Vache folle: le retour des farines animales!

Le Conseil national de l'alimentation (CNA) envisage une réintroduction en France des farines animales, interdites depuis la crise de la vache folle (rapport préliminaire sur son site internet).

Le Conseil national de l'alimentation (CNA) envisage une réintroduction en France des farines animales, interdites depuis la crise de la vache folle (rapport préliminaire sur son site internet).

Le CNA est l’instance consultative des ministères de l'Alimentation, de la Santé et de l'Economie. Il doit rendre son avis définitif courant septembre mais suggère une «autorisation des farines animales » limitée, dans un premier temps, au secteur de l'aquaculture» et envisage ensuite, «dans un deuxième temps, et après un bilan bénéfices/risques, une extension éventuelle à l'alimentation des porcs et des volailles».

Dans l'ensemble, le CNA, où siègent autorités médicales, agriculteurs, industriels et représentants des consommateurs, plaide une «levée de la mesure de police sanitaire» touchant les produits animaux transformés (PAT), composés de viande et d'os de mammifères pour nourrir porcs, volailles et poissons.

«Les conditions sanitaires ayant conduit à l'interdiction des PAT dans l'alimentation des animaux destinées à la consommation humaine ne sont plus d'actualité», explique-t-il.

Ben, voyons !

De son côté, Bruxelles a proposé en juillet 2010 de lever l'interdiction du recours à certaines farines animales pour l'alimentation des non ruminants comme les porcs, les volailles ou le poisson et de mettre fin à «l'abattage systématique» des animaux menacés lorsqu'un cas d'ESB est décelé.

Les farines animales qui ont contribué à la propagation de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, maladie de la vache folle), sont interdites dans l'UE depuis 1994.

Pour le profit des multinationales agro-alimentaires, écartant tout danger sanitaire, leur retour serait donc déjà décidée en « haut lieu »…

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.