Velveth
Abonné·e de Mediapart

502 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 nov. 2009

Traité de Lisbonne : passeport pour libéralisme aggravé

. Le Traité de Lisbonne devrait rentrer en application d'ici la fin de l'année. Il aura des conséquences négatives sur la vie quotidienne des populations de l'Union européenne.Tout ce qui justifiait le rejet du Traité de Lisbonne qui n'est qu'un copier-coller du Traité établissant une Constitution pour l'Europe (TCE) va devenir réalité. Les millions de femmes et d'hommes qui ont dit « non » à une Europe des inégalités vont, dans un contexte aggravé par la crise du capitalisme, devoir maintenant en subir les effets.Il n'est pas inutile de rappeler ce qui attend celles et ceux qui ne vivent que de leur travail - quand ils en ont. Il n'est pas non plus inutile de garder en mémoire l'appui qu'ont apporté à ce traité, aux côtés de la droite et ses affidés médiatiques, les socialistes et les Verts.

Velveth
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

.

Le Traité de Lisbonne devrait rentrer en application d'ici la fin de l'année. Il aura des conséquences négatives sur la vie quotidienne des populations de l'Union européenne.

Tout ce qui justifiait le rejet du Traité de Lisbonne qui n'est qu'un copier-coller du Traité établissant une Constitution pour l'Europe (TCE) va devenir réalité. Les millions de femmes et d'hommes qui ont dit « non » à une Europe des inégalités vont, dans un contexte aggravé par la crise du capitalisme, devoir maintenant en subir les effets.

Il n'est pas inutile de rappeler ce qui attend celles et ceux qui ne vivent que de leur travail - quand ils en ont. Il n'est pas non plus inutile de garder en mémoire l'appui qu'ont apporté à ce traité, aux côtés de la droite et ses affidés médiatiques, les socialistes et les Verts.

.

Laïcité

« L'héritage religieux » est défini comme la « source de la démocratie, de l'Etat de droit et des libertés fondamentales » ; l'Union européenne (UE) reconnaît les Églises, mais pas la laïcité (le mot et la chose sont absent des textes). L'Europe des Lumières s'obscurcit dangereusement. Les droits des femmes à peine conquis sont directement menacés. Le Vatican triomphe.

.

Démocratie

Si quelques dispositions renforcent le poids du Parlement européen, il reste largement un Parlement croupion : il n'est pas l'unique législateur et ses pouvoirs de contrôle sont limités (pas de séparation des pouvoirs) ; il ne peut pas proposer ses propres textes. Le monopole de l'initiative reste à la toute puissante Commission européenne qui peut s'opposer aux attentes du Parlement et du Conseil des ministres, tous deux pourtant issus du suffrage universel. Le citoyen peut changer, par le suffrage universel, son maire, son député, son gouvernement, mais il est totalement impuissant face à une Commission européenne qui n'est pas comptable de ses actes. Le traité ne modifie pas le caractère opaque de la Commission européenne plus que jamais aux ordres des lobbies de la finance et du business. Il consacre un défaut de démocratie qui, lorsqu'il se constate ailleurs, provoque les condamnations indignées de l'Union européenne.

.

Droits sociaux fondamentaux.

La Charte des droits fondamentaux traduit un terrible recul par rapport à la Déclaration universelle des droits de l'homme, au Pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels et au Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Il est en recul par rapport à la Charte sociale de Turin de 1961. Ni le droit à la santé, ni le droit au logement, ni le droit à un revenu minimum à une pension de retraite, à une allocation de chômage ni le droit à l'accès à un certain nombre de services (transports, poste, etc.), ni le droit à la sécurité sociale et à l'aide sociale, ne sont formellement garantis dans ce texte. Pire, ces droits, lorsqu'ils sont mis en œuvre dans certains États membres, sont désormais directement menacés.

.

Néolibéralisme des politiques européennes.

La disparition de la formule « concurrence libre et non faussée » ne change rien. Un article du traité rappelle le primat d'une « économie de marché ouverte où la concurrence est libre » et un protocole (même valeur que le traité) indique que « le marché intérieur comprend un système garantissant que la concurrence n*fest pas faussée ». La seule politique de l'UE, c'est de mettre en concurrence toutes les activités humaines. Angela Merkel l'a confirmé : en ce qui concerne le libéralisme des politiques, « rien ne va changer ». Ce texte rend impossible toute espoir d'Europe sociale.

.

Services publics.

L'UE ne protège pas les services publics. Ils sont soumis aux règles de la concurrence. En fait, « la liberté d'établissement et la liberté de circulation des personnes, des biens, des capitaux et des services continuent de revêtir une importance capitale ». Le Traité de Lisbonne soumet comme jamais les services culturels, d'enseignement, de santé et sociaux à la logique du marché.

.

Mondialisation néolibérale.

Le texte renforce le poids des accords de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Il renforce les pouvoirs de la Commission européenne pour négocier à l'OMC. Les pouvoirs du Comité 133 sont renforcés. Son opacité demeure. La mise en œuvre de l'Accord général sur le commerce des services (AGCS), dont l'objectif ultime est la privatisation de toutes les activités de services - nationales, régionales ou municipales - en sera facilitée.

.

Subordination de la majorité des 27 États à l'Otan.

Le traité décide l'adhésion de l'UE à l'Otan, une organisation qui n'est pas européenne et dont la direction se trouve à Washington. « L'Otan reste, pour les États qui en sont membres, le fondement de leur défense collective et l'instance de sa mise en œuvre. » Les États se sont engagés à augmenter leur capacité militaire. Le traité met en place une Europe militaire, auxiliaire des gendarmes du monde.

« L'Europe européenne fonctionne comme un leurre dissimulant l'Europe euro-américaine qui se profile (Pierre Bourdieu) »

.

D'après un texte de Raoul M. Jennar

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d'un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Au sixième mois de leur prise du pouvoir, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin