Velveth
Abonné·e de Mediapart

502 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 juil. 2009

De nouveau sur la part des salaires dans la valeur ajoutée (Michel Husson)

A nouveau sur la part des salaires par Michel HussonQuitte à lasser, il faut revenir sur le fameux débat sur la part des salaires. On assiste en effet à la formationd’un discours dominant qui, de Laurence Parisot à l’Insee, en passant par Alternatives économiques, LeMonde ou Libération (1) insiste sur le fait que « depuis 20 ans, le partage de la valeur ajoutée apparaîtplutôt stable ». A ce compte-là, le taux de chômage en France s’est « stabilisé » autour de 9 % depuis prèsde 30 ans : faut-il pour autant s’en satisfaire ?

Velveth
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A nouveau sur la part des salaires par Michel Husson
Quitte à lasser, il faut revenir sur le fameux débat sur la part des salaires. On assiste en effet à la formation
d’un discours dominant qui, de Laurence Parisot à l’Insee, en passant par Alternatives économiques, Le
Monde ou Libération (1) insiste sur le fait que « depuis 20 ans, le partage de la valeur ajoutée apparaît
plutôt stable ». A ce compte-là, le taux de chômage en France s’est « stabilisé » autour de 9 % depuis près
de 30 ans : faut-il pour autant s’en satisfaire ?

.

Oui, la part des salaires est stable, mais à un niveauhistoriquement bas, et ce n’est pas parce que les salariés

sont spoliés depuis 20 ans que cette situation est socialement et économiquement acceptable.

Avant la récession de 1974-75 la part salariale était supérieure de 5 points à ce qu’elle est aujourd’hui,

et par rapport au pic de 1982, la différence est de 10 points. On retrouve les mêmes ordres de grandeur

si l’on raisonne sur l’ensemble de l’économie et non plus sur les seules sociétés non financières.

C’est ce que montrent les statistiques de la Commission européenne, sur
lesquelles travaillent des institutions aussi subversives que l’OCDE ou le FMI. Enfin il faut rappeler que cette
stabilité s’explique aussi par la « chance » qu’ont eue les salariés français d’avoir un gouvernement de
gauche qui a fait baisser violemment la part salariale entre 1982 et 1986 alors que les autres pays
européens ont eu besoin de plus de temps.
.

Pour masquer cette réalité, on multiplie les arguties techniques en utilisant par exemple une autre
définition de la valeur ajoutée, avec ce résultat absurde qu’une baisse des impôts payés par les entreprises
ferait mécaniquement augmenter la part revenant aux salariés. On insiste sur les différences entre secteurs
et l’on feint de découvrir que la part salariale est par exemple plus élevée dans la restauration que dans la
chimie : grandiose découverte ! On se cache derrière les PME aux taux de marge réduits en oubliant que
leur profit est capté par les donneurs d’ordre dont elles dépendent.
.

Tout est bon pour occulter la hausse des profits distribués sous forme de dividendes qui représentent
12,9 % de la masse salariale en 2008, contre 4,3 % en 1982. On vous explique aussitôt que 1982 est une
année exceptionnelle, et l’on fait assaut d’arguments pour démontrer que l’on ne saurait toucher à ce
fragile équilibre. La palme revient au Centre d’Analyse Stratégique (sic) qui insiste sur « la forte modération
du dividend yield entre 1990 et 2007 » ce qui revient à dire qu’il est normal que les dividendes évoluent en
fonction de l’extravagante explosion des cours boursiers. Guillaume Duval évoque la « faiblesse
exceptionnelle des profits » en France et se demande benoîtement si c’est « vraiment le moment d'en
rajouter », ouvrant ainsi de vastes horizons aux alternatives économiques. Mais si le taux de marge des
entreprises n’a jamais été aussi élevé, elles investissent moins qu’avant : 19 % de leur valeur ajoutée en
moyenne depuis 20 ans, contre 24 % dans les années soixante. Ce n’est donc pas le niveau des salaires qui
les empêche de rattraper leur retard en matière d’innovation et de recherche-développement. S’il existe un
« problème d’offre » en France, il ne provient pas de contraintes de financement dont les entreprises
auraient à souffrir.
.

Il s’agit d’une entreprise de déconsidération de toute politique alternative dont la viabilité économique
reposerait sur un dégonflement des dividendes au profit de la masse salariale. Ce transfert pourrait obéir à
une « règle des trois tiers » : un tiers pour la revalorisation des salaires, un tiers pour la création d’emplois
par baisse du temps de travail, un tiers pour la protection sociale. La disqualification d’un tel schéma
équivaut à la défense du statu quo pour les actionnaires. Mais pourquoi un tel acharnement ? Plusieurs
types de motivation y concourent sans doute chez les économistes qui dépensent une énergie peu
commune pour démontrer que tout va bien dans le meilleur des mondes : servilité salariée, carriérisme,
recherche perverse d’argumentations iconoclastes, fascination pour le compromis social, recyclage appliqué
de leçons apprises par coeur, etc.

.

Mais le fond politique de l’affaire est ailleurs : il existe des marges de
manoeuvre, que l’on ne peut mobiliser qu’en bousculant les rapports de force sociaux.
.
(1) les pièces de ce dossier sont en ligne à cette adresse : http://tinyurl.com/parsal

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss