variation
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2018

Revenantes de Marion Stalens et le "paradoxe de la tolérance"

Durée : 80 mn Production : Estelle Mauriac, Fabienne Servan Schreiber (Cinétévé) Diffusion : France 2, mardi 16 janvier 2018 à 23h15.

variation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avant-première : le 26 novembre 2017, Cinéma L’Écran de Saint-Denis.

Projection-débat organisée par La Maison des Femmes de Saint-Denis et de la Mission Droits des Femmes, en partenariat avec le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient dans le cadre de la Journée contre les violences faites aux femmes.

Le film

Revenantes montre le trajet de plusieurs femmes françaises et belges, certaines très jeunes, d'autres moins, qui sont passées de la ferveur religieuse à l'islamisme politique. Quelques-unes sont nées dans des familles musulmanes, telle Henda Ayari. D'autres se sont converties comme Laura Passoni, partie de Belgique. Toutes racontent comment le projet salafiste ou celui de Daech les a séduites, puis comment elles ont progressivement perdu le contrôle de leur vie. Elles décrivent leur expérience au cœur des citadelles de la terreur jusqu'au premiers doutes et leur chemin si difficile pour revenir au monde. La voix de Marion Stalens les accompagne dans ce retour à elles-mêmes et aux autres. En contrepoint, les familles déchirées et des rencontres : avec une jeune syrienne réfugiée à Paris, – elle livre ses petits films clandestins tournés à Raqa –, ou des islamologues qui mènent un patient travail critique de prévention. Demeurant au plus près de l'humain et de la parole, Marion Stalens filme ces fragments de vies comme une élégie où l'espoir, malgré tout, l'emporte.

Le débat

Débat animé par la réalisatrice et sa productrice, Fabienne Servan Schreiber, Laurence Rossignol, ancienne ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, Ghada Hatem, gynécologue à l'hôpital Delafontaine et à la Maison des femmes de Saint-Denis, Muriel Domenach, Secrétaire Générale du Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation et Philippe Gaudin, philosophe spécialiste des religions. Dans la salle étaient notamment présents des mères de jeunes victimes du recrutement ayant participé au film, Henda Ayari, l'islamologue Rachid Benzine, Anna de Montfort, éditrice de La Boîte à Pandore (qui a publié le témoignage de Laura Passoni, présente dans le film), Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d'Île-de-France.

Plusieurs questions ont tourné autour de la compréhension de ces conversions qui touchent des jeunes en quête d'idéal. Tous se sont accordés à dire qu'une seule cause ne pouvait l'expliquer. Marion Stalens a voulu rappeler que de tels phénomènes ne sont pas nouveau dans notre histoire.

Lors du débat, une mère qui a perdu son fils en Syrie a fait remarquer que le recrutement ne touche pas seulement des enfants discriminés ou fragiles mais tous les milieux sociaux. Très inquiète de la présence dans notre pays de plus de 22 000 personnes « radicalisées », elle a vigoureusement conclu : « Quand il y a un poison, il faut avoir le courage de l'interdire. » Dans le même sens, une autre femme, engagée dans une association de prévention à Trappes, mère d'une jeune fille convertie qui a failli partir, a insisté sur la responsabilité des politiques. Elle a déploré l'absence des institutions pour mener ce combat, soutenir les enfants et les familles. Un monsieur d'une soixantaine d'années, ayant connu la terreur du GIA en Algérie, bouleversé par le film, a affirmé que les partisans de Daech sont bien installés en France. Il s'est indigné de l'inaction de l’État face à leurs activités dans sa ville de Clichy, en particulier celles de plusieurs librairies qui diffusent des textes politiques appelant ouvertement au djihad. Madame Pécresse comme Madame Rossignol ont pris la parole pour en appeler à la société civile. À L’École pour l'une. À la mobilisation des femmes pour l'autre. Mais n'est-ce pas une façon de couvrir l'inaction des pouvoirs publics depuis plus de dix ans ? Car, malgré la nécessité d'un travail de prévention, comment éradiquer l'islamisme sans surmonter ce que Karl Popper, réfléchissant à l'impuissance des démocraties pour empêcher la montée des totalitarismes au XXème siècle, nommait le « paradoxe de la tolérance » : « la tolérance illimitée doit mener à la disparition de la tolérance. Si nous étendons la tolérance illimitée même à ceux qui sont intolérants, si nous ne sommes pas disposés à défendre une société tolérante contre l'impact de l'intolérant, alors le tolérant sera détruit et la tolérance avec lui » ?

Espérons que le beau film de Marion Stalens contribuera à une nécessaire prise de conscience de notre responsabilité face à la montée de l'islamisme !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii