Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2017

Stéphane Lhomme apporte des précisions au sujet des attaques qui visent à le détruire

Les militants des 800 collectifs et associations qui résistent contre les violences d'EDF/ENEDIS qui veulent imposer par tous les moyens leurs dangereux compteurs Linky, sont scandalisés par l'attitude de "QUE CHOISIR" qui porte plainte contre notre compagnon Stéphane Lhomme , après lui avoir logiquement donné raison. Nous sommes en colère, et encore plus déterminés à résister !

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

UNE MISE AU POINT DE STÉPHANE LHOMME.

<<  Bonjour à toutes et tous ,                                                                                                                                         

De retour d'une petite semaine de congés (bien mérités), j'ai trouvé des centaines d'enveloppes dans ma boite aux lettres, sans oublier les virements directs. Je ne sais comment vous remercier pour toutes ces souscriptions. 

J'ai donc beaucoup de travail administratif devant moi, je vais essayer de remercier chacune et chacun, ne m'en voulez pas si je vous "oublie" involontairement. Dans un tel cas, envoyez moi un e-mail d'ici 15 jours, afin que je tienne tous les participants parfaitement informés de l'usage de la souscription.

D'ores et déjà, plusieurs milliers d'euros sont arrivés (je ferai le point dès que possible), merci donc de ne plus souscrire ou de réorienter vos aides vers d'autres collectifs ou d'autres causes tout aussi justifiées que le refus des compteurs communicants.

Important : plusieurs personnes ont demandé ce qui avait bien pu pousser l'UFC-QueChoisir à m'attaquer ainsi. Les explications sont données ici : http://refus.linky.gazpar.free.fr/UFC-3plaintes-contre-SL.htm ; Les trois plaintes visent le même article, ce qui montre bien qu'il y a une stratégie délibérée pour m'atteindre car, de toute évidence, une seule plainte suffisait.

Mais en réalité, c'est zéro plainte qu'il fallait car les citoyens qui tentent de faire respecter leurs droits face à Enedis ne sont pas supposés se battre contre l'UFC ! Hélas, la stratégie de cette organisation nous porte gravement tort car, comme expliqué dans mon article, les représentants de l'UFC prennent dans les médias la place des opposants... pour finir par dire qu'on ne peut pas refuser le linky. Enedis et les pro-linky ne manquent d'ailleurs pas de citer l'UFC pour apporter de l'eau à leur moulin...

Et aussi : certains d'entre vous m'ont signalé plusieurs "articles" qui me sont consacrés sur divers blogs, la plupart du temps par des auteurs anonymes, très probablement des communicants d'Enedis. Il n'est pas dans mon intention de répondre à ces basses attaques, mais voici tout de même quelques précisions :

- N'importe quel imbécile (et c'est bien le cas en l'occurrence !) peut ouvrir un blog sur le site de Médiapart et y écrire n'importe quoi.

Contrairement à ce que certains tentent malhonnêtement de faire croire, la rédaction de Médiapart n'a rien à voir avec ces basses proses.

- si j'ai été effectivement évincé du Réseau Sortir du nucléaire en 2010, en même temps que les administrateurs légitimement élus par la base, ce n'est pas que je serais "dangereux" ou "incontrôlable" :

C'est suite à l'infiltration de cette association et la surveillance et l'espionnage dont j'ai été l'objet de la part d'EDF, des Renseignements généraux et d'une officine suisse (Securewyse) comme révélé à l'époque par le Canard enchaîné et d'autres médias (cfhttp://edf.espionnage.free.fr ). 

 Malgré ma plainte avec constitution de partie civile, l'affaire n'a jamais fait l'objet d'investigations et s'est "perdue" dans les sous-sols des palais de justice.

Par contre, les évictions de 2010 ont été condamnées en 2015 devant la Cour d'appel de Lyon et mon licenciement annulé. J'ai alors laissé le Réseau Sortir du nucléaire à ses turpitudes, et j'ai crée l'Observatoire du nucléaire ( http://www.observatoire-du-nucleaire.org ), organisation minimale (très peu de frais de fonctionnement, salaire fixé au smic) mais fort vaillante...

Il n'est pas étonnant que les tenants du Linky ressortent cette affaire alors que ce sont bien eux et leurs amis qui en sont les coupables (n'oublions pas qu'Enedis est une filiale à 100% d'EDF). Ne nous laissons pas déstabiliser, agissons en solidarité pour faire valoir nos droits et ceux des plus de 400 municipalités qui veulent protéger leurs administrés des méfaits des compteurs communicants...

Stéphane Lhomme     >>  

Simple copier/coller de la dernière   lettre de Stéphane Lhomme .

Et quelques commentaires de Varanasi, synthèse de la colère des militants en résistance contre les Diktats des Industries qui  nous empoisonnent la Vie au figuré, mais encore plus au " propre" ...plutôt au SALE !

Varanasi.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre