Velveth
Abonné·e de Mediapart

502 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 nov. 2009

Velveth
Abonné·e de Mediapart

Traité de Lisbonne : passeport pour libéralisme aggravé

. Le Traité de Lisbonne devrait rentrer en application d'ici la fin de l'année. Il aura des conséquences négatives sur la vie quotidienne des populations de l'Union européenne.Tout ce qui justifiait le rejet du Traité de Lisbonne qui n'est qu'un copier-coller du Traité établissant une Constitution pour l'Europe (TCE) va devenir réalité. Les millions de femmes et d'hommes qui ont dit « non » à une Europe des inégalités vont, dans un contexte aggravé par la crise du capitalisme, devoir maintenant en subir les effets.Il n'est pas inutile de rappeler ce qui attend celles et ceux qui ne vivent que de leur travail - quand ils en ont. Il n'est pas non plus inutile de garder en mémoire l'appui qu'ont apporté à ce traité, aux côtés de la droite et ses affidés médiatiques, les socialistes et les Verts.

Velveth
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

.

Le Traité de Lisbonne devrait rentrer en application d'ici la fin de l'année. Il aura des conséquences négatives sur la vie quotidienne des populations de l'Union européenne.

Tout ce qui justifiait le rejet du Traité de Lisbonne qui n'est qu'un copier-coller du Traité établissant une Constitution pour l'Europe (TCE) va devenir réalité. Les millions de femmes et d'hommes qui ont dit « non » à une Europe des inégalités vont, dans un contexte aggravé par la crise du capitalisme, devoir maintenant en subir les effets.

Il n'est pas inutile de rappeler ce qui attend celles et ceux qui ne vivent que de leur travail - quand ils en ont. Il n'est pas non plus inutile de garder en mémoire l'appui qu'ont apporté à ce traité, aux côtés de la droite et ses affidés médiatiques, les socialistes et les Verts.

.

Laïcité

« L'héritage religieux » est défini comme la « source de la démocratie, de l'Etat de droit et des libertés fondamentales » ; l'Union européenne (UE) reconnaît les Églises, mais pas la laïcité (le mot et la chose sont absent des textes). L'Europe des Lumières s'obscurcit dangereusement. Les droits des femmes à peine conquis sont directement menacés. Le Vatican triomphe.

.

Démocratie

Si quelques dispositions renforcent le poids du Parlement européen, il reste largement un Parlement croupion : il n'est pas l'unique législateur et ses pouvoirs de contrôle sont limités (pas de séparation des pouvoirs) ; il ne peut pas proposer ses propres textes. Le monopole de l'initiative reste à la toute puissante Commission européenne qui peut s'opposer aux attentes du Parlement et du Conseil des ministres, tous deux pourtant issus du suffrage universel. Le citoyen peut changer, par le suffrage universel, son maire, son député, son gouvernement, mais il est totalement impuissant face à une Commission européenne qui n'est pas comptable de ses actes. Le traité ne modifie pas le caractère opaque de la Commission européenne plus que jamais aux ordres des lobbies de la finance et du business. Il consacre un défaut de démocratie qui, lorsqu'il se constate ailleurs, provoque les condamnations indignées de l'Union européenne.

.

Droits sociaux fondamentaux.

La Charte des droits fondamentaux traduit un terrible recul par rapport à la Déclaration universelle des droits de l'homme, au Pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels et au Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Il est en recul par rapport à la Charte sociale de Turin de 1961. Ni le droit à la santé, ni le droit au logement, ni le droit à un revenu minimum à une pension de retraite, à une allocation de chômage ni le droit à l'accès à un certain nombre de services (transports, poste, etc.), ni le droit à la sécurité sociale et à l'aide sociale, ne sont formellement garantis dans ce texte. Pire, ces droits, lorsqu'ils sont mis en œuvre dans certains États membres, sont désormais directement menacés.

.

Néolibéralisme des politiques européennes.

La disparition de la formule « concurrence libre et non faussée » ne change rien. Un article du traité rappelle le primat d'une « économie de marché ouverte où la concurrence est libre » et un protocole (même valeur que le traité) indique que « le marché intérieur comprend un système garantissant que la concurrence n*fest pas faussée ». La seule politique de l'UE, c'est de mettre en concurrence toutes les activités humaines. Angela Merkel l'a confirmé : en ce qui concerne le libéralisme des politiques, « rien ne va changer ». Ce texte rend impossible toute espoir d'Europe sociale.

.

Services publics.

L'UE ne protège pas les services publics. Ils sont soumis aux règles de la concurrence. En fait, « la liberté d'établissement et la liberté de circulation des personnes, des biens, des capitaux et des services continuent de revêtir une importance capitale ». Le Traité de Lisbonne soumet comme jamais les services culturels, d'enseignement, de santé et sociaux à la logique du marché.

.

Mondialisation néolibérale.

Le texte renforce le poids des accords de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Il renforce les pouvoirs de la Commission européenne pour négocier à l'OMC. Les pouvoirs du Comité 133 sont renforcés. Son opacité demeure. La mise en œuvre de l'Accord général sur le commerce des services (AGCS), dont l'objectif ultime est la privatisation de toutes les activités de services - nationales, régionales ou municipales - en sera facilitée.

.

Subordination de la majorité des 27 États à l'Otan.

Le traité décide l'adhésion de l'UE à l'Otan, une organisation qui n'est pas européenne et dont la direction se trouve à Washington. « L'Otan reste, pour les États qui en sont membres, le fondement de leur défense collective et l'instance de sa mise en œuvre. » Les États se sont engagés à augmenter leur capacité militaire. Le traité met en place une Europe militaire, auxiliaire des gendarmes du monde.

« L'Europe européenne fonctionne comme un leurre dissimulant l'Europe euro-américaine qui se profile (Pierre Bourdieu) »

.

D'après un texte de Raoul M. Jennar

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière