Velveth
Abonné·e de Mediapart

502 Billets

2 Éditions

Billet de blog 27 juil. 2009

Velveth
Abonné·e de Mediapart

Non Dany, la taxe carbone n’est ni révolutionnaire ni juste

Taxer ceux qui émettent du C02 et reverser l'argent à ceux qui n'en rejettent pas: tel est le principe de la taxe carbone. Une mauvaise réponse, socialement injuste, à l’urgence climatique qui constitue une nouvelle attaque contre les plus démunis.

Velveth
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Taxer ceux qui émettent du C02 et reverser l'argent à ceux qui n'en rejettent pas: tel est le principe de la taxe carbone. Une mauvaise réponse, socialement injuste, à l’urgence climatique qui constitue une nouvelle attaque contre les plus démunis.

Le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, annonçait le début du chantier sur la « contribution climat-énergie », ou taxe carbone. Ce projet était déjà au cœur du pacte de Nicolas Hulot en 2007, et il avait fait l’objet de décisions lors du Grenelle de l’environnement. Même si une telle taxe ne serait mise sur pied qu’en 2011, une « conférence de consensus » chargée de définir précisément en quoi consistera cette taxe s’est tenue et , depuis, l'octogénaire sarko-compatible , Michel Rocard, a bavardé….

.

Pour les proches de Nicolas Hulot, la taxe carbone doit juste rendre visible sur les prix le réel coût des produits: les prix doivent intégrer le coût induit par la quantité de carbone nécessaire à leur production. Derrière cet apparent bon sens, se cache une arme redoutable : faire payer aux consommateurs les conséquences d’un système de production et de transport fondé sur l’exploitation des ressources naturelles. Il ne s’agit surtout pas de s’attaquer à la façon dont les productions sont organisées…

.

Bien que les entreprises soient citées comme devant être touchées par la taxe carbone, elles bénéficieront, avant tout, de nouvelles baisses de cotisations sociales. Par ailleurs, les entreprises qui participent au marché européen des droits d’émissions de gaz à effet de serre seront exemptées de la taxe, malgré la faiblesse des réductions en la matière. Les travailleurs sont doublement dupés : quand les prix auront augmenté, et quand leur salaire différé aura diminué ! Une récente étude de l’université de Cambridge sur les taxes carbone des pays du nord de l’Europe illustre cette logique. Dans cinq pays, la taxe a surtout permis de relancer la croissance et de favoriser la compétitivité des entreprises grâce à la réduction des coûts salariaux. En Suède, les ménages contribuent 2,5 fois plus que les industries, et chaque augmentation de la taxe est compensée par une baisse des cotisations.

.

Le gouvernement français joue sur la prise de conscience de l’urgence climatique pour engranger de nouvelles recettes fiscales, afin de compenser le paquet fiscal et la baisse ou la disparition de la taxe professionnelle. Par ailleurs, en ne ciblant que les énergies fossiles, la taxe carbone favorise le nucléaire, dont les usages ne seraient pas taxés.

.

Pendant ce temps, l’Union européenne ou le sommet des seize pays gros émetteurs de carbone continuent de fixer des objectifs de réduction de gaz à effet de serre tellement bas, qu’ils ne pourront éviter les prochaines catastrophes. Les fanfaronnades de Sarkozy – investir autant dans les énergies renouvelables que dans le nucléaire – ne peuvent cacher l’incapacité d’un gouvernement capitaliste à s’attaquer réellement aux causes profondes de la crise climatique. Que Daniel Cohn-Bendit tresse des lauriers au Grenelle, à Sarkozy et à Borloo n’en est que plus désolant. Qu'il trouve la taxe carbone" version Rocard - Sarkozy "juste et révolutionnaire" (Les Echos, lundi 27.07.09) est consternant.

.

Une fiscalité écologiste n’a de sens que si elle garantit l’égalité sociale. Elle doit prendre place dans une politique globale de réduction des gaz à effet de serre, par la réduction drastique des consommations d’énergie, la sobriété énergétique et la création de services publics européens des énergies propres, ce qui nécessite des ruptures avec les modes actuels de production, de consommation et de transports.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey