Vercors38
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2018

Le renard bientôt à nouveau condamné

La procédure conduisant au classement du renard comme "animal susceptible d'occasionner des dégâts" est en route. En 2019 et pour une période de trois ans il sera exterminé tous les jours de l'année, sans répit. Le ministère de la transition écologique, sur l'avis des préfets, eux-mêmes poussés par les chasseurs, promulguera l'arrêté assassin.

Vercors38
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans quelques mois, le renard va être déclaré nuisible, ou plutôt "susceptible d'occasionner des dégâts" selon la nouvelle appellation.

Mais lui, le beau goupil n'y verra pas de différence, il sera poursuivi, piégé, gazé, mutilé. Comme avant.

Malgré le travail acharné de quelques associations de protection de la nature qui auront produit des kilomètres de dossiers scientifiques irréfutables, qui se seront battus becs et ongles afin de montrer l'utilité de l'animal pour l'agriculture et pour la santé publique, le renard sera déclaré nuisible comme toujours depuis la nuit des temps.

Parce que depuis la nuit des temps, les chasseurs haïssent le renard.

Et depuis le nuit des temps les puissants laissent faire.

De nos jours, nos gouvernants laissent faire une procédure inique qui fait que les chasseurs et les piégeurs sont juges et bourreaux.

Il faut être précis et arrêter d'être naïf: tous les trois ans, les chasseurs et les piégeurs font le tour des amis, éleveurs, agriculteurs, familles et alliés et "constatent" les dégâts soit-disant occasionnés par les renards (mais aussi par les fouines, corneilles noires...). Ils établissent des déclarations de dégâts, bases de la procédure qui conduit au classement de ces animaux en espèces "susceptibles d'occasionner des dégâts".

Ces déclarations ne sont jamais contrôlées ni par un organisme d'état (DDT ou DDTM), ni par aucune ONG à laquelle l'accès à ces documents, qui sont pourtant des documents administratifs par usage, est systématiquement refusé.

On imagine (et parfois on observe à l'occasion de rares fuites) les dérives qu'impliquent l'entière latitude qui est laissée aux chasseurs et aux piégeurs. Sans barrières, tout est permis: des centaines de volailles croquées de façon récurrentes dans des élevages pourtant industriels, des poules pondeuses dont le prix se trouve estimé à plus de 25 euros pièce alors qu'une poule pondeuse, dès qu'elle a plus de six mois est vouée à la réforme et n'a plus qu'une valeur symbolique de un ou deux euros, des pertes régulières déclarées par des élevages de gibiers, par ailleurs clients des fédérations de chasseurs...etc

La procédure est scandaleuse, le procédé est grossier.

Chaque année, la compilation des dégâts imputés au renard atteint pour chaque département un montant d'environ 15 000 euros, pas trop pour ne pas réveiller l'attention de l'administration, mais suffisant pour déclencher le classement automatique parce des 10 000 euros requis officieusement par les préfectures.

Tout cela est bien rodé, les chasseurs et les piégeurs "chargent la barque", l'administration ferme les yeux et le renard subit...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey