On croit boire de l’eau…et en fait, on avale des promesses!

En payant l'eau du robinet, les citoyens, sans le savoir, financent la chasse française via son officine l'ONCFS. Le montage financier assèche les Agences de l'Eau pour compenser la baisse du prix du permis de chasser national promise par la présidence.

Les agences de l’eau voient leur trésorerie ponctionnées à hauteur de 500 millions d’euros dont 280 millions pour financer l’Agence Française pour le Biodiversité (AFB) et pour l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).

L’ONCFS est l’organisme au service des chasseurs, il est géré par les chasseurs. Le financement de la diminution par deux du prix du permis de chasser, promise par M.Macron, passe par là.

Les agences de l’eau ont leurs moyens en diminution, alors qu’elles sont là pour initier une utilisation rationnelle des ressources de l’eau, pour lutter contre la pollution et pour protéger les milieux aquatiques. Une mission de service public. Tout le contraire de l’ONCFS au service des seuls chasseurs.

Les moyens des agences de l’eau proviennent des redevances des usagers (redevance de prélèvements et redevance de pollution). Tout un chacun paie ces redevances et finalement, par un tour de passe-passe, finance la chasse!

(Article déjà paru sur le site du RAC)

L’Association des Maires de France (AMF) dénonce cet état de fait.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.