La chasse au renard est une aberration (1/6)

Le renard est pourchassé en France tout au long de l'année. Il est tiré, piégé, déterré et même parfois de nuit! On lui reproche de pulluler, de propager des maladies, de piller des élevages. Tout est prétexte pour l'exterminer. En réalité, le renard est utile à l'agriculture, à l'écologie et à la santé publique.

Le renard est un animal commun dans nos campagnes, commun et discret.

Il est le type de l'animal opportuniste, qui s'adapte à quasiment tous les milieux, de la toundra arctique aux régions désertiques d'Afrique du Nord en passant par les mégalopoles comme Londres et Berlin. Son régime alimentaire est varié et constitué d'insectes, de vers de terre, de fruits, d'oiseaux, de lagomorphes (lièvres et lapins), de cadavres et surtout de micro-mammifères comme les campagnols et les surmulots.

La population de renards suit une dynamique démographique très souple. Comme la plupart des animaux sauvages, une autorégulation de leur effectif se met en place en fonction de la quantité de nourriture disponible sur un territoire donné. La surpopulation n'existe pas dans un milieu ouvert et naturel. La régulation s'effectue au niveau des naissances, les renardes mettant bas un nombre de renardeaux variant selon l'abondance des ressources et le nombre d'individus déjà présents.

L'espace vital d'un renard est également déterminé  par la quantité de nourriture disponible, il peut être partagé par un mâle alpha, une femelle alpha, une ou deux femelles bêta et quelques jeunes de l'année avant leur émancipation. Un territoire dont un occupant disparaît ne reste pas longtemps vide, un jeune voisin vient rapidement le coloniser.

Le renard peut, en théorie, vivre une dizaine d'années. En réalité, la mortalité infantile est très importante, entre 90 et 98% des renards n'atteignent pas l'âge de un an. Les causes de décès sont en grande partie liées aux activités humaines, accidents de la route et surtout chasse, piégeage et empoisonnement. On peut ajouter dans une moindre mesure les prédateurs et les maladies. Le renard fait partie des espèces qui peuvent être classées parmi celles qui sont "susceptibles de causer des dégâts" anciennement dénommées "nuisibles". Cela signifie que tous les trois ans (et bientôt tous les six ans), les préfets, à la demande des chasseurs, et après une procédure des plus expéditive proposent ce classement au ministère. Dans la totalité des départements français (ou peu s'en faut) le renard est ainsi, en plus d'être chassé, piégé et déterré tout au long de l'année. Parfois, les chasseurs demandent même la possibilité de tirer les renards de nuit. 

(Source: Collectif Renard Grand Est)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.