Pour une paix qui rende justice aux habitants de la Palestine et d'Israel

The Jenin Freedom Theatre Today! © Jen Marlowe
The Jenin Freedom Theatre Today! © Jen Marlowe

Juliano Mer Khamis a été assassiné. Il a été assassiné parce qu'il était internationaliste et Libre.
J'ai discuté par skype avec lui il y a deux ans.Je lui ai dit: "tu seras assassiné, tu ne "sers" personne. En un lieu ou chacun appartient a un "parti" , tu es sans parti, l'ami de tous ceux qui aspirent à la "liberté" à "l'émancipation du genre humain"... tu es un obstacle et le peuple ne pourra pas te defendre d'un assassin, qu'il agisse pour de l'argent ou par conviction.
Aujourd'hui, les palestiniens vont instrumentaliser ce meurte. En faire un enjeu entre l'autorité palestinienne et le hamas. Mais qui sait qui à donné l'ordre? combien sont ils?
mais, surement pas parce que tu était juif, mais parce que tu étais indépendant de toutes les factions, esprit et corps libre qu'aucun seigneur n'a pu asservir.
Liliana Cordova

 

Ils ont tué Juliano !

 

Il n'y a pas de morts plus importants que d'autres. En Palestine, chaque jour un homme, une femme, un enfant est assassiné directement ou indirectement par les sionistes.

 

Juliano Meïr Khamis était l'un des trois fils d'Arna Meïr et de Saliba Khamis. Elle, ancienne militante sioniste devenue anarchiste lorsqu'elle découvrit ce qu'était vraiment le sionisme, lui dirigeant du Haddash le parti communiste israélien. A 18 ans, les garçons ont du "choisir" s'ils étaient Juifs ou Arabes car pour les infâmes autorités sionistes il n'est pas possible d'être arabe de religion juive.

 

J'ai connu Juliano, avec Spartak et Abit aux côtés de Arna, alors qu'elle ouvrait les écoles à domicile dans le camp de réfugiés de Jénine, les bibliothèques dans le camp, qu'elle développait les fêtes et le théâtre pour que les enfants oublient un moment l'horreur de l'occupation.

Puis lorsque le cancer a rongé Arna, Juliano l'a accompagné pour dire au revoir au Camp et à Jénine. Puis il a repris, construit, développé ce qu'elle avait ébauché, le théâtre !

 

Juliano, fils d'Arna et de Saliba était la Palestine dans ce qu'elle aura un jour de meilleur ; le produit de l'amour et de la lutte, de l'art et de la résistance.

J'ai de la peine pour sa compagne, à ses frères à ses amis, à la population de Jénine et en particulier du camp de réfugiés et de la colère !

 

Que soient maudits ceux qui directement ou indirectement l'ont assassiné !

Et que nul ne se laisse tromper lorsque les trompettes de la désinformation vont se mettre à sonner, ce sont les ennemis du peuple palestinien qui ont exécuté le fils d'Arna !

Régine Fiorani

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.