M Mouchnino, une de la rédactrice Mme Chesnais, et surtout une de l'UFC en tant que telle - qui ont été déposées contre Stéphane Lhomme. De toute évidence, l'UFC a choisi... le camp d'Enedis et du Linky, au détriment des citoyens et des consommateurs ! >>

( Reproduction d'un article paru sur le site de Bistro bar ( BBB) ) Publication à recommander .

Les militants de plus de 800 associations ou collectifs qui s'opposent à la dégradation de la santé par les ondes et un flicage supplémentaire rendu possible par la technologie CPL sont ulcérés !

Nul doute que l’attitude de" QUE CHOISIR" qui s'attaque - pour le détruire - à un militant écologique ,lanceur d'alerte,et conseiller municipal de St Macaire -Première commune de France à avoir tenu tête aux méthodes brutales de EDF/ENEDIS - va provoquer une vague d'indignation parmi celles et ceux qui avaient confiance en ce journal de défense des Consommateurs.

Certaines et certains parlent de TRAHISON ! Les désabonnements s'annoncent nombreux...Ainsi L'Arroseur sera largement Arrosé. D'autant qu'un certain nombre de salariés désavouent - sous couvert d'anonymat - l'attitude de leur direction qui détruit les valeurs fondatrices de la publication.

Quand Pense Monsieur le Ministre Nicolas Hulot ?

 

Varanasi.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.